RAMUZ CHARLES FERDINAND (1878-1947)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Héros d'indépendance et de probité

D'une indépendance farouche, Ramuz a accepté des honneurs locaux, prix, doctorat honoris causa, pour des raisons sentimentales et ataviques. Il a refusé les autres, parce qu'étrangers, et cependant il appartenait déjà au patrimoine de toute notre civilisation, étant traduit dans une vingtaine de langues dont le japonais. On a attribué cette claustration délibérée à son attachement à ses propres paysages, à sa position de champion du roman régionaliste. Peut-être son échec à l'un des premiers prix Goncourt, après une campagne savamment préparée par Édouard Rod, en fut-il la cause... Mais ses romans n'eurent pas besoin de bandes publicitaires pour influencer, en France, Giono, Tyde Monnier, entre autres, et en Suisse, malheureusement, de jeunes écrivains d'un talent mineur qui se crurent obligés d'imiter son style.

Pourtant, jamais il ne chercha à faire des disciples. Il lui suffisait d'accomplir sa mission, sans intention préconçue ni programme. Une mission personnelle dont il ne souffla mot tant elle lui semblait naturelle et intime, et qui l'amena, lui si peu magister, à donner à ses lecteurs une leçon de simplicité, de probité. Si le portrait qu'il a brossé de son petit peuple est clair et juste, c'est qu'il se sentait paysan et avait étudié le cœur des paysans : « Nous sommes un peuple moqueur, parce que nous avons peur d'être dupes. Nous sommes des paysans et le paysan est naturellement méfiant, parce qu'il doute de lui-même. Il soupçonne toujours chez son interlocuteur une supériorité dont il a peur que l'autre n'abuse. À cela s'ajoute, quant à nous, un manque total d'expérience. Nous sommes un pays trop paisible, un pays qui est resté toujours étranger aux grandes fièvres qui agitaient l'Europe. Nous sommes le pays, non des artères, mais des veines charriant mollement et avec retard un sang qui n'a pas assez de fluidité. »

Cette justesse de vue le conduisit bien vite à la simplicité, que des ignares confondirent avec des phrases tarabiscotées au service d'une originalité à tout prix. Quant à la probité, en voici l'aveu : « Ach [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  RAMUZ CHARLES FERDINAND (1878-1947)  » est également traité dans :

FRANCOPHONES LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean-Marc MOURA
  •  • 7 230 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Une histoire littéraire éclatée »  : […] La francophonie européenne comprend aujourd’hui la partie francophone de la Belgique, le Luxembourg, la Suisse romande et le val d’Aoste. La préhistoire de ces lettres les inscrit de plein droit dans la littérature française. Deux des premiers textes en proto-français, la Séquence de sainte Eulalie (vers 880) et le Sermon sur Jonas (entre 938 et 952), proviennent probablement du Hainaut, en Wall […] Lire la suite

ROUD GUSTAVE (1897-1976)

  • Écrit par 
  • Pierre DUBRUNQUEZ
  •  • 527 mots

Poète et traducteur né à Saint-Légier, dans le canton de Vaud, Gustave Roud est avec Ramuz et C. A. Cingria l'un des grands noms du renouveau de la littérature de Suisse romande. Dès l'âge de onze ans, il vient résider à Carrouge, dans le haut Jorat, région qu'il ne quittera plus et dont le paysage est fortement présent dans son œuvre. Ses premiers poèmes paraissent dans les Cahiers vaudois , revu […] Lire la suite

STRAVINSKI IGOR FEODOROVITCH - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 201 mots

5 juin (ancien style)-17 juin (nouveau style) 1882 Igor Feodorovitch Stravinski (ou Stravinsky) naît à Oranienbaum, près de Saint-Pétersbourg. Son père, Feodor Ignatievitch Stravinski, est chanteur au théâtre Mariinski. 25 juin 1910 L'Oiseau de feu , « conte dansé en deux tableaux d'après le conte national russe, par Michel Fokine », est créé à l'Opéra de Paris (Palais Garnier), par les Ballets […] Lire la suite

SUISSE

  • Écrit par 
  • Bernard DEBARBIEUX, 
  • Frédéric ESPOSITO, 
  • Bertil GALLAND, 
  • Paul GUICHONNET, 
  • Adrien PASQUALI, 
  • Dusan SIDJANSKI
  • , Universalis
  •  • 24 362 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les « Cahiers vaudois » libèrent le langage »  : […] Il convient de ressaisir ce mouvement « helvétique », cette communion entre Alémaniques, Romands et Tessinois, au moment où il avait épuisé ses vertus politiques et s'achevait dans les discours. Le creux. Des écrivains patriotes décidèrent de réagir contre l'abâtardissement du langage et des sentiments. Ils voulaient donner un tour nouveau, crâne et vif, aux études historiques, à la pensée politiq […] Lire la suite

Pour citer l’article

Henri-François BERCHET, « RAMUZ CHARLES FERDINAND - (1878-1947) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-ferdinand-ramuz/