SEYSSEL CLAUDE DE (1450-1520)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Disciple de Bartoli, commentateur de recueils justiniens, Claude de Seyssel fut, de 1494 à 1498, conseiller auprès de la maison de Savoie avant de passer au service de Louis XII. Après une brillante carrière aux parlements de Toulouse puis de Paris en qualité de maître des requêtes, il écrivit pour François Ier La Grant'Monarchie de France (1519). C'est un recueil de conseils pour le jeune souverain, mais surtout un brillant tableau juridique de la société française de son temps.

L'un des premiers théoriciens de l'absolutisme français, il en trace à la fois l'étendue et les limites telles que, pratiquement, elles existaient à son époque ; il en définit les caractères et aussi les avantages qu'il y trouve par rapport aux autres formes d'absolutisme. Limité par la religion, la raison, la coutume, les conseils royaux et les lois fondamentales, l'absolutisme français semble à Claude de Seyssel la forme la moins mauvaise de gouvernement. Sa pensée juridique est complétée par les Problèmes d'Appien. Évêque de Marseille lorsqu'il écrit La Grant'Monarchie et membre éminent du parlement, Seyssel donne tout naturellement aux évêques et aux cours souveraines une place prépondérante comme freins au pouvoir royal. Sa description de la société française au début du xvie siècle retrace l'évolution qui s'y manifestait déjà : le passage d'une société d'ordres, hiérarchisée et ordonnancée, fondée sur la dignité, à une société dynamique, fondée sur la fortune et le talent. Il montre, en effet, que le peuple gras (il appelle ainsi tous ceux qui pratiquent le grand commerce) peut s'enrichir aux dépens de la noblesse à qui tout commerce est interdit ; cette richesse lui permet d'acheter des offices de justice et de finances ; ces nouveaux privilégiés peuvent parvenir à la noblesse et combler les vides qui se produisent dans ses rangs du fait des guerres ou de l'appauvrissement.

—  Solange MARIN

Écrit par :

Classification


Autres références

«  SEYSSEL CLAUDE DE (1450-1520)  » est également traité dans :

BODIN JEAN (1529-1596)

  • Écrit par 
  • Pierre MESNARD
  •  • 4 653 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Unité du principe politique, diversité des modes de gouvernement »  : […] Une telle autorité, forme vitale de l'État, ne saurait se monnayer. La souveraineté, comme la république, est une et indivisible : elle appartient en entier à celui qui a le pouvoir de donner et de casser la loi, prince, élite ou peuple. Dans le premier cas, on a une monarchie, dans le deuxième une aristocratie, dans le dernier une démocratie. Dans la mesure où ils sont exercés avec justice et co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-bodin/#i_8526

RENAISSANCE

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI, 
  • Jacques CHOMARAT, 
  • Jean-Claude MARGOLIN, 
  • Jean MEYER
  •  • 31 106 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Supports et instruments étatiques »  : […] Des juristes, tels Jean Ferrault ou Charles de Grassaille de l'école de Toulouse, Claude de Seyssel ( La Grant Monarchie de France , 1519), sir John Fortescue ou sir Thomas Smitt en Angleterre, des « praticiens » issus des milieux militaire, diplomatique, judiciaire ou financier ont longuement décrit les caractéristiques des États du xvi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/renaissance/#i_8526

Pour citer l’article

Solange MARIN, « SEYSSEL CLAUDE DE - (1450-1520) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-de-seyssel/