NEUVIÈME PLANÈTE

Médias de l’article

Planète 9 et principaux objets lointains de Kuiper : paramètres orbitaux 

Planète 9 et principaux objets lointains de Kuiper : paramètres orbitaux 
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Planète 9 et principaux objets lointains de Kuiper : orbites

Planète 9 et principaux objets lointains de Kuiper : orbites
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Planète 9 : position probable

Planète 9 : position probable
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


La recherche d’une nouvelle planète dans le système solaire n’est pas nouvelle et a fait l’objet de nombreuses études depuis la découverte de Neptune en 1846. En janvier 2016, la possibilité de l’existence d’une neuvième planète au sein du système solaire – qui n’en compte plus que huit depuis 2006 – a été renforcée par des chercheurs américains, sur la base de simulations numériques. Appelé planète 9, cet objet hypothétique, situé loin du Soleil (au-delà de l’orbite de Neptune) et dont la taille a été estimée à dix fois celle de la Terre, retient désormais toute l’attention des astronomes qui se sont lancés dans un travail minutieux, long et difficile pour tenter de l’observer et apporter ainsi une preuve définitive de son existence.

Neptune et au-delà

La découverte de la planète Neptune par Urbain Le Verrier en 1846 a profondément marqué les esprits, comme un chef-d’œuvre de la puissance de la théorie en général, et de la loi de Newton en particulier. Par le simple calcul des interactions gravitationnelles (attraction existant entre deux corps massifs), à partir des observations de la position d’Uranus, Le Verrier parvint à prédire la présence d’une nouvelle planète et à en donner la position précise, là où elle fut immédiatement observée par Johann Galle et Heinrich Louis d’Arrest. Nombreux ont été par la suite ceux qui ont voulu réitérer l’exploit de Le Verrier en cherchant de la même manière une nouvelle planète (une planète X) dans le système solaire. On a un moment cru que Pluton pouvait être un bon candidat, mais sa très faible masse ne lui permet pas de perturber substantiellement les autres planètes, et sa découverte par Clyde Tombaugh en 1930 ne fut que le fruit du hasard et d’une recherche systématique d’objets mobiles au voisinage de l’écliptique (plan moyen de l’orbite terrestre). C’est donc cette faible masse qui a valu à Pluton d’être détrôné de son statut de planète en 2006, pour entrer dans la nouvelle catégorie des planètes naines, qui comprend aussi plusieurs objets célestes similaires, s [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : astronome à l'Observatoire de Paris, directeur de recherche au CNRS, membre de l'Académie des sciences et du Bureau des longitudes

Classification


Autres références

«  NEUVIÈME PLANÈTE  » est également traité dans :

PLANÈTES

  • Écrit par 
  • Thérèse ENCRENAZ
  •  • 3 741 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les planètes et l’histoire »  : […] est inclinée par rapport au plan de l’écliptique. Mais il reçoit quand même le titre de neuvième planète. Pourtant, la masse de Pluton n’est pas suffisante pour expliquer les prétendues anomalies des orbites d’Uranus et de Neptune. Les recherches se poursuivent donc en vue de découvrir cette planète inconnue : la fameuse planète X […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/planetes/#i_56852

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques LASKAR, « NEUVIÈME PLANÈTE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/neuvieme-planete/