CERVEAU ET LANGAGE ORAL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Bases cérébrales de la production du langage oral chez l’adulte

Les régions impliquées dans la production du langage oral sont principalement situées dans le cortex frontal inférieur. Dans une tâche de production de mots, si l’on exclut les effets de l’articulation orale par elle-même, l’aspect lexical de la tâche implique dans l’hémisphère gauche : les gyri frontal moyen (GFM) et inférieur (GFI) gauche, incluant la pars opercularis (BA 44), la pars triangularis (BA 45) et le sillon frontal inférieur (SFI). L’activité de la pars opercularis relèverait davantage de processus liés au séquençage des phonèmes ou au codage articulatoire des séquences à produire. Une tâche de production de parole augmente de manière bilatérale l’activité dans les cortex moteur et prémoteur, l’aire motrice supplémentaire (partie médiane du gyrus frontal supérieur), le gyrus temporal supérieur (GTS), le cervelet, l’insula antérieure, ainsi que le cortex temporo-pariétal gauche et les noyaux gris centraux gauches.

Différentes régions et structures impliqués dans l’expression du langage

Dessin : Différentes régions et structures impliqués dans l’expression du langage

Dessin

Sur ce schéma sont représentées les différentes régions et structures du cortex cérébral gauche et du cervelet droit (représenté en coupe) qui sont impliquées dans l'expression du langage. Participent également des régions des noyaux gris centraux gauches. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les substrats cérébraux du langage impliquent également des régions qui assurent la part la plus essentielle du traitement de l’information linguistique : le lien sémantique unissant forme des mots et concepts et l’ordonnancement des mots en phrases.

De manière très synthétique, le système sémantique repose sur les activités combinées de trois groupes d’aires cérébrales, principalement dans l’hémisphère gauche :

– un groupe postérieur (gyrus angulaire, cortex temporal latéral et gyrus fusiforme), qui représenterait des aires de stockage de connaissances plutôt concrètes et « perceptuelles » (par exemple, la forme, en général, des objets manufacturés servant à mesurer le temps ou à donner l’heure) ;

– un groupe préfrontal (cortex préfrontal dorsal et orbitaire postérieur), plutôt impliqué dans la récupération et la sélection des informations sémantiques (par exemple, établir une liste de noms d’objets donnant l’heure et comportant un balancier) ;

– et un groupe inféro-médian (incluant notamment cortex temporal antérieur et périrhinal en parti [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Les aires du cortex cérébral impliquées dans la perception de la parole

Les aires du cortex cérébral impliquées dans la perception de la parole
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Décours temporel des ondes électriques cérébrales impliquées dans le codage de la parole

Décours temporel des ondes électriques cérébrales impliquées dans le codage de la parole
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Les deux voies de la compréhension de la parole

Les deux voies de la compréhension de la parole
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Les principales aires du langage à la surface du cortex de l’hémisphère cérébral gauche

Les principales aires du langage à la surface du cortex de l’hémisphère cérébral gauche
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur de neurologie, université de Lausanne (Suisse), directeur de recherche à l'INSERM

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-François DÉMONET, « CERVEAU ET LANGAGE ORAL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cerveau-et-langage-oral/