IZMIR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ville de la côte égéenne de la Turquie, Izmir (anc. Smyrne) est la troisième ville du pays (3 437 000 hab. selon une estimation de 2004) et le deuxième port après Istanbul. Également deuxième ville industrielle de la Turquie après Istanbul, Izmir compte des industries très variées : préparation de produits alimentaires, industries textiles, surtout cotonnières, tabac, produits chimiques, papier. L'artisanat, toujours vivace, continue à fabriquer les célèbres tapis de Smyrne et des peaux (cuirs). La ville possède une université et elle est également le siège d'un commandement de l'O.T.A.N.

Turquie : carte administrative

Turquie : carte administrative

Carte

Carte administrative de la Turquie. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Sa position, très centrale dans la façade égéenne, favorise le rayonnement de la cité. Elle donne facilement accès aux vallées du Gediz et du Grand Méandre, voies de pénétration essentielles vers l'Anatolie intérieure ; d'autres voies, par des cols faciles, la raccordent à l'Anatolie du Nord-Ouest et à la Marmara. En fait, bien d'autres villes furent plus actives pendant l'Antiquité : Éphèse, le plus grand port de la période hellénistique au débouché du Petit Méandre ; les cités au bas cours du Grand Méandre, Milet et Priène. Longtemps surclassée par ces rivales, Smyrne dut sa fortune à l'envasement progressif des autres ports, notamment d'Éphèse ; n'étant pas située au débouché direct d'une grande vallée, elle échappait à cette menace. Sur une côte où l'alluvionnement était intense, cet avantage capital se maintiendra au long des siècles. Dès l'époque romaine, Strabon la considère comme la plus belle ville de l'Asie.

Dans les temps modernes, elle compta parmi les Échelles du Levant les plus actives. Aux xviie et xviiie siècles, la réouverture de l'Anatolie occidentale au commerce européen renforce sa prospérité. À la fin du xixe siècle, la progression du delta du Gediz, qui débouche à l'entrée du golfe d'Izmir, menace les accès, sinon le port lui-même. Le détournement du fleuve vers le golfe d'Agria en 1886 lèvera cette hypothèque.

La structure de la ville n'a p [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-Sorbonne, membre de l'Academia Europaea

Classification

Pour citer l’article

Xavier de PLANHOL, « IZMIR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/izmir/