CHONGQING [TCH'ONG-K'ING]

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Plus grand centre urbain et industriel de tout le Sud-Ouest chinois, avec, en 2006, une population estimée à plus de 30 millions d'habitants. Chongqing s'est développée à partir d'un éperon rocheux à la confluence du Yangzi et du Jialing, site particulièrement accidenté qu'escaladent de pittoresques maisons construites en bambou. L'urbanisation a gagné ensuite la rive gauche du Jialing et surtout la rive droite du Yangzi, où le district urbain de Chongqing s'est considérablement étendu au cours des années 1950.

Chine : carte administrative

Carte : Chine : carte administrative

Carte

Carte administrative de la Chine. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Port actif sur le Yangzi, Chongqing a bénéficié en 1939 de l'installation du gouvernement chinois qui s'y repliait devant l'avance japonaise, et qui y a transféré des unités industrielles, notamment l'aciérie de Hanyang et une usine de fabrication de rails qui fut, jusqu'en 1953, la plus importante de Chine ; en 1960, l'ensemble fut considérablement développé pour constituer un des grands combinats sidérurgiques du pays. Sur ces bases ont été implantées d'importantes industries métallurgiques (matériel roulant, machines-outils, constructions navales) ; industries alimentaires, textiles (coton, soie), automobiles, motocycles et industries chimiques (matières plastiques, caoutchouc) sont les autres branches importantes de l'activité industrielle de la ville. Chongqing a bénéficié de l'énergie électrique fournie par plusieurs barrages édifiés sur un affluent du Yangzi à l'aval de la ville, le Longjihe, et du charbon exploité au nord et au sud de l'agglomération. Le trafic portuaire s'est considérablement accru (pétrole, acier, produits chimiques, produits alimentaires, soieries et cuirs entre autres) après la construction des voies ferrées reliant à la ville le Nord-Ouest et le Sud-Ouest chinois, dont une partie des productions aboutissent à Chongqing qui les exporte par voie fluviale vers l'est du pays. En 1979, le port, à l'instar d'autres ports situés sur le Yangzi, a été ouvert au commerce étranger, si bien qu'il est devenu un centre de commerce international.

Au début du xxie siècle, Chongqing bénéficie de la conjoncti [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur des Universités, Institut national des langues et civilisations orientales

Classification

Autres références

«  CHONGQING [ TCH'ONG-K'ING ]  » est également traité dans :

CHINE - Hommes et dynamiques territoriales

  • Écrit par 
  • Thierry SANJUAN
  •  • 9 791 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les inégalités régionales »  : […] Ce développement économique ne va pas sans poser de nouveaux défis à la Chine. Dans les années 1990, plus encore que précédemment, les inégalités se sont creusées entre les régions, entre les villes et les campagnes, au sein de la société. Une lecture de l'espace chinois s'impose dorénavant en trois vastes bandes longitudinales – le littoral, l'intérieur et l'Ouest –, dont les écarts de développe […] Lire la suite

NOUVELLES ROUTES DE LA SOIE

  • Écrit par 
  • Nashidil ROUIAÏ
  •  • 4 916 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les enjeux de politique intérieure »  : […] Le développement des liaisons ferroviaires et routières entre la Chine et ses voisins permet à Pékin de développer et d’intégrer ses provinces les plus lointaines (Tibet, Yunnan, Xinjiang notamment) pour en faire des plateformes, des points de contact entre la République populaire et le reste du continent eurasiatique. Aux intérêts économiques et stratégiques se greffent dès lors des enjeux de pol […] Lire la suite

SICHUAN ou SETCHOUAN [SSEU-TCH'OUAN]

  • Écrit par 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 986 mots
  •  • 3 médias

La province du Sichuan s'étend au cœur de l'espace chinois et couvre 569 000 kilomètres carrés ; sa population atteignait 81,7 millions d'habitants en 2006. Elle rassemble deux domaines bien différents : le tiers occidental est constitué, comme le sud-est du Tibet et l'ouest du Yunnan, d'une succession de hautes chaînes (plus de 3 000 m) parallèles, de direction nord-sud, et de profondes vallées : […] Lire la suite

YANGZI, fleuve

  • Écrit par 
  • Jean DELVERT, 
  • Thierry SANJUAN, 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 4 123 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Le barrage des Trois Gorges »  : […] Trois objectifs majeurs ont commandé à la construction de ce gigantesque barrage sur le Yangzi, près de la ville de Yichang (province de Hubei), en aval du célèbre site des Trois Gorges : maîtriser le débit du fleuve, augmenter les capacités de navigation jusqu'à la ville de Chongqing et réaliser un puissant complexe hydroélectrique. Le barrage permet également de montrer, aux yeux de la popula […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre TROLLIET, « CHONGQING [TCH'ONG-K'ING] », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/chongqing-tch-ong-k-ing/