CATÉGORIE (sociologie)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La notion de catégorie désigne un élément de base de l’activité de connaissance que les êtres humains déploient dans la vie ordinaire comme dans le travail scientifique. Dans la tradition philosophique, cette notion nomme, depuis Aristote, une série finie de principes généraux qui permettent de définir la nature des entités qui peuplent le monde et de procéder à leur distribution en classes. Chez Kant, les catégories sont des « concepts-souches de l’entendement pur » qui façonnent immédiatement l’acte de penser, donc celui de juger.

La sociologie envisage cette notion sur un mode différent. Pour Émile Durkheim, loin d’être des produits de l’esprit, les catégories sont des « représentations collectives » qui émergent de la vie en société et imposent à tous ses membres une semblable façon d’ordonner le raisonnement et d’appréhender le monde. De ce point de vue, les catégories sont une modalité de l’obligation – et ni la pensée ni l’action d’un individu ne peuvent être conçues comme procédant d’une volonté libre de toute contrainte sociale. La thèse durkheimienne de l’origine sociale des catégories s’est développée en une conception de la classification sociale, puis en une théorie de l’arbitraire des classements. C’est ainsi que les catégories sont devenues des constructions statistiques permettant de produire des explications sociologiques, comme les « catégories socio-professionnelles » ou les prescriptions de l’habitus. Or la classification peut être saisie de façon dynamique, comme une activité qui s’exprime dans la temporalité même d’une action en train de se faire. On peut alors, à la suite de Simmel ou de Weber, envisager les catégories comme des formes a priori d’organisation de la connaissance utilisées dans la réalisation d’une activité collective ; ou, à la suite des recherches d’Erving Goffman ou de Harvey Sacks et Harold Garfinkel, les considérer à partir de la description des manières ordinaires de se guider et s’orienter dans les échanges – c’est-à-dire analyser des procédures de « catégorisation ».

La notion de catégorie est employée de deux manières distinctes dans la sociologie de la connaissance. Pour la première, depuis Georges Gurvitch, les contenus de connaissance dont disposent les membres d’une société dépendent des cadres sociaux qui ont façonné leur acquisