TALLEYRAND-PÉRIGORD CHARLES MAURICE DE (1754-1838) prince de Bénévent (1806)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Illustre famille noble, claudication dès l'enfance, conviction de n'être pas aimé de sa mère, obligation familiale d'entrer dans les ordres sans vocation : de ces quatre données initiales pourrait se déduire un essai d'explication socio-psychanalytique du personnage, et se dégager le sens fantasmatique plutôt qu'historique de cette « douceur de vivre » sous l'Ancien Régime qu'il célébrera dans ses Mémoires.

À vingt-deux ans, Talleyrand est agent général du clergé de France ; à trente, il est évêque d'Autun. Très lié avec Mirabeau, autant par complicité d'intrigues financières que par convergence politique, député aux États généraux, il joue un rôle décisif dans la nationalisation des biens du clergé, dans l'établissement de la constitution civile du clergé, et sacre les premiers évêques constitutionnels. Après la fin de la Constituante, il se démet de son évêché sans trop de tapage, rentre dans la vie civile, se fait envoyer en mission diplomatique à Londres. Compromis par la découverte des papiers secrets de Louis XVI, décrété d'arrestation par la Convention, il passe aux États-Unis et ne revient en France qu'en 1796. Grâce à sa liaison avec Germaine de Staël, il est nommé par Barras ministre des Relations extérieures en juillet 1797 ; quand Benjamin Constant lui apprend sa désignation, il s'écrie, extasié : « Nous tenons la place, nous tenons la place ! Il faut faire une immense fortune, une fortune immense ! » Il se tiendra parole, et ce sera presque toute sa politique durant deux ans, si ostensiblement qu'il doit démissionner en juillet 1799. À l'automne, il se dépense efficacement pour ménager des concours à Bonaparte, l'aider à préparer son coup d'État ; au lendemain du 18-Brumaire, il se retrouve ministre des Relations extérieures : son immense fortune ne fait que commencer.

Faute de pouvoir le suivre ici dans les méandres de son activité, de ses intrigues et de ses enrichissements, trois points sont à noter, pour le situer dans le nouveau régime. D'abord, la mutuelle attraction que Napoléon et lui éprouvent l'un pour l'autre : Talleyrand est amoureusement fasciné par le génie et la réussite de ce demi-dieu (il ne cessera de l'aimer passionnément que pour le haïr aussi passionnément) ; Napoléon, plus sauvageon encore que nobliau corse, et Français de fraîche date, est ébloui par ce grand seigneur, merveille de raffinement héréditaire. Ensuite, en politique intérieure, Talleyrand incarne la réconciliation avec l'Ancien Régime, le retour des émigrés, la promotion des ci-devant nobles, l'effacement des stigmates de la Révolution (en quoi il est le continuel antagoniste de Fouché, malgré de brefs rapprochements qui ne vont jamais sans arrière-pensées de part et d'autre). Enfin, en politique extérieure, le ministre Talleyrand n'a guère d'initiative, tant il dépend des ordres et surtout des victoires de son maître, mais sa tendance toute classique lui fait rechercher d'abord l'équilibre européen et le met de plus en plus en garde contre les bouleversements de mauvais goût qu'effectue trop vite la subversion napoléonienne.

L'incompatibilité contrarie toujours plus la fascination, et les étapes de la rupture sont rapides. En 1807, Napoléon retire au prince de Bénévent son portefeuille mais le garde dans son Conseil, et Talleyrand plus que quiconque poussera son maître à l'intervention espagnole. En 1808, à Erfurt, Talleyrand trahit l'Empereur et pousse le tsar, en secret, à se dérober aux accords que lui propose Napoléon. En janvier 1809, Napoléon, qui ignore tout de la trahison d'Erfurt mais sait que Talleyrand complote contre lui, lui fait une scène terrible (« Vous êtes de la merde dans un bas de soie ! ») ; dès le lendemain, Talleyrand se rend chez l'ambassadeur d'Autriche (Metternich) et se vend fort cher à lui comme conseiller et comme espion ; il cumulera bientôt en rendant des services analogues à la cour de Russie. Toujours portant beau, Talleyrand attend son heure, apparemment inactif : elle sonnera au printemps de 1814 quand Talleyrand incite Marmont à livrer Paris aux Alliés puis, président du gouvernement provisoire, fait prononcer la déchéance de « Buonaparte » et impose aux Alliés mal convaincus le rappel des Bourbons.

Arrive alors, dans la carrière de Talleyrand, cette heure glorieuse que les manuels d'histoire célèbrent encore à l'envi : au Congrès de Vienne, d'une France accablée par la défaite il fait surgir une France respectable et hautement considérée par ses vainqueurs. À vrai dire, on peut quand même se demander en quoi la France a réellement profité de cette virginité restituée. De l'équilibre classique à la légitimité des absolutismes, le pas est vite franchi ; défenseur imprévu du principe de la légitimité, Talleyrand laissera échapper les plus belles occasions d'exploiter les antagonismes des grandes puissances pour briser le carcan de la coalition antirévolutionnaire et donc antifrançaise. Qu'il ait déployé sa merveilleuse dextérité coutumière à rehausser le prestige de son nouveau monarque, et d'abord le sien propre, est incontestable. Il n'empêche que l'Europe, celle qui va se mettre en place pour bien des années, ne sera pas son œuvre mais celle des deux véritables maîtres du Congrès de Vienne : Metternich et Castlereagh.

