TALLEYRAND-PÉRIGORD CHARLES MAURICE DE (1754-1838) prince de Bénévent (1806)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Illustre famille noble, claudication dès l'enfance, conviction de n'être pas aimé de sa mère, obligation familiale d'entrer dans les ordres sans vocation : de ces quatre données initiales pourrait se déduire un essai d'explication socio-psychanalytique du personnage, et se dégager le sens fantasmatique plutôt qu'historique de cette « douceur de vivre » sous l'Ancien Régime qu'il célébrera dans ses Mémoires.

À vingt-deux ans, Talleyrand est agent général du clergé de France ; à trente, il est évêque d'Autun. Très lié avec Mirabeau, autant par complicité d'intrigues financières que par convergence politique, député aux États généraux, il joue un rôle décisif dans la nationalisation des biens du clergé, dans l'établissement de la constitution civile du clergé, et sacre les premiers évêques constitutionnels. Après la fin de la Constituante, il se démet de son évêché sans trop de tapage, rentre dans la vie civile, se fait envoyer en mission diplomatique à Londres. Compromis par la découverte des papiers secrets de Louis XVI, décrété d'arrestation par la Convention, il passe aux États-Unis et ne revient en France qu'en 1796. Grâce à sa liaison avec Germaine de Staël, il est nommé par Barras ministre des Relations extérieures en juillet 1797 ; quand Benjamin Constant lui apprend sa désignation, il s'écrie, extasié : « Nous tenons la place, nous tenons la place ! Il faut faire une immense fortune, une fortune immense ! » Il se tiendra parole, et ce sera presque toute sa politique durant deux ans, si ostensiblement qu'il doit démissionner en juillet 1799. À l'automne, il se dépense efficacement pour ménager des concours à Bonaparte, l'aider à préparer son coup d'État ; au lendemain du 18-Brumaire, il se retrouve ministre des Relations extérieures : son immense fortune ne fait que commencer.

Faute de pouvoir le suivre ici dans les méandres de son activité, de ses intrigues et de ses enrichissements, trois points sont à noter, pour le s [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  TALLEYRAND-PÉRIGORD CHARLES MAURICE DE (1754-1838) prince de Bénévent (1806)  » est également traité dans :

CAULAINCOURT ARMAND AUGUSTIN LOUIS marquis de (1773-1827) duc de Vicence (1808)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 720 mots

Né d'un père qui est lieutenant-général de Louis XVI et sera sénateur et comte de Napoléon, Caulaincourt est déjà sous-lieutenant à seize ans ; sous la Révolution, il connaîtra des fortunes diverses (il accompagnera, par exemple, un ambassadeur de la République à Constantinople) avant d'être remarqué par Talleyrand, qui se chargera de sa carrière — une carrière, tout compte fait, bien plus civile […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/armand-augustin-louis-caulaincourt/#i_17364

CONCORDAT DE 1801

  • Écrit par 
  • Jean LEFLON
  •  • 4 340 mots

Dans le chapitre « Les pourparlers de Paris »  : […] Presque deux longs mois s'écoulent d'abord avant que le gouvernement français daigne répondre à la lettre personnelle adressée le 10 juillet à Bonaparte par Pie VII pour lui notifier son acceptation de principe. Ce fut Talleyrand, « Autun » comme l'appellent couramment les dépêches de la Cour pontificale, qui, pour accusé de réception, expédia à Spina un passeport pour Paris où se poursuivraient […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concordat-de-1801/#i_17364

EMPIRE (PREMIER)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 7 976 mots
  •  • 10 médias

Le 2 décembre 1804, Napoléon se fait couronner empereur, mais s'il choisit ce titre , c'est par désir d'éviter celui de roi, après dix années de révolution, plutôt que par référence à l'expansion territoriale de Rome ou de Charlemagne. Son objectif est alors de rétablir la monarchie héréditaire à son profit et non de poursuivre une guerre de conquête qui semble terminée depuis que la France a atte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empire-premier/#i_17364

LÉGITIMITÉ

  • Écrit par 
  • Paul BASTID
  •  • 4 455 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La règle et son dépassement »  : […] En quoi légitime se distingue-t-il de légal  ? Comment des pouvoirs légaux peuvent-ils être illégitimes ? Le dictionnaire de Littré, d'ordinaire si éclairant, ne nous est pas ici d'un grand secours. Ses définitions font tout de suite apparaître la difficulté d'établir un rapport rigoureux entre légitime et légal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/legitimite/#i_17364

LOUIS JOSEPH DOMINIQUE baron (1755-1837)

  • Écrit par 
  • Michel BRUGUIÈRE
  •  • 531 mots

Né à Toul, cadet d'une famille de robe (son père était avocat au Parlement de Metz), Louis a connu successivement trois carrières : aventurier ecclésiastique, fonctionnaire des Finances, homme politique. Une haute protection donne à cette triple carrière son unité, celle de Talleyrand, son cadet de trois ans, mais son patron dès 1785 (il le servira en qualité de diacre à la fête de la Fédération l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-dominique-louis/#i_17364

NAPOLÉON Ier BONAPARTE (1769-1821) empereur des Français (1804-1814 et 1815)

  • Écrit par 
  • Jacques GODECHOT
  • , Universalis
  •  • 8 302 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La chute et l'abdication »  : […] En janvier 1814, la France était attaquée sur toutes ses frontières. Les Alliés eurent l'intelligence de déclarer qu'ils ne combattaient pas le peuple de France mais seulement Napoléon. En novembre 1813, ce dernier avait rejeté les conditions proposées par le ministre des Affaires étrangères autrichien, le prince Klemens de Metternich, conditions qui auraient préservé les frontières naturelles de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/napoleon-ier-bonaparte/#i_17364

VIENNE (CONGRÈS DE)

  • Écrit par 
  • Guillaume de BERTHIER DE SAUVIGNY
  •  • 954 mots
  •  • 1 média

Après leur victoire sur Napoléon, au printemps de 1814, les quatre principales puissances victorieuses décident de convoquer à Vienne un congrès de tous les États d'Europe . Vingt années de guerre et de bouleversements territoriaux ne permettent pas d'en revenir simplement au statut de 1789 ; un nouvel ordre européen doit être établi qui perpétuera la paix retrouvée. Dans la capitale autrichienne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vienne-congres-de/#i_17364

Pour citer l’article

Jean MASSIN, « TALLEYRAND-PÉRIGORD CHARLES MAURICE DE (1754-1838) prince de Bénévent (1806) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-maurice-de-talleyrand-perigord/