NAVAJO ou NAVAHO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De toutes les tribus indiennes des États-Unis, le groupe des Navajo est le deuxième en importance : au début du xxie siècle, il regroupait une population d'environ 340 000 personnes disséminées dans le nord-ouest du Nouveau-Mexique, le nord-est de l'Arizona, le sud-est de l'Utah et l'est de la Californie. Les Navajo parlent une langue apache de la famille athapascan.

Les Navajo et les Apache partirent de ce qui est aujourd'hui le Canada pour émigrer vers le Sud-Ouest, vraisemblablement entre 900 et 1200. Les Navajo subirent l'influence des Indiens Pueblo dès le début du xviie siècle. On retrouve cette influence dans l'agriculture, devenue leur plus important moyen de subsistance, et dans leur mode d'existence sédentaire. Par la suite, l'élevage des moutons, des chèvres et du bétail a complété l'agriculture. Dans certaines régions, elle l'a même détrônée. Les Navajo vivent dans des hogans de rondins et de boue. Les hommes pratiquent souvent les bains de vapeur, qui leur servent de lieu de réunion et leur permettent d'échapper à la curiosité et à l'emprise des femmes. La descendance est en effet reconnue en ligne maternelle et les hommes ont souvent une position difficile dans la famille de leur femme.

La ressemblance entre les Navajo et d'autres peuples apache se retrouve dans l'absence d'une organisation tribale ou politique centralisée. Autrefois, les Navajo étaient regroupés par petites bandes dont les membres étaient parents, celles-ci ayant à leur tête des chefs locaux. Aujourd'hui, on retrouve des groupes locaux du même genre mais qui se forment à partir du lieu de résidence et non plus d'après la parenté.

Les poteries peintes et les célèbres tapis des Navajo sont le résultat des contacts avec les Pueblo. Il en est de même pour certains rites tels que les peintures de sable. Le travail de l'argent, qui fait aussi la célébrité de l'artisanat navajo, date du milieu du xixe siècle. Ce sont probablement les orfèvres mexicains qui le leur enseignèrent.

Indiens Navajo

Photographie : Indiens Navajo

Vieille femme navajo tissant des tapis à Monument Valley, site touristique de la réserve navajo de l'Utah, États-Unis. 

Crédits : Sylvain Grandadam/ The Image Bank/ Getty Images

Afficher

Le système religieux des Navajo est complexe. D'après certains mythes, les premiers hommes seraient venus de différents mondes souterrains. Certains rites étaient très simples ; ils étaient accomplis par des individus ou des familles qui voulaient avoir de la chance dans leurs voyages, leurs échanges commerciaux et au jeu, et qui désiraient protéger leurs récoltes et leurs troupeaux. Pour les rites plus complexes, il fallait l'aide d'un spécialiste qu'on payait selon son habileté et selon la longueur de la cérémonie. On se servait de la plupart de ces rites pour guérir les maladies physiques et psychiques. D'autres cérémonies ne comportaient que des prières, des chansons et des peintures rituelles faites avec du pollen et des pétales de fleurs. Des danses publiques et des spectacles rassemblaient des centaines ou des milliers de personnes.

Les Navajo ne firent jamais autant de raids que les Apache. Cependant, ils posèrent suffisamment de problèmes au gouvernement américain pour que celui-ci prenne des mesures. En 1861, le colonel Kit Carson fut chargé par le général James H. Carleton de les soumettre. Les troupes américaines détruisirent les récoltes et les troupeaux, tuèrent de nombreux Navajo et déportèrent en 1864 environ 8 000 Navajo ainsi que 400 Mescalero à Bosque Redondo (près de Fort Summer à environ 300 km au sud de Santa Fé, au Nouveau-Mexique). Cette « longue marche » (The Long Walk) ainsi que les quatre années de captivité (1864-1868) rendirent les Indiens amers et méfiants. Les traces de cet événement n'ont toujours pas disparu. Aujourd'hui, les territoires alloués par le gouvernement représentent une superficie supérieure à 64 000 kilomètres carrés répartis sur les États du Nouveau-Mexique, de l'Arizona, du Colorado et de l'Utah. Cette région est très aride : l'agriculture et l'élevage qu'on peut y pratiquer ne permettent pas de nourrir tout le monde. Des milliers d'Indiens ont dû quitter le pays navajo pour se faire employer comme travailleurs temporaires. Beaucoup d'autres se sont établis sur des terres irriguées, le long du cours inférieur du Colorado et dans des villes comme Los Angeles et Kansas City. Les jeunes gens élevés dans les missions ne reconnaissent plus guère les valeurs traditionnelles navajo, mais n'ont pas pour autant adopté le mode de vie des Blancs. La surpopulation et le déracinement culturel sont les problèmes majeu [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  NAVAJO ou NAVAHO  » est également traité dans :

AMÉRINDIENS - Amérique du Nord

  • Écrit par 
  • Marie-Pierre BOUSQUET, 
  • Roger RENAUD
  • , Universalis
  •  • 10 331 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Une économie rationnelle et diversifiée »  : […] Les économies tribales n'étaient nullement conduites au jour le jour mais extrêmement diverses ; qu'il s'agisse de l'agriculture (régions à l'est des Plaines, au sud des Grands Lacs, le long des fleuves et points d'eau des régions arides du Sud-Ouest), de la chasse (régions subarctiques et du Nord), de la pêche (côte pacifique et rivières à saumon), de la collecte (Californie), ces économies repo […] Lire la suite

