NATION LA PLUS FAVORISÉE CLAUSE DE LA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Disposition garantissant à des pays tiers des avantages commerciaux égaux à ceux dont bénéficie la nation la plus favorisée. Du point de vue des principes du droit international public, cette disposition vise à assurer la non-discrimination entre les États en matière de politique commerciale. En tant qu'instrument de politique économique, elle fournit une base contractuelle aux transactions internationales régies par la concurrence et rend multilatéraux des accords qui étaient primitivement bilatéraux. Dès le début du xviie siècle, on s'est efforcé d'introduire dans les traités et accords commerciaux cette garantie d'égalité de traitement. Le traité anglo-français négocié en 1860 par Richard Cobden et Michel Chevalier a servi de modèle à de nombreuses conventions ultérieures, en instituant une série de concessions douanières réciproques, dont la clause de la nation la plus favorisée a permis l'extension au monde entier.

Ce traitement a toujours porté principalement sur les droits de douane frappant les importations, mais des clauses spécifiques en ont étendu le principe à d'autres aspects des relations économiques internationales : par exemple, au droit d'établissement des entreprises appartenant aux ressortissants d'un pays sur le territoire d'un autre ; à la navigation dans les eaux territoriales ; aux droits de propriété immobilière et mobilière, aux droits relatifs aux biens incorporels tels que brevets, modèles industriels, marques de fabrique, copyrights et propriété littéraire ; aux achats effectués par les gouvernements ; aux allocations de devises ; à la fiscalité.

Le traitement de la nation la plus favorisée existe sous deux formes : conditionnelle et inconditionnelle. Sous la forme conditionnelle, la partie contractante ne reçoit gratuitement que les concessions gratuitement accordées à l'origine à un pays tiers, et ne bénéficie de celles primitivement obtenues par marchandage qu'en échange de conditions ou avantages équivalents. Sous la forme inconditionnelle, toute concession tarifaire accordée à un pays tiers est accordée à la partie contractante : ce principe a été incorporé à l'Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (G.A.T.T.) de 1948.

Dans le passé, certaines pratiques ont limité l'application du traitement de la nation la plus favorisée : tel pays a fait des concessions à son principal fournisseur afin d'obtenir de lui des concessions équivalentes ; tel autre a révisé ses classifications douanières et défini avec minutie les articles du tarif, de manière qu'une concession, générale en sa forme, ne s'applique en réalité qu'à un seul pays.

Attaquée pendant l'entre-deux-guerres, tant par les partisans du libre-échange que par les protectionnistes, le traitement de la nation la plus favorisée perdit de son intérêt sur le plan international à mesure que de nouveaux procédés de réglementation venaient opposer au commerce des obstacles plus importants que les tarifs douaniers (contingents d'importation, contrôle des changes, opérations commerciales entre États). Le caractère discrétionnaire et souvent arbitraire de ces réglementations a rendu impossible toute garantie spécifique d'égalité de traitement. Le traitement de la nation la plus favorisée a subi une attaque concertée du fait de l'avènement de la Communauté européenne ; celle-ci a réduit les droits de douane uniquement entre ses propres membres et obtenu des États africains qu'ils lui accordent un tarif douanier préférentiel (régime dit des « préférences inverses »), dont les États-Unis et la plupart des pays membres du G.A.T.T. contestèrent le bien-fondé. Au cours des années 1960, nombre de pays en voie de développement se sont efforcés d'obtenir des traitements préférentiels (régime dit des « préférences généralisées ») pour leurs exportations. Initiée à partir des années 1980 et consacrée par la mise en place en 1993 de l'Organisation mondiale du commerce, le retour à une pratique inspirée par les principes du libéralisme économique tend à remettre à l'honneur la clause de la nation la plus favorisée.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : licencié en droit, diplômé de l'École nationale des langues orientales vivantes, professeur à la faculté libre, autonome et cogérée d'économie et de droit, Paris

Classification

Autres références

«  NATION LA PLUS FAVORISÉE CLAUSE DE LA  » est également traité dans :

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 695 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « Les « Boxeurs » »  : […] La victoire japonaise n'avait pas seulement précipité la crise chinoise. Elle avait aussi ouvert la voie aux ambitions des autres puissances en Chine, par le jeu de la « clause de la nation la plus favorisée », inscrite depuis 1842 dans tous les traités de la Chine avec l'Occident. Chacune des grandes puissances industrielles s'efforce alors, à l'exemple du Japon, d'obtenir de nouveaux avantages […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 1995 : vers une redistribution des ressources mondiales

