CHEROKEE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Indiens d'Amérique du Nord de la famille linguistique des Iroquois, les Cherokee habitaient dans l'est du Tennessee et dans l'ouest des deux Carolines. Ils vivaient autrefois dans la région des Grands Lacs, mais ils émigrèrent vers le sud après avoir été vaincus par les Delaware et par les Iroquois. En 1650, on estimait leur population à environ 25 000 personnes vivant sur un territoire de 100 000 kilomètres carrés dans les Appalaches.

La vie et la culture des Cherokee ressemblaient beaucoup à celles des Creek et des autres Indiens du Sud-Est. La nation cherokee était composée d'une confédération de villes rouges pour la guerre et blanches pour la paix, dont les chefs étaient subordonnés respectivement au chef de guerre suprême et au chef de paix suprême. Tandis que dans les villes blanches l'asile était offert aux malfaiteurs, dans les villes rouges avaient lieu les cérémonies de guerre. Les Cherokee étaient divisés en sept clans sans doute en rapport avec les sept « villes mères » de la nation cherokee ; chacune d'elles avait son chef héréditaire en ligne maternelle.

À l'arrivée des Européens, au milieu du xvie siècle, les Cherokee possédaient une grande variété d'instruments de pierre : couteaux, haches, burins ; ils pratiquaient la vannerie, la poterie et ils cultivaient le maïs, les haricots et les courges. Les cerfs, les ours et les élans leur fournissaient la viande et les vêtements. Ils habitaient des huttes de rondins au toit d'écorce. Ils se réunissaient dans la maison du conseil où brûlait le feu sacré. La fête du Maïs Vert était une cérémonie religieuse importante où s'accomplissaient les rites des premières récoltes et du feu nouveau.

Alliés des Anglais, les Cherokee soutinrent le roi contre les colons pendant la guerre de l'Indépendance et leur furent hostiles jusqu'en 1794. À cette époque, comme les Blancs ne cessaient d'empiéter sur leur territoire, une partie de la tribu émigra plus au sud, en Alabama ; une autre partie traversa le Mississippi et s'installa dans l'Arkansas.

Après 1800, les Cherokee assimilèrent la culture blanche de manière étonnante. Vers 1820, Sequoya, un métis cherokee qui avait servi dans l'armée américaine pendant la guerre Creek, élabora l'alphabet de la langue cherokee. Ce syllabaire eut tant de succès qu'en très peu de temps presque toute la tribu sut lire. Ils adoptèrent une constitution écrite et on vit naître une littérature religieuse comprenant des traductions de textes chrétiens. Un journal indien, le premier du genre, le Cherokee Phoenix, commença a être publié en février 1828. Lorsqu'on découvrit de l'or sur le territoire cherokee, en Georgie, on fit pression sur le gouvernement pour en éloigner les Indiens. En décembre 1835, le traité de New Echota, signé par une toute petite minorité de Cherokee, cédait aux États-Unis le territoire à l'est du Mississippi pour la somme de 5 000 000 de dollars. On appela cet exode, qui eut lieu pendant l'hiver de 1838-1839, la Piste des larmes. Sur 18 000 Cherokee qui commencèrent la marche vers l'ouest, 4 000 périrent de maladie et de froid ; les autres, lorsqu'ils arrivèrent dans leur domaine (le nord-est de l'Oklahoma), connurent de nouvelles controverses avec les colons blancs déjà installés. Les vendettas et les meurtres se succédèrent au sein de la tribu en représailles contre ceux qui avaient signé le traité de New Echota. Dans l'Oklahoma, les Cherokee se joignirent à quatre autres tribus, les Creek, les Chickasaw, les Choctaw et les Séminole, qui avaient dû quitter le Sud-Est sous la pression du gouvernement américain dans les années 1830. Pendant soixante-quinze ans, chaque tribu eut son propre territoire et un gouvernement pratiquement autonome copié sur celui des États-Unis. Quand l'Oklahoma devint un État en 1907, le territoire tribal fut ouvert aux colons blancs ; les gouvernements tribaux et la réserve cessèrent d'exister. Au début du xxie siècle, 10 000 Cherokee vivaient dans l'Oklahoma (sur 270 000 au total aux États-Unis). À l'époque de l'exode de 1838, quelques centaines de Cherokee s'échappèrent dans les montagnes. C'est d'eux que descendent les 10 000 Cherokee qui vivent dans l'ouest de la Caroline du Nord.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CHEROKEE  » est également traité dans :

AMÉRINDIENS - Amérique du Nord

  • Écrit par 
  • Marie-Pierre BOUSQUET, 
  • Roger RENAUD
  • , Universalis
  •  • 10 331 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La conquête »  : […] Ne parvenant pas à faire éclater la Confédération, les États-Unis optent pour la guerre. Dans le Sud, les tribus qui comptent dans leurs rangs une importante population métisse se sont divisées entre ceux qui sont partisans d'une politique de conciliation et d'adaptation culturelle et ceux qui sont partisans d'une opposition plus ferme. Ces divisions, auxquelles s'ajoutent les intrigues espagnoles […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Catherine LEFORT, 
  • Laurent VERMEERSCH
  •  • 19 933 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Une géographie des groupes ethniques liée à l'histoire »  : […] Les premiers peuples à s'installer en Amérique du Nord furent les Amérindiens, arrivés d'Asie il y a 30 000 ans par le détroit de Béring, alors gelé. Aucun groupe n'a connu, sur le territoire actuel des États-Unis, la prospérité des civilisations du Mexique central ; la proximité des foyers mexicains a pu cependant être à l'origine d'une plus grande maîtrise de l'agriculture chez les groupes du S […] Lire la suite

MANKILLER WILMA (1945-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 380 mots

Leader et activiste amérindienne, Wilma Mankiller fut la première femme à devenir chef d'une nation amérindienne aux États-Unis. Née le 18 novembre 1945 à Tahlequah, en Oklahoma, Wilma Pearl Mankiller possède des origines cherokee, néerlandaises et irlandaises ; son nom de famille vient du prestige de grand guerrier qu'avait gagné l'un de ses ancêtres cherokee. Elle grandit à Mankiller Flats, la […] Lire la suite

Pour citer l’article

Agnès LEHUEN, « CHEROKEE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cherokee/