CŒLACANTHES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Poissons marins de belle taille et d'aspect remarquable, les cœlacanthes ont été qualifiés de « fossiles vivants », car leurs ancêtres étaient déjà présents voici près de 400 millions d'années. Soixante ans après la découverte du premier cœlacanthe, une nouvelle espèce actuelle a été identifiée en 1998.

Découverte

Le premier spécimen de cœlacanthe fut pêché à la veille de Noël 1938, le long de la côte orientale de l'Afrique du Sud, non loin du petit port d'East London. L'ichtyologue J. L. B. Smith l'identifia comme un représentant actuel des Crossoptérygiens (ou poissons à « nageoires frangées ») de l'ordre des Cœlacanthes (ou poissons à « épines creuses »), réputé disparu depuis le Crétacé, il y a 70 millions d'années. Il le nomma Latimeria chalumnae, en hommage à Miss Courtenay Latimer, conservatrice du musée d'East London, qui le lui avait procuré, et en référence à la rivière Chalumna, à l'embouchure de laquelle il avait été capturé au chalut. L'annonce de cette prise suscita dans la presse un engouement extraordinaire et l'événement fut alors considéré comme une découverte majeure en matière d'histoire naturelle. En effet, les premiers cœlacanthes vivaient au Dévonien, il y a 380 millions d'années, avec d'autres Crossoptérygiens, les Rhipidistiens, considérés alors comme les ancêtres des vertébrés tétrapodes. L'étude du cœlacanthe actuel pouvait permettre, pensait-on, d'éclairer l'une des étapes décisives de l'histoire des vertébrés : la sortie des eaux.

À partir de 1939, Smith tenta, pendant des années, de se procurer un second spécimen, car le premier était en fort mauvais état. Ce spécimen ne fut capturé qu'en 1952, dans l'île d'Anjouan (archipel des Comores), au nord du canal de Mozambique. Les vaines recherches de Smith le long des côtes d'Afrique australe amenèrent Jacques Millot à penser que le spécimen pêché à Anjouan révélait le territoire normal des cœlacanthes. Il suscita, en direction des pêcheurs comoriens, une campagne de sensibilisation qui ne tarda pas à porter ses fruits, car un troisième cœlacanthe fut capturé en septembre 1953 à Anjouan. Cinq autres spécimens allaient être pris en 1954 aux Comores (deux à Anjouan et trois le long des côtes de la Grande Comore), et les captures devaient se succéder les années suivantes dans ces deux îles, au rythme moyen de trois ou quatre par an. À partir de 1954, une étude détaillée de l'anatomie de ce poisson fut entreprise à Paris, au Laboratoire d'anatomie comparée du Muséum national d'histoire naturelle, par Jacques Millot et Jean Anthony. Elle aboutit à la publication de trois gros ouvrages édités par le C.N.R.S. en 1958, 1963 et 1978.

Cœlacanthe : répartition

Dessin : Cœlacanthe : répartition

Aire de répartition des cœlacanthes. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La nécessité de se procurer des spécimens frais pour des études de microscopie fine et des analyses biochimiques fut à l'origine d'une première expédition internationale (franco-anglo-américaine) aux Comores en 1972, suivie, en 1975, d'une expédition américaine. Les années 1980 ont vu se succéder de nombreuses expéditions scientifiques. À partir de 1987, Hans Fricke, du Max Planck Institut de Seewiesen (Allemagne), a entrepris d'étudier les cœlacanthes dans leur milieu naturel, grâce à l'utilisation d'un sous-marin de poche.

Notons enfin que l'aire de répartition des cœlacanthes, longtemps limitée aux Comores, s'est notablement étendue pendant les années 1990 : des spécimens isolés ont été en effet pêchés au Mozambique (1991), à Madagascar (1995) et, à des milliers de kilomètres de là, en Indonésie (1998). Les recherches en mer effectuées au début des années 2000 ont montré que Latimeria chalumnae se répartissait le long de la côte africaine orientale, de l'Afrique du Sud (25 observations répertoriées en 2004) au nord du Kenya (17 observations en 2004), en passant par la Tanzanie.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Cœlacanthe : répartition

Cœlacanthe : répartition
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Cœlacanthe

Cœlacanthe
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Cœlacanthe : squelette et viscères

Cœlacanthe : squelette et viscères
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  CŒLACANTHES  » est également traité dans :

FOSSILES

  • Écrit par 
  • Raymond FURON, 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 5 805 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les fossiles vivants »  : […] Découvert en 1957 par l'Américain Sanders sur les côtes du Massachusetts, Hutchinsoniella est un Crustacé de trois millimètres de long au biotope tout à fait original : il vit en effet dans la vase en train de floculer, par trente à quarante mètres de fond. La morphologie d' Hutchinsoniella frappe par son aspect primitif : il est très allongé et possède dix-neuf segments. La tête est en forme de […] Lire la suite

SARCOPTÉRYGIENS

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER
  •  • 3 889 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Phylogénie »  : […] Les relations de parenté entre les divers groupes de sarcoptérygiens actuels et fossiles sont toujours l'objet d'importantes recherches, car elles conditionnent l'étude de l'émergence des tétrapodes et de l'adaptation des vertébrés à la vie en milieu terrestre. Au début du xix e  siècle, les premières hypothèses scientifiques sur l'homologie des os des nageoires paires des poissons et des membres […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Daniel ROBINEAU, « CŒLACANTHES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/coelacanthes/