CHARLES BORROMÉE saint (1538-1584)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Archevêque de Milan, particulièrement attaché à l'application des réformes tridentines. D'une noble famille milanaise, ce neveu du pape Pie IV est fait cardinal à vingt-deux ans. Après la fin du concile de Trente (1563), Charles Borromée se consacre à l'application, dans son propre diocèse, des réformes conciliaires : fondation d'un séminaire, restauration des églises et des monastères, répression des abus, tenue régulière de synodes et de conciles provinciaux afin de réformer le clergé. Il défend contre le roi d'Espagne, en Lombardie, les droits et privilèges de l'Église ; courageux et dévoué pendant l'épidémie de peste (1576), il multiplie les confréries et unions pieuses, les grandes processions, les pèlerinages (au Saint-Suaire de Turin, en particulier), les écoles et les petits séminaires. Il fut canonisé dès 1610. Auteur de traités spirituels et de nombreux sermons, Charles Borromée est surtout connu par les Actes au moyen desquels il a organisé son diocèse ; attentif à mettre en œuvre les réformes tridentines, il reste le modèle de l'évêque soucieux de la formation des prêtres et convaincu de la primauté des tâches pastorales.

—  Jean-Robert ARMOGATHE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  CHARLES BORROMÉE saint (1538-1584)  » est également traité dans :

CERANO GIOVAN BATTISTA CRESPI dit LE (1567 ou 1568-1632)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 333 mots

Peintre italien né en 1575 ou 1576 à Cerano, près de Novara (duché de Milan), mort le 23 octobre 1632 à Milan. Giovan Battista Crespi, dit le Cerano, est l'un des grands peintres lombards du xvii e  siècle initiateur du réalisme lombard. Cerano se rend à Rome en 1586. Il se lie d'amitié avec le cardinal Frédéric Borromée, qui devient son protecte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cerano-le/#i_9190

LOMBARDIE

  • Écrit par 
  • Franco MAZZINI
  •  • 3 758 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La Renaissance »  : […] Dans cette même ville de Mantoue, les Gonzague se séparent du miniaturiste « gothique » Belbello et le remplacent par Gerolamo de Crémone (1462), élève de Mantegna. Cependant, Brescia, avec l'œuvre du jeune Vincenzo Foppa , et Crémone, avec Benedetto Bembo, s'ouvrent elles aussi à la culture de la Renaissance. Mais en Lombardie, que ce soit en raison des échanges commerciaux ou en raison d'un goût […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lombardie/#i_9190

MILAN

  • Écrit par 
  • Michel BALARD, 
  • Petros PETSIMERIS
  •  • 4 503 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les dominations étrangères (XVIe s.-1859) »  : […] Louis XII, se prétendant l'héritier légitime de sa grand-mère Valentine Visconti, occupe en 1499 le Milanais qui, dès lors, est l'enjeu des luttes entre la France et les Habsbourg. François I er le perd définitivement après Pavie (1525). Charles Quint, considérant le duché comme fief d'empire, l'annexe à la mort du dernier Sforza (1535). Avec Philippe II, le Milanais dev […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/milan/#i_9190

Pour citer l’article

Jean-Robert ARMOGATHE, « CHARLES BORROMÉE saint (1538-1584) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-borromee/