Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CHIKAMATSU MONZAEMON (1653-1724)

Bibliographie

M. Chikamatsu, Les Vingt-Quatre Tragédies bourgeoises, trad. R. Sieffert, 4 vol., P.O.F., 1991

S. Fujii, Chikamatsu zenshū, 12 vol., Ōsaka, 1925-1928

D. Keene, Major Plays of Chikamatsu, New York-Londres, 1961

A. Miyamori, Master Pieces of Chikamatsu, the Japanese Shakespeare, Londres-New York, 1926

T. Takano, Chikamatsu kabuki kyōgen shū, Tōkyō, 1927.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification

Pour citer cet article

René SIEFFERT. CHIKAMATSU MONZAEMON (1653-1724) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Média

Scène de kabuki - crédits : Herve Bruhat/ Gamma-Rapho/ Getty Images

Scène de kabuki

Autres références

  • JAPON (Arts et culture) - La littérature

    • Écrit par , et
    • 20 234 mots
    • 2 médias
    Chikamatsu Monzaemon (1653-1724) avait d'abord composé quelques dizaines de « jōruri anciens » publiés anonymement. En 1686, Takemoto Gidayū, récitant qui avait renouvelé l'art de la déclamation et fondé un théâtre à Ōsaka en 1684, fit appel à lui ; ce fut le début d'une collaboration qui dura...
  • THÉÂTRES DU MONDE - Le théâtre japonais

    • Écrit par et
    • 6 919 mots
    • 4 médias
    ...nō : la découverte par le chanteur Takemoto Gidayū (1651-1714) d'un jeune auteur de jōruri qui devait se révéler génial autant sinon plus que Zeami, Chikamatsu Monzaemon (1653-1724). Gidayū, musicien et chanteur de grand talent, avait enrichi l'art de la déclamation au point que le terme de ...