CLÉMENT DE ROME (Ier s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Troisième évêque de Rome après saint Pierre (selon Irénée, Adversus haereses, III, iii), ayant détenu la charge épiscopale de 92 à 101 (selon Eusèbe). Origène et saint Jérôme ont vu en Clément de Rome, sans beaucoup de vraisemblance, le disciple de saint Paul mentionné dans l'Épître aux Philippiens (iv, 3). On ne saurait non plus l'identifier avec le consul T. Flavius Clemens, exécuté sur l'ordre de Domitien. Le martyre de Clément et les miracles qui l'auraient accompagné sont une légende tardive. À cause de l'identité des noms, on a imaginé que le titulus Clementis, devenu au ive siècle l'église qui subsiste sous l'actuelle basilique de San Clemente (xiie s.), était la maison du pape.

En revanche, la tradition, depuis la seconde moitié du iie siècle (Hégésippe, Denys de Corinthe, Irénée), est unanime à attribuer à Clément la lettre anonyme adressée par l'« Église de Rome » à l'« Église de Corinthe ». Il n'y a aucune raison de mettre en doute cette attribution, non plus que la date généralement assignée à cette lettre (vers 95-98).

Cette lettre est écrite à l'occasion de troubles survenus dans l'Église de Corinthe, où de jeunes membres de la communauté se sont insurgés contre les presbytres et les ont déposés de leur charge. L'Église de Rome intervient (de sa propre initiative ou à la demande des Corinthiens ?) pour les rappeler à la concorde et à l'obéissance. Une première partie (chap. i-xxxvi) est faite de considérations sur les vertus (obéissance, foi, humilité, douceur, paix et concorde, à l'imitation des saints de l'Ancien Testament et du Christ) et sur les bienfaits et les promesses de Dieu. La seconde partie (chap. xxxvii-lxi) rappelle fermement la nécessité de l'union et de la subordination, la constitution hiérarchique de l'Église (épiscopes-presbytres, diacres), établie par Dieu et par les Apôtres, et le devoir de l'agapè fraternelle. Elle s'achève par une longue prière (peut-être est-ce un écho de la liturgie de l'Église de Rome) de supplication et d'action de grâces.

Écrite dans une langue simple et claire, cette lettre est très inspirée de l'Ancien Testament (selon la version des Septante) et de la diatribe cynico-stoïcienne. Elle fait penser que son auteur est d'origine juive hellénistique. De son contenu doctrinal on retiendra l'enseignement sur le Christ, Seigneur, Fils (ou bien serviteur : pais) de Dieu, envoyé de Dieu, sauveur, « grand prêtre de nos offrandes ». De la mission du Christ découle la mission des Apôtres, qui à leur tour instituent épiscopes (ou presbytres) et diacres (xlii, 4-5) : c'est là un témoignage important de la doctrine de la succession apostolique. D'autre part, d'après cette lettre, le gouvernement de la communauté semble être encore de type collégial. Il convient de retenir aussi les détails qui y sont donnés sur les persécutions subies récemment par l'Église de Rome et sur le martyre de Pierre et de Paul (chap. v-vi). Enfin, il apparaît, à travers ce document, que l'Église de Rome intervient avec un indéniable accent d'autorité dans les affaires d'une autre Église : sans voir ici « l'épiphanie de la primauté romaine » (P. Batiffol), on ne peut manquer de remarquer ce « souci de toutes les Églises » qui anime l'Église « qui préside dans la charité », comme écrira bientôt saint Ignace d'Antioche.

Dans les manuscrits, cette épître est suivie d'une Seconde Lettre de Clément. Le contenu ainsi que le style montrent qu'il ne s'agit pas là d'une lettre et que l'écrit n'est pas de Clément. C'est une homélie, le plus ancien sermon chrétien qui nous ait été conservé. Elle peut remonter à 150 et venir de Corinthe, d'Alexandrie ou de Rome ( ?). L'auteur présente Jésus comme Dieu et « juge des vivants et des morts » ; il exhorte à la pénitence, à la fidélité à garder le sceau du baptême ; il prêche la résurrection de la chair. L'Église « spirituelle » a été créée avant le Soleil et la Lune, elle est devenue visible dans la chair du Christ.

Il importe de mentionner ici l'existence d'une littérature pseudo-clémentine, comprenant deux recueils apocryphes attribués à Clément : d'une part, vingt Homélies, conservées en grec, se présentant comme la prédication missionnaire de Pierr [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CLÉMENT DE ROME ( I er s.)  » est également traité dans :

BIBLE - L'inspiration biblique

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 4 573 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les Pères de l'Église : artisans et témoins de la doctrine chrétienne de l'inspiration »  : […] À la fin du i er siècle de l'ère chrétienne, donc, dans la fameuse épître aux Corinthiens, que la tradition la plus ancienne lui attribue, Clément de Rome écrit : « Vous vous êtes plongés dans les saintes Écritures, ces vraies Écritures données par l'Esprit-Saint. » Il désigne les prophètes bibliques comme les « ministres de la grâce de Dieu, mus par l'Esprit-Saint ». À sa suite, Justin, Irénée, […] Lire la suite

TRINITÉ

  • Écrit par 
  • Hervé SAVON
  •  • 3 116 mots

Dans le chapitre « Le IIe siècle »  : […] Les penseurs chrétiens de la première moitié du ii e  siècle ont pour souci commun d'exalter le pouvoir et la dignité du Christ sauveur. Mais les uns voient dans Jésus un homme élevé à la divinité ; on parle, dans ce cas, de christologie «  adoptianiste ». Les autres se réfèrent à l'idée du Christ préexistant, déjà présente chez Paul et dans les écrits johanniques ; c'est ce que l'on appelle la «  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Louis KLEIN, « CLÉMENT DE ROME (Ier s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/clement-de-rome/