ATHAPASCAN

  • Écrit par 
  • Agnès LEHUEN
  •  • 382 mots

La plus répandue des familles linguistiques indiennes d'Amérique du Nord : côte arctique et Nouveau-Mexique, côte pacifique, près de la baie d'Hudson et du rio Colorado à l'embouchure du rio Grande. Les langues de la famille athapascan ont toutes des points communs, tant du point de vue phonétique que morphologique. Cependant, les Indiens de langue athapascan présentent tant de différences physiqu […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Catherine LEFORT, 
  • Laurent VERMEERSCH
  •  • 19 933 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Une géographie des groupes ethniques liée à l'histoire »  : […] Les premiers peuples à s'installer en Amérique du Nord furent les Amérindiens, arrivés d'Asie il y a 30 000 ans par le détroit de Béring, alors gelé. Aucun groupe n'a connu, sur le territoire actuel des États-Unis, la prospérité des civilisations du Mexique central ; la proximité des foyers mexicains a pu cependant être à l'origine d'une plus grande maîtrise de l'agriculture chez les groupes du S […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Ethnologie générale

  • Écrit par 
  • Raymond William FIRTH
  •  • 9 525 mots

Dans le chapitre « Valeurs et vision du monde »  : […] De tout temps, les ethnologues ont étudié ce qu'on appelle les valeurs, mais sous diverses rubriques : croyances, idées ou institutions. Radcliffe-Brown, par exemple, a décrit la valeur sociale d'un phénomène tel que le feu chez les Andamanais. Plus tard, C. Kluckhohn et ses collaborateurs firent des études comparées sur les valeurs parmi plusieurs sociétés voisines au Nouveau-Mexique. R.  Redfiel […] Lire la suite

HILLERMAN TONY (1925-2008)

  • Écrit par 
  • Claude MESPLÈDE
  •  • 670 mots

Décédé à Albuquerque (Nouveau-Mexique), le 26 octobre 2008, à l'âge de quatre-vingt-trois ans, Tony Hillerman figure parmi les grands romanciers du sud-ouest des États-Unis. Traduit dans une douzaine de langues, il laisse une œuvre unique composée de romans policiers qui explorent les mœurs et coutumes des tribus indiennes hopis et navajos. Né le 27 mai 1925 dans l'Oklahoma, à Sacred Heart, Tony H […] Lire la suite

KLUCKHOHN CLYDE KAY MABEN (1905-1960)

  • Écrit par 
  • Raymond ECHES
  •  • 814 mots

Sans doute un des plus grands parmi les anthropologues américains de ce siècle, Kluckhohn exerça une influence considérable sur les sciences sociales anglo-saxonnes. Pendant toute sa vie, il étudia en ethnographe les Indiens Navajo. Il tenta, à partir de ces recherches, d'élaborer une théorie de la culture, surtout dans le domaine des modèles culturels ( patterns ) et des valeurs. Il fut aussi un […] Lire la suite

MAGIE

  • Écrit par 
  • René ALLEAU, 
  • Roger BASTIDE
  •  • 11 230 mots

Dans le chapitre « Le fonctionnalisme et le structuralisme »  : […] Devant les oppositions doctrinales de l'ancienne anthropologie, la nouvelle anthropologie, négligeant les problèmes d'origine et de catégorisation, s'attache plutôt, depuis B.  Malinowski, aux problèmes des fonctions. Il est facile de classer les fonctions manifestes de la magie : magie offensive, destinée à provoquer la maladie, la folie ou la mort de l'adversaire, et magie protectrice, destinée […] Lire la suite

MASQUES - Le masque en Amérique

  • Écrit par 
  • Christian DUVERGER
  •  • 3 653 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Ethnologie du masque en Amérique »  : […] Si le masque-instrument de transfiguration n'a apparemment connu qu'une modeste implication rituelle ou festive dans l'univers précolombien, il est, en revanche, largement répandu actuellement dans les communautés indigènes d'Amérique. De l'Alaska à la Terre de Feu, la quasi-totalité des groupes ethniques utilisent des masques lors de fêtes coutumières et traditionnelles. La plus grande variété p […] Lire la suite

MÉDIAS (anthropologie)

  • Écrit par 
  • Julien BONHOMME
  •  • 1 391 mots

Longtemps ignorés par l’anthropologie, les médias se sont imposés comme l’un des nouveaux objets d’étude de la discipline au cours des années 1990. Les anthropologues ont pris la pleine mesure du fait que les terrains les plus isolés étaient désormais marqués par la présence de médias de toutes sortes, qu’il s’agisse des médias de masse traditionnels (presse écrite, radio, cinéma, télévision) ou d […] Lire la suite

MUSICALES (TRADITIONS) - Musiques des Amériques

  • Écrit par 
  • Gérard BEHAGUE
  •  • 5 846 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'Amérique du Nord : les musiques indiennes et eskimos »  : […] Les musiques indiennes . Avant l'arrivée des Européens en Amérique du Nord, les cultures indiennes agricoles s'étaient développées surtout dans la partie méridionale du continent, dans les terres boisées de la Georgie, du Tennessee et de l'Ohio où se trouvaient les tribus Seminole, Creek, Cherokee et Shawnee, et plus au nord, autour des grands lacs, les Chippewa (ou Ojibway) et les Menomini. Dans […] Lire la suite

Pour citer l’article

Agnès LEHUEN, « NAVAJO ou NAVAHO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/navajo-navaho/