  • Écrit par 
  • Tristan DOELNITZ
  •  • 6 188 mots

Dans le chapitre « Vers la naissance de l'euro »  : […] Parmi les pays développés, le débat le plus intense a été consacré au projet de monnaie unique européenne. Il s'est manifesté au niveau national, dans les quinze pays de l'Union, invités à conformer leurs finances publiques aux critères prévus à cette fin par le traité de Maastricht, notamment dans les domaines du déficit des administrations publiques, de l'endettement et de l'inflation. Les prin […] Lire la suite

EST-OUEST RELATIONS

  • Écrit par 
  • Jacques HUNTZINGER, 
  • Philippe MOREAU DEFARGES
  • , Universalis
  •  • 12 329 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'ère de la guerre fraîche (1973-1980) »  : […] La guerre du Kippour d'octobre 1973 révèle, quelques mois après la signature de l'accord de Washington sur la prévention des conflits et le contrôle commun des crises, toute la fragilité des nouvelles relations américano-soviétiques. Le conflit est, certes, l'occasion d'une concertation des deux puissances pour limiter ou stopper les hostilités, mais il crée un choc dans l'administration américai […] Lire la suite

NATIONALITÉ

  • Écrit par 
  • Henri BATIFFOL, 
  • Patricia BUIRETTE, 
  • Jean-Éric MALABRE, 
  • Marthe SIMON-DEPITRE, 
  • Paul TAVERNIER
  • , Universalis
  •  • 10 358 mots

Dans le chapitre « Les moyens d'échapper aux incapacités frappant les étrangers »  : […] Il existe plusieurs moyens d'échapper aux restrictions imposées aux étrangers par les législations internes. Certains sont individuels : la dispense est alors fondée sur une qualité propre à la personne. D'autres sont généraux en ce sens qu'ils bénéficient à tous les étrangers d'une nationalité déterminée. La tendance actuelle est à l'accroissement des facteurs d'individualisation de la condition […] Lire la suite

Les derniers événements

26 mai 1994 États-Unis – Chine. Renouvellement de la clause de la nation la plus favorisée au profit de Pékin

Le 26, le président américain Bill Clinton annonce le renouvellement au profit de la Chine de la clause de la nation la plus favorisée. Après avoir déclaré en 1993 que cette décision serait liée à l'amélioration de la situation des droits de l'homme en Chine, Bill Clinton, qui reconnaît l'absence de progrès dans ce domaine, se plie à la réalité des intérêts économiques de son pays et à la nécessité stratégique de maintenir de bonnes relations sino-américaines, et annonce le « découplage » des deux dossiers. […] Lire la suite

17 juillet - 1er août 1991 États-Unis – U.R.S.S. Signature du traité S.T.A.R.T. lors du sommet de Moscou

la clause de la nation la plus favorisée. Le 31, les présidents Bush et Gorbatchev signent le traité S.T.A.R.T. de réduction des armements stratégiques dont la négociation a débuté en 1982. Ce traité prévoit une réduction de 25 à 30 p. 100, selon les catégories d'armements, des arsenaux existants. En outre, les deux chefs d'État annoncent la convocation en octobre d'une conférence de paix au Proche-Orient, que leurs deux pays coparraineront. […] Lire la suite

2-4 décembre 1989 États-Unis – U.R.S.S. Sommet de Malte

à la communauté internationale, en prévoyant d'accorder à Moscou la clause de la nation la plus favorisée, en soutenant son entrée au sein du G.A.T.T. en tant qu'observateur et en incitant les hommes d'affaires américains à « aider » Mikhaïl Gorbatchev. « Le monde quitte une époque de guerre froide [...] pour une période de paix de longue durée », lui répond ce dernier qui lie l'avenir de ce nouveau partenariat politico-économique au succès des réformes en U. […] Lire la suite

19 février 1987 États-Unis – Pologne. Levée des dernières sanctions économiques

Prises à la suite de la déclaration de l'état de guerre en décembre 1981, elles avaient été progressivement abandonnées depuis lors, à l'exception du retrait de la clause de la nation la plus favorisée, et de l'interdiction de l'attribution de crédits garantis. Cette mesure, demandée par Lech Wasa lui-même, fait suite à la visite à Varsovie, en janvier, du numéro deux du département d'État américain, John Whitehead, qui avait rencontré à cette occasion les principaux responsables polonais, du général Jaruzelski au cardinal-primat Mgr Jozef Glemp, et avait également pu s'entretenir avec Lech Wasa. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Georges BLUMBERG, « NATION LA PLUS FAVORISÉE CLAUSE DE LA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/clause-de-la-nation-la-plus-favorisee/