CHAPELLE, musique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le terme de « chapelle » entre dans la définition d'une série de notions, d'institutions et de fonctions musicales. La longue évolution du mot lui-même, l'évolution surtout des idées, celles de la musique et du cadre social font de cet ensemble un tissu de contradictions et d'incohérences, dans lequel il n'est pas aisé de mettre un peu d'ordre. Les choses se clarifient cependant si l'on suit le fil historique.

Le mot lui-même tire son origine de la chape (manteau) de saint Martin, conservé selon la tradition dans l'oratoire privé des rois de France. De cette origine, il tient sa caractéristique de lieu de culte privé, attaché à une institution (chapelle d'un château, chapelle d'un couvent) par opposition à l'église (ecclesia, lieu de l'assemblée), à la cathédrale (siège de l'évêque), et ainsi de suite. Par extension, le mot « chapelle » s'est appliqué, dans le milieu des fonctionnaires, des officiers et des domestiques d'un château, à ceux qui sont attachés au service de la chapelle (« chapelain », prêtres, serviteurs laïcs), et particulièrement aux chantres.

La chapelle royale remonte, en France, aux origines de la royauté franque : Clovis a déjà des « prêtres domestiques » chargés de chanter dans son oratoire. C'est à Charlemagne, et à Robert le Pieux surtout, qu'on doit l'aménagement de cet office. Sous Charles VII, la chapelle comporte douze prêtres chantres, avec à leur tête Ockeghem. Sous Louis XIII, elle comprend cinquante personnes. Louis XIV lui donne sa plus grande extension, l'augmentant de quatre-vingts chanteurs et musiciens. De François Ier à Louis XIV, le titre de maître de la chapelle royale est honorifique et confié à un prélat, mais c'est le sous-maître qui est le chef effectif de la musique. Ils sont quatre à partir de Louis XIV, par roulement.

Les chapelles princières disparaissent peu à peu avec les maisons féodales et le développement de la Cour. « Chapelle » s'oppose ainsi à « maîtrise », comme la chapelle d'un château à l'église paroissiale (la maîtrise est primitivement l'école attachée à une cathédrale ou à un monastère, où l'on accède au grade de maître ès arts). La musique envahit peu à peu le champ des études dans ce type d'institutions qui sont devenues les conservatoires de l'Ancien Régime. Recrutant les enfants des classes populaires et se chargeant de leur éducation en contrepartie de leur participation au chant des offices, les maîtrises sont en France les pépinières des grands musiciens jusqu'à la Révolution qui les abolit : Josquin, Janequin, Lalande, Colasse, Campra en sont issus, et des maîtrises de province, ils ont accédé à la chapelle de Versailles dont ils sont devenus sous-maîtres. Quelques cathédrales (Autun) ont conservé encore aujourd'hui des maîtrises, sous leur forme ancienne d'internat à enseignement musical privilégié. Mais tandis que la chapelle tend en France à se réduire à la seule chapelle royale, le titre de maître de chapelle se répand paradoxalement et s'applique à tout chef de chœur attaché à une église ou à une cathédrale ou placé à la tête d'une... maîtrise. C'est en ce sens qu'il est employé aujourd'hui.

En Allemagne, l'évolution s'est faite tout autrement, en raison d'institutions et d'une vie musicale différentes. Kapell ou Capell y désigne bien, à l'origine, la musique privée d'un prince. Mais, tandis qu'en France la distinction reste très nette entre la musique « de la chapelle » et celle « de la chambre » ou « de l'écurie » dont les personnels n'interfèrent jamais, elle s'efface en Allemagne. Kapellmeister est le chef d'une musique princière, qu'elle soit à destination religieuse ou profane. Suivant l'obédience religieuse du prince, elle est l'une ou l'autre, ou les deux : religieuse à Weimar (le duc est luthérien orthodoxe, d'où un culte musical développé) ; profane à Coethen (le prince est calviniste : pas de musique à la chapelle). En outre, à partir du xvie siècle surtout, les villes libres d'Allemagne s'attachent, à l'imitation des princes régnants, des musiciens : le musicien de ville est un personnage caractéristique, sans équivalent en France (sonneur de cloche, guetteur au beffroi, il joue plusieurs fois par jour sur la tour, à l'église le dimanche et les jours de fête, voire en fond sonore aux jours de marché). Si l'orchestre de ville prend quelque importance, il prend le nom de Capell et son chef le titre de Kapellmeister. Tout [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : directeur de l'Institut de musique et danse anciennes de l'Île-de-France, conseiller artistique du Centre de musique baroque de Versailles

Classification

Autres références

«  CHAPELLE, musique  » est également traité dans :

BENEVOLI ORAZIO (1605-1672)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 687 mots

Né à Rome le 19 avril 1605, le compositeur italien Orazio Benevoli est d'origine lorraine : son père, Robert Venouot, confiseur de profession, italianisera son nom en Benevoli après s'être établi à Rome. Le jeune Orazio est enfant de chœur à l'église Saint-Louis-des-Français (1617-1623), où il étudie la grammaire et le latin tout en s'initiant à la musique sous la férule de Vincenzo Ugolini et de […] Lire la suite

CAVALLI PIER FRANCESCO (1602-1676)

