CHAMBORD

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Demeure étrange, édifiée dans une plaine assez désolée, Chambord est un château, à la fois prodigieux et inhabitable, créé par François Ier en 1519. La construction se prolongea jusqu'à la mort du roi pour ne prendre fin que sous Henri II. La grande activité du chantier se situe entre 1520 et 1536 ; mais François Ier, d'abord impatient, paraît s'être désintéressé assez vite de son œuvre et, vers la fin du règne, il vint très peu à Chambord. Peut-être trouvait-il — assez justement — ce château démodé.

Château de Chambord, France

Photographie : Château de Chambord, France

Façade du château de Chambord, France. 1519-1536. 

Crédits : Cristian Bortes (www.eyeem.com/bortescristian)/ flickr ; CC-BY

Afficher

Les principaux maçons engagés pour la réalisation de cette demeure sont Jacques Sourdeau, un des bâtisseurs de Blois, Pierre Trinqueau, qui semble avoir conservé jusqu'à sa mort, en 1538, la haute direction de l'œuvre, et Jacques Coqueau. Plusieurs dessins de l'édifice furent établis avant la mise en train de la construction. On connaît un modèle en bois qui avait été exécuté par Dominique de Cortone et l'on pense que Léonard de Vinci, pendant les dernières années de sa vie passées en France, put intervenir dans l'élaboration des plans de Chambord.

Le plan de l'édifice est celui d'un château fort de plaine, très voisin, par exemple, de celui de Vincennes. Il comporte une vaste enceinte rectangulaire, bordée d'une fausse braie, cantonnée de tours rondes, et sur un côté de laquelle s'érige un donjon. Ce donjon, qui possède des proportions colossales, constitue à lui seul le château presque entier. C'est un énorme cube de pierre d'environ 45 mètres de côté (la saillie des tours non comprise), flanqué de quatre puissantes tours d'angle et traversé par deux vestibules au croisement desquels est située la double hélice du célèbre escalier. Les proportions de ce plan sont calculées avec un souci de symétrie et d'harmonie qui n'était pas habituel dans l'architecture française du Moyen Âge ; aussi l'on doit reconnaître que ce plan a été établi par les Italiens sur des données d'origine française. En particulier, l'idée de situer une vis au cœur d'un massif de maçonnerie est d'une audace extraordinaire et sans nul précédent en France. Cette idée pourrait être due à Léonard de Vinci. Par la position de l'escalier, le château de Chambord devient un édifice de plan centré, préoccupation que l'on rencontre très souvent dans les carnets de Léonard. On s'est souvenu également du modèle romain de Bramante au Belvédère, pour la réalisation de la vis double de Chambord, en logeant celle-ci dans une cage à claire-voie.

Dans l'élévation de cette demeure, on doit relever certaines affinités avec le château de Blois. Les arcades du donjon sont du même type issu de Bramante que celle de la façade des Loges à Blois ; elles ne font que marquer des rapports de filiation directe entre Chambord et l'aile François Ier. Nous retrouvons à Chambord les deux éléments typiques de l'ordonnance blésoise : la superposition des pilastres sur toute la hauteur du monument et la séparation des étages par deux corps de moulures horizontales.

À Chambord, l'essentiel du décor est reporté dans les œuvres hautes ; les combles, fort élevés, sont hérissés de lucarnes à plusieurs étages, de cheminées monumentales, de tourelles d'escalier, le tout orné et donnant à l'édifice un couronnement d'une incomparable splendeur. Cette richesse exubérante des superstructures relie profondément Chambord à la tradition française et exprime une filiation par rapport aux brillants châteaux du xive siècle finissant, tels que Mehun-sur-Yèvre ou Saumur.

Cependant, tout dans l'exécution reste fortement imprégné d'italianisme. En premier lieu, le donjon offre la particularité d'être couvert de vastes terrasses correspondant aux salles en croix. On ne peut méconnaître l'œuvre d'un artiste étranger dans la composition de la lanterne et des autres motifs d'architecture des superstructures, dont tous les éléments sont « à l'antique », et où la pierre blanche est incrustée de losanges et de disques d'ardoise imitant le jeu des marbres polychromes sur les monuments italiens.

Les proportions de Chambord lui donnent un aspect sérieux, tandis que la multiplicité des clochetons, des tourelles, des cheminées accentue le caractère médiéval de sa silhouette. Chambord serait la pièce maîtresse d'un mode de collaboration entre artistes italiens et français assez singulier, qui paraît propre à ce début du xvie siècle. Car l'art de Chambord était passé de mode avant même que l'édifice ne fût achevé ; aussi, la puissance de [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CHAMBORD  » est également traité dans :

DESGODETS ou DESGODETZ ANTOINE (1653-1728)

  • Écrit par 
  • Christopher Drew ARMSTRONG
  •  • 1 044 mots

Aux xviii e et xix e  siècles, le nom d'Antoine Desgodets fut synonyme en France des coutumes et de la législation qui régissaient la construction des bâtiments ; l'Europe reconnaissait en lui celui qui avait publié la première étude moderne sur l'architecture de la Rome antique. Ces deux aspects du travail de Desgodets justifient l'importance que Jacques-François Blondel lui attribua dans son A […] Lire la suite

DOMENICO DA CORTONE dit LE BOCCADOR (1470 env.-env. 1549)

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 122 mots

Formé peut-être par Giuliano da Sangallo à Florence, Domenico fut amené en France par Charles VIII, en 1495. Valet de chambre d'Anne de Bretagne (1507), faiseur de chasteaux et menuisier , il semble avoir travaillé d'abord à des ouvrages de sculpture et à des projets de décorations éphémères. Maître des œuvres de maçonnerie à partir de 1514, il réalise le modèle en bois de Chambord (perdu mais d […] Lire la suite

RENAISSANCE FRANÇAISE, arts

  • Écrit par 
  • Jean GUILLAUME
  •  • 2 901 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La première Renaissance »  : […] Les « voyages » de Charles VIII et de Louis XII n'ont pas provoqué, comme on le croit souvent, une conversion immédiate à l'art de la Renaissance. Quelques individus – ecclésiastiques, nobles, financiers au service du roi – se sont seuls intéressés à l'art italien, Louis XII y restant lui-même assez indifférent. Tous ces hommes appartiennent à l'entourage royal. Aussi la plupart des créations impo […] Lire la suite

Les derniers événements

9-28 juin 2010 France. Polémiques sur le train de vie du gouvernement

Le président annonce aussi l'annulation de la traditionnelle garden-party de l'Élysée du 14-Juillet, ainsi que la fin des chasses présidentielles de Chambord.  […] Lire la suite

4-28 mars 1987 États-Unis – U.R.S.S. Réplique américaine et réactions en Europe de l'Ouest sur la question des euromissiles

Le chancelier Kohl et le président Mitterrand se rencontrent à leur tour, le 28, au château de Chambord : affirmant qu'« il est très important que l'Europe se fasse entendre », ils se déclarent partisans d'une « détente, mais contrôlée ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gérard ROUSSET-CHARNY, « CHAMBORD », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/chambord/