CHIKAMATSU MONZAEMON (1653-1724)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Évolution d'un dramaturge

Selon les auteurs et selon les critères retenus, on attribue à Chikamatsu de cent à cent cinquante jōruri, drames pour marionnettes, ainsi qu'une trentaine de pièces de kabuki.

Pour mettre un peu d'ordre dans cette production monumentale, diverses méthodes d'analyse et de classement ont été proposées. Nous en retiendrons deux, qui nous permettront d'examiner l'ensemble de l'œuvre sans pour autant nous limiter à une fastidieuse énumération de titres : l'une, chronologique, permet de suivre l'auteur dans sa marche vers la perfection, car les chefs-d'œuvre datent à de rares exceptions près des deux dernières décennies de sa vie ; la seconde, par thèmes, permet de remonter aux sources de son inspiration.

Les spécialistes s'accordent généralement pour diviser en quatre grandes périodes les cinquante années, de 1673 à 1724, sur lesquelles s'étend l'activité de Chikamatsu. Une simple lecture des textes, dans l'ordre chronologique, confirme la légitimité de cette division.

La manière ko-jōruri

De 1673 à 1685, Chikamatsu se fait la main en composant, principalement pour le chanteur Kaga-no-jō, des récits de « style ancien », dans la manière dite ko-jōruri. Le dialogue, très sommaire au début, prend une place de plus en plus importante, et réduit progressivement la part du commentaire. La critique interne seule permet de distinguer ces récits des pièces de ses contemporains : une imagination échevelée, un romantisme exacerbé, mais aussi un style plus fluide, un sens dramatique très aigu, un humour qui rappelle les grands classiques du passé, voilà qui déjà laisse percer la marque du maître sous les maladresses du débutant. Quelques scènes d'amour traitées avec un réalisme qui n'exclut pas une certaine finesse dans la psychologie annoncent déjà les « drames de la vie privée » de la dernière période. Les personnages cependant restent schématiques, et conformes à la simplification épique des caractères.

Jōruri et kabuki

De 1686 à 1703, Chikamatsu écrit désormais pour deux interprètes dignes de lui : Takemoto Gidayū, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification

Autres références

«  CHIKAMATSU MONZAEMON (1653-1724)  » est également traité dans :

JAPON (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques ORIGAS, 
  • Cécile SAKAI, 
  • René SIEFFERT
  •  • 20 418 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les « trois grands » et le siècle d'Ōsaka (1650-1750) »  : […] Trois écrivains de première grandeur allaient illustrer, dans la seconde moitié du xvii e  siècle, chacun des trois genres que l'on vient de décrire : Saikaku le romancier, Chikamatsu le dramaturge et Bashō le poète. Ihara Saikaku (1642 env.-1693) était semble-t-il un riche marchand d'Ōsaka qui avait assidûment pratiqué le haikai et qui, vers la quarantaine, s'était retiré des affaires pour se co […] Lire la suite

THÉÂTRES DU MONDE - Le théâtre japonais

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT, 
  • Michel WASSERMAN
  •  • 6 946 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La formation »  : […] Avec l'interdiction faite en principe aux jeunes comédiens de paraître sur scène, la carrière des acteurs subit en effet une mutation profonde : réduite auparavant aux trois ou quatre années qui précédaient l'âge adulte, elle devint pratiquement illimitée. Une fois la séduction sensuelle de la jeunesse disparue, le comédien pouvait désormais compter sur son talent et sur son expérience théâtrale p […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

René SIEFFERT, « CHIKAMATSU MONZAEMON (1653-1724) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/chikamatsu-monzaemon/