  • Écrit par 
  • Denis MORRIER
  •  • 1 717 mots

Dans le chapitre « Le « maestro di capella » de Saint-Marc »  : […] Parallèlement à sa carrière de compositeur d'opéras, Cavalli poursuit son ascension dans la hiérarchie de la Capella di San Marco . Dès 1640, il obtient une nouvelle augmentation, et ce « second organiste » reçoit 200 ducats par an, tandis que Monteverdi (le maître de chapelle) en reçoit alors 600. Le 11 janvier 1665, Cavalli succède à Massimiliano Neri au poste de premier organiste de Saint-Marc. […] Lire la suite

CHORALE MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Jacques CHAILLEY, 
  • Universalis
  •  • 3 109 mots

Dans le chapitre « Moyen Âge »  : […] La pratique romaine, en musique comme ailleurs, n'ajoute rien à celle de la Grèce. Le christianisme remet bientôt tout en cause en plaçant l'office, et surtout l'office psalmodique, au centre des préoccupations. Dès le début, la détermination des rôles respectifs du soliste et du chœur, considéré comme l'ensemble des fidèles, constitue le problème majeur. D'abord, l'un et l'autre alternent (chant […] Lire la suite

CONCERT

  • Écrit par 
  • Jacques CHAILLEY, 
  • Universalis
  •  • 2 858 mots

Dans le chapitre « Musique religieuse »  : […] Musique religieuse, musique de cour : ce sont, si on laisse de côté la musique populaire sans contact avec la musique « savante », les deux seules formes de concert au Moyen Âge. Jusqu'aux alentours du xii e siècle, elles se limitent d'une part à la participation aux offices de l'assemblée (plain-chant et compositions locales apparentées), d'autre part à l'activité assez réduite des musiciens de […] Lire la suite

COOKE HENRY (1615 env.-1672)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 265 mots

Le compositeur et chanteur Henry Cooke est l'un des plus importants maîtres anglais de chœur de son temps. Né vers 1615, peut-être à Lichfield, dans le Staffordshire, Henry Cooke est admis encore enfant à la Chapelle royale. Pendant la guerre civile (1642-1651) – au début de laquelle il est Gentleman de la Chapelle royale –, il épouse la cause des royalistes et combat pour Charles I er , ce qui lu […] Lire la suite

FIOCCO JOSEPH HECTOR (1703-1741)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 544 mots

Huitième des onze enfants nés d'un second mariage du compositeur d'origine italienne Pierre Antoine Fiocco (Pietro Antonio Fiocco, né à Venise en 1653, s'établit au début des années 1680 à Bruxelles, où il meurt en 1714), Joseph Hector Fiocco naît à Bruxelles le 20 janvier 1703. Organiste et claveciniste, son nom est mentionné dès 1726 parmi les membres de la chapelle ducale de Bruxelles, dirigée […] Lire la suite

GAZZANIGA GIUSEPPE (1743-1818)

  • Écrit par 
  • Sylvie MAMY
  •  • 1 056 mots

En 1888, le musicologue allemand Friedrich Chrysander attira l'attention de ses confrères sur la filiation existant entre le Don Giovanni Tenorio de Giuseppe Gazzaniga, représenté à Venise en février 1787, et l' opera buffa de Mozart écrit sur le même thème, créé à Prague le 28 octobre suivant ; Chrysander accusait le compositeur autrichien d'avoir, en quelques endroits, plagié l'œuvre vénitienn […] Lire la suite

ORCHESTRE

  • Écrit par 
  • Michel PHILIPPOT
  •  • 6 753 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Historique de l'orchestre symphonique »  : […] Pendant une période assez longue de l'histoire de la musique, les compositeurs écrivaient indifféremment pour des instruments quelconques sans que leur nature et leurs caractéristiques interviennent en tant qu'éléments constitutifs de l'œuvre. Assez fréquemment, d'ailleurs, les parties instrumentales se bornaient à doubler et à renforcer les parties vocales. Dans le cas de la musique de chambre, […] Lire la suite

SCARLATTI DOMENICO (1685-1757) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 635 mots
  •  • 4 médias

26 octobre 1685 Sixième des dix enfants du compositeur Alessandro Scarlatti, Giuseppe Domenico Scarlatti naît à Naples ; il est contemporain de Georg Friedrich Haendel (né le 23 février 1685) et de Jean-Sébastien Bach (né le 21 mars 1685), et de deux ans le cadet de Jean-Philippe Rameau (baptisé le 25 septembre 1683). Ayant accompli une grande partie de sa carrière dans la péninsule Ibérique, il […] Lire la suite

SCHEIDT SAMUEL (1587-1654)

  • Écrit par 
  • Edith WEBER
  •  • 1 442 mots

Dans le chapitre « Le maître de chapelle à la cour »  : […] En 1619, Scheidt est nommé maître de chapelle à la cour ; il se trouve à la tête d'une chapelle vocale et instrumentale bien fournie et dont les effectifs sont renforcés, pour la musique d'Église, par les Cantoreischüler (élèves de l'école humaniste, ou Gymnasium). Il commence à publier : ses trente-neuf Cantiones sacrae paraissent en 1620 ; pour la pratique musicale lors des cultes luthériens à […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe BEAUSSANT, « CHAPELLE, musique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/chapelle-musique/