La fin de sa vie le laissera dans une aigre insatisfaction mal dissimulée. Premier ministre de Louis XVIII pour un bref trimestre après Waterloo, vite écarté par les ultras qui comprennent la légitimité mieux que lui, le prince (qui a dû renoncer à son « fief » impérial de Bénévent et qui, depuis 1814, se fait tout simplement appeler le prince de Talleyrand) pose au libéral et reste dans une opposition boudeuse pendant toute la seconde Restauration. Louis-Philippe ne le remettra pas à la tête des affaires, mais l'enverra à Londres comme ambassadeur ; de 1830 à 1834, Talleyrand y déploiera encore une habileté extrême. Le grand âge sonne la retraite des ambitions ; le prince ne veut plus que finir dans l'estime générale ; il y parviendra ; avec autant de dignité que de rouerie, il répare le plus visible accroc à son bas de soie et se réconcilie (sans s'humilier) avec l'Église ; le ci-devant évêque d'Autun, recevant les derniers sacrements à son lit de mort, rappellera noblement au prêtre que les dernières onctions se font sur le dos et non sur la paume des mains quand il s'agit d'un évêque.

Parmi les enfants naturels des nombreuses amours de cet évêque, il convient de citer Charles de Flahaut (qui, de la reine Hortense, aura lui-même pour fils naturel le duc de Morny, demi-frère de Napoléon III) et Eugène Delacroix.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  TALLEYRAND-PÉRIGORD CHARLES MAURICE DE (1754-1838) prince de Bénévent (1806)  » est également traité dans :

CAULAINCOURT ARMAND AUGUSTIN LOUIS marquis de (1773-1827) duc de Vicence (1808)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 720 mots

Né d'un père qui est lieutenant-général de Louis XVI et sera sénateur et comte de Napoléon, Caulaincourt est déjà sous-lieutenant à seize ans ; sous la Révolution, il connaîtra des fortunes diverses (il accompagnera, par exemple, un ambassadeur de la République à Constantinople) avant d'être remarqué par Talleyrand, qui se chargera de sa carrière — une carrière, tout compte fait, bien plus civile […] Lire la suite

CONCORDAT DE 1801

  • Écrit par 
  • Jean LEFLON
  •  • 4 340 mots

Dans le chapitre « Les pourparlers de Paris »  : […] Presque deux longs mois s'écoulent d'abord avant que le gouvernement français daigne répondre à la lettre personnelle adressée le 10 juillet à Bonaparte par Pie VII pour lui notifier son acceptation de principe. Ce fut Talleyrand, « Autun » comme l'appellent couramment les dépêches de la Cour pontificale, qui, pour accusé de réception, expédia à Spina un passeport pour Paris où se poursuivraient […] Lire la suite

EMPIRE (PREMIER)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 7 981 mots
  •  • 10 médias

Le 2 décembre 1804, Napoléon se fait couronner empereur, mais s'il choisit ce titre , c'est par désir d'éviter celui de roi, après dix années de révolution, plutôt que par référence à l'expansion territoriale de Rome ou de Charlemagne. Son objectif est alors de rétablir la monarchie héréditaire à son profit et non de poursuivre une guerre de conquête qui semble terminée depuis que la France a atte […] Lire la suite

LÉGITIMITÉ

  • Écrit par 
  • Paul BASTID
  •  • 4 455 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La règle et son dépassement »  : […] En quoi légitime se distingue-t-il de légal  ? Comment des pouvoirs légaux peuvent-ils être illégitimes ? Le dictionnaire de Littré, d'ordinaire si éclairant, ne nous est pas ici d'un grand secours. Ses définitions font tout de suite apparaître la difficulté d'établir un rapport rigoureux entre légitime et légal , entre légitimité et légalité . Le premier sens qu'il donne du mot légitime , c'es […] Lire la suite

LOUIS JOSEPH DOMINIQUE baron (1755-1837)

  • Écrit par 
  • Michel BRUGUIÈRE
  •  • 531 mots

Né à Toul, cadet d'une famille de robe (son père était avocat au Parlement de Metz), Louis a connu successivement trois carrières : aventurier ecclésiastique, fonctionnaire des Finances, homme politique. Une haute protection donne à cette triple carrière son unité, celle de Talleyrand, son cadet de trois ans, mais son patron dès 1785 (il le servira en qualité de diacre à la fête de la Fédération l […] Lire la suite

NAPOLÉON Ier BONAPARTE (1769-1821) empereur des Français (1804-1814 et 1815)

  • Écrit par 
  • Jacques GODECHOT
  • , Universalis
  •  • 8 310 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La chute et l'abdication »  : […] En janvier 1814, la France était attaquée sur toutes ses frontières. Les Alliés eurent l'intelligence de déclarer qu'ils ne combattaient pas le peuple de France mais seulement Napoléon. En novembre 1813, ce dernier avait rejeté les conditions proposées par le ministre des Affaires étrangères autrichien, le prince Klemens de Metternich, conditions qui auraient préservé les frontières naturelles de […] Lire la suite

VIENNE (CONGRÈS DE)

  • Écrit par 
  • Guillaume de BERTHIER DE SAUVIGNY
  •  • 955 mots
  •  • 1 média

Après leur victoire sur Napoléon, au printemps de 1814, les quatre principales puissances victorieuses décident de convoquer à Vienne un congrès de tous les États d'Europe . Vingt années de guerre et de bouleversements territoriaux ne permettent pas d'en revenir simplement au statut de 1789 ; un nouvel ordre européen doit être établi qui perpétuera la paix retrouvée. Dans la capitale autrichienne […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean MASSIN, « TALLEYRAND-PÉRIGORD CHARLES MAURICE DE (1754-1838) prince de Bénévent (1806) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-maurice-de-talleyrand-perigord/