SAUTET CLAUDE (1924-2000)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un portrait de la société française

Ces combinaisons affectives se mettent en place à travers une multitude de personnages dans Une histoire simple (1978), dont Romy Schneider est une fois de plus le centre, et surtout dans Vincent, François, Paul et les autres (1974), film choral qui pourrait à lui seul résumer les deux décennies qui vont des Choses de la vie à Une histoire simple. Le talent de Sautet ne tient pas seulement à sa capacité de décrire avec une grande densité les variations psychologiques et affectives de personnages inoubliables, interprétés par des acteurs qui trouvent chez lui une écoute et une attention exceptionnelles : aux acteurs déjà cités, il faut ajouter Claude Brasseur, Madeleine Robinson, Marie Dubois, François Perrier, Stéphane Audran, Gérard Depardieu, ou encore Patrick Dewaere et Yves Robert dans Un mauvais fils (1980)... En complicité avec ses scénaristes préférés, Jean-Loup Dabadie, le romancier Claude Néron, Jacques Fieschi, Jérôme Tonnerre, Sautet tisse en arrière-fond un portrait rare de la société française des années 1970 et 1980 : mythologie de la voiture, omniprésente, du téléphone (avant l'ère du portable), mélange d'affairisme et de politique, cynisme du libéralisme et toute-puissance de l'argent.

Plus radicale et profonde qu'elle ne paraît, cette critique ne constitue pourtant pas l'essentiel du propos de Sautet, qui ne cesse d'espérer, contre toute évidence, dans un sursaut de ceux qu'on croit vaincus. Il excelle à peindre aussi bien les bourgeois de souche ou ceux qui ont réussi (le fabuleux César) que les ferrailleurs, les marginaux, ou les jeunes idéalistes.

Ce « classique », qui se cache pudiquement derrière un cinéma balzacien « à la troisième personne », va se livrer dans les trois dernie [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification

Autres références

«  SAUTET CLAUDE (1924-2000)  » est également traité dans :

LES CHOSES DE LA VIE, film de Claude Sautet

  • Écrit par 
  • Laurent JULLIER
  •  • 855 mots

Connu auparavant comme réalisateur de polars (Classe tous risques, 1960), Claude Sautet ne voulut pas se spécialiser dans les films d'action, et adapta en 1970 un roman de Paul Guimard, Les Choses de la vie (1967). Bien que le sujet principal puisse paraître d'une rare tristesse – il s'agit essentiellement de déc […] Lire la suite

AUDRAN STÉPHANE (1932-2018)

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 649 mots
  •  • 1 média

Née Colette Dacheville le 8 novembre 1932 à Versailles, Stéphane Audran suit les cours d’art dramatique de Tania Balachova, Charles Dullin, Michel Vitold et René Simon. Elle épouse en 1954 Jean-Louis Trintignant, son condisciple du cours Simon, avec qui elle débute sur scène, en 1955, dans La Tragédie des Albigeois de Maurice Clavel et Jacques Panijel. Après deux autres pièces, sa carrière au thé […] Lire la suite

DABADIE JEAN-LOUP (1938-2020)

  • Écrit par 
  • Véronique MORTAIGNE
  •  • 1 052 mots

Le Français Jean-Loup Dabadie fut à la fois scénariste, dialoguiste, parolier, écrivain, auteur de théâtre et de sketchs. Homme courtois, drôle et élégant, il sut manier les arts dits simples et légers, jusqu’à les mener à l’Académie française, où il fut élu en 2008 – une première pour la vénérable institution. Tout au long d’une carrière récompensée par de multiples trophées (grand prix du cinéma […] Lire la suite

MONTAND YVES (1921-1991)

  • Écrit par 
  • Michel P. SCHMITT
  •  • 1 453 mots

Dans le chapitre « « ... Les souvenirs et les regrets aussi... » »  : […] Le succès d'Yves Montand se poursuivra sur le fond d'un engagement très explicite et sans ombres au côté du P.C.F., au moins jusqu'en 1956. S'il n'adhéra jamais au Parti communiste, il fut une star de gauche qui milita avec Simone Signoret pour la cause ouvrière ou encore contre le maccarthysme. Il entend néanmoins assurer un rôle critique auprès des dirigeants communistes en demandant par exempl […] Lire la suite

PICCOLI MICHEL (1925-2020)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 2 212 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un art du dédoublement »  : […] Contrairement à certains acteurs, en particulier américains, Michel Piccoli ne s'investit pas totalement dans un personnage et ne vit pas son rôle vingt-quatre heures sur vingt-quatre : « Quand je joue la comédie, c'est réellement en état de dédoublement complet. Je vois la marionnette à côté de moi, je la fais naviguer et quand j'ai fini de tourner au cinéma ou de jouer au théâtre, je ferme le ti […] Lire la suite

VOYAGE À TRAVERS LE CINÉMA FRANÇAIS (B. Tavernier)

  • Écrit par 
  • Norbert CZARNY
  •  • 1 161 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De Becker à Sautet »  : […] Ce voyage conduit de Becker à Sautet. Si Bertrand Tavernier n’a pas connu le premier, auteur des Rendez-vous de juillet , le second, auteur de Classe tous risques , a été son ami et son conseiller. Becker et Sautet rendent l’essence d’une époque. Ils en sentent les contradictions et les transformations. Chez les deux cinéastes, souvent dédaignés, le travail se voit : stylistes dans Falbalas , pris […] Lire la suite

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « SAUTET CLAUDE - (1924-2000) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-sautet/