CLUSTER, musique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est en 1912 que le compositeur américain Henry Cowell (1897-1965) inaugure une nouvelle technique pianistique – le jeu simultané de la totalité des notes adjacentes comprises entre deux limites – qui conduit à la création de « grappes » de sons de « densité » variable selon que celles-ci sont obtenues avec le poing, le plat de la main ou l'avant-bras. Il nomme tone clusters ces agrégats sonores plus ou moins étendus, dans lesquels aucune des notes qui les composent n'est perceptible individuellement. Ceux-ci apparaissent pour la première fois dans sa pièce pour piano seul Adventures in Harmony (A Novelette), datant de 1913. Cowell en généralise l'utilisation après sa rencontre avec le pianiste Leo Ornstein, en 1916.

Dans son ouvrage New Musical Ressources, entamé vers 1917 – époque d'une autre pièce pour piano recourant aux clusters, The Tides of Manaunaun – mais publié seulement en 1930, Cowell précise les divers aspects de son invention, qu'il divise en premier lieu en « petit cluster » et en « grand cluster ». S'il faut au moins trois sons adjacents – diatoniques ou chromatiques – pour réaliser un petit cluster, il n'existe aucune restriction sur le nombre de notes et leur étendue (ambitus) pour en créer de grands. Cowell définit par ailleurs des clusters fixes, des clusters mobiles et des clusters « en harmoniques », obtenus, au piano, par « touches discrètement enfoncées dans l'aigu du clavier alors que des clusters sporadiques sont joués dans le grave ».

En fait, le « cluster » est une extension de la notion d'accord qui recouvre des réalités bien différentes. Le cluster pianistique se prête en effet, bien entendu, à d'infinies possibilités d'attaques et de touchers, et favorise les phénomènes de résonance, tels que les exploiteront Karlheinz Stockhausen dans son Klavierstück X (1954-1961), Maurice Ohana dans ses 24 Préludes pour piano (1972-1973), Iannis Xenakis dans Mists (1981), ou encore Helmut Lachenmann dans sa cinquième pièce de Ein Kinderspiel (1981). À titre [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : compositeur, critique, musicologue, producteur de radio

Classification


Autres références

«  CLUSTER, musique  » est également traité dans :

ATMOSPHÈRES (G. Ligeti)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 284 mots

Le 22 octobre 1961, Atmosphères est créé au festival de Donaueschingen. Cette œuvre de György Ligeti constitue l'acte de naissance de la musique dite statique, qui marque une mutation profonde – mais non pas l'abolition – de l'essence même du sérialisme et du postsérialisme, la discontinuité : « Ma musique – dit Ligeti – donne l'impression d'un courant continu qui n'a ni déb […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atmospheres/#i_35076

CORRETTE MICHEL (1709-1795)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 600 mots

L'un des précurseurs de la symphonie française à qui l'on doit de nombreux concertos, surtout pour instruments à vent ; il est le premier en France à avoir publié un concerto pour flûte (opus 4). Son père, Gaspard Corrette, composa notamment une Messe du huitième ton pour l'orgue à l'usage des dames religieuses et utile à ceux qui touchent l'orgue (1703) : elle est conforme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-corrette/#i_35076

COWELL HENRY DIXON (1897-1965)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON, 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 590 mots

Dans le chapitre « Novateur et provocateur »  : […] Henry Dixon Cowell naît le 11 mars 1897 à Menlo Park, près de San Francisco (Californie). Enfant d'une étonnante précocité, il commence à apprendre le violon dès l'âge de cinq ans. Ses parents divorcent en 1903. Après le tremblement de terre de San Francisco, en 1906, il suit sa mère dans l'Iowa, à New York et dans le Kansas ; tous deux regagnent Menlo Park vers 1910. Cowell se souviendra de ces p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henry-dixon-cowell/#i_35076

NOTATION MUSICALE

  • Écrit par 
  • Mireille HELFFER, 
  • Alain PÂRIS
  •  • 5 222 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La notation contemporaine »  : […] L'évolution de la musique au début du xx e  siècle a entraîné une évolution parallèle de la notation, qui a dû s'adapter aux nouvelles techniques de composition. Dans un premier temps, des signes sont venus compléter la notation existante. Avec la découverte des micro- intervalles (inférieurs au demi-ton) après la Première Guerre mondiale, de nouv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/notation-musicale/#i_35076

PIANO, en bref

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 235 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Modes de jeu »  : […] Le piano permet évidemment d'exploiter des modes de jeu classiques comme le legato ou le staccato . Mais de réels novateurs, pleins d'audace et d'imagination, ont fait évoluer les modes de jeu pianistiques. Puisque le pouce pouvait déjà jouer deux notes (dans des œuvres de Debussy, Ravel ou Bartók) et que Prokofiev avait montré dans son Troisième Concerto que chaque doigt p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/piano-en-bref/#i_35076

RYTHME, musique

  • Écrit par 
  • Nicole LACHARTRE
  •  • 5 566 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Données de la perception »  : […] En constatant que la perception d'un rythme peut être liée non à une différenciation des durées et de leur espacement, mais à une accentuation de certains éléments par rapport à d'autres, on situe un point de rencontre entre rythme et intensité. En réalité, les différents paramètres musicaux sont profondément interdépendants les uns des autres, et leur perception résulte d'un phénomène complexe : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rythme-musique/#i_35076

Pour citer l’article

Alain FÉRON, « CLUSTER, musique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cluster-musique/