WHITMAN WALT (1819-1892)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Auteur d'un unique recueil de poèmes, Feuilles d'herbe, qu'il a pendant toute sa vie constamment revu et enrichi, Whitman est indéniablement le plus grand poète lyrique américain et le plus original. Nul n'a mieux évoqué que Giovanni Papini le choc éprouvé lorsqu'on lit les Feuilles d'herbe pour la première fois : « Il faut que je confesse, a-t-il avoué, que moi, un Toscan, un Italien, un Latin, je n'ai pas senti ce qu'était vraiment la poésie en lisant Virgile ou Dante, mais bien en lisant les énumérations puériles et les invocations passionnées du bon faucheur des Feuilles d'herbe. »

Walt Whitman

Walt Whitman

Photographie

Walt Whitman (1819-1892), le grand poète lyrique américain. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Le journaliste autodidacte

Lorsque parut la première édition de son chef-d'œuvre en juillet 1855, Walt Whitman avait déjà trente-six ans et rien jusque-là dans sa vie ne semblait le destiner à devenir le plus grand poète des États-Unis. Il était né dans le petit hameau de West Hills, au cœur de Long Island (qu'il appelle de son nom indien de Paumanok dans ses poèmes). Sa famille était très humble et en 1823 son père vendit la petite ferme où il végétait pour s'installer comme charpentier à Brooklyn. Walter Whitman y fréquenta l'école communale jusqu'à onze ans, et ce fut la seule instruction qu'il reçut. Comme il était le deuxième de neuf enfants, on le plaça très vite, comme saute-ruisseau d'abord, puis comme apprenti typographe. Et ce fut ce qui le sauva et lui permit de compléter son instruction. Comme plusieurs autres écrivains américains du xixe siècle (notamment Mark Twain), il apprit à écrire en composant les textes des autres et se transforma peu à peu de typographe en journaliste, après un intermède de plusieurs années comme maître d'école dans divers petits villages de Long Island. Il était alors passionné de politique et militait dans les rangs du parti démocrate, ce qui lui valut de devenir rédacteur, puis rédacteur en chef d'un certain nombre de journaux de New York et de Brooklyn ; mais, après la victoire de l'aile droite de son parti et l'échec des mouvements révolutionnaires en Euro [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur de littérature américaine à l'université de Paris-Sorbonne

Classification


Autres références

«  WHITMAN WALT (1819-1892)  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 197 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Solitude du moi et mystère de l'univers »  : […] En tant que littérature nationale, la littérature américaine n'a donc pas réussi à répondre aux questions fondamentales qu'elle se posait, celle de son origine et celle de son patrimoine. On en revient toujours au constat d'indigence établi par James  : il se demandait quel pouvait être l'objet d'une œuvre littéraire qui n'avait pas, à proprement p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-la-litterature/#i_43533

FEUILLES D'HERBE, Walt Whitman - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Claude-Henry du BORD
  •  • 857 mots
  •  • 1 média

Walt Whitman (1819-1892) est considéré comme le plus grand poète américain. De son vivant, cet anticonformiste a été célébré comme un génie ou traité d'écrivain obscène. Comme son compatriote Emerson (1803-1882), initiateur d'un mouvement philosophique, le « transcendantalisme », Whitman croit en la « lumière intérieure », au progrès, au bonheur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/feuilles-d-herbe/#i_43533

FRAGMENT, littérature et musique

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES, 
  • Daniel OSTER
  •  • 9 389 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le fragment et la question du sujet »  : […] Dépourvu de centre comme de sujet, le haïku laisse de côté l'ego et le miroir. Car ce qui est en jeu dans les Cent Mille Milliards de poèmes de Queneau ou les cut-up de la tradition moderne, tout comme dans les aphorismes de la tradition classique, c'est aussi cette possibilité de figurer un énoncé sans « je ». Ce qui ne veut pas dire cette fois […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fragment-litterature-et-musique/#i_43533

Pour citer l’article

Roger ASSELINEAU, « WHITMAN WALT - (1819-1892) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/walt-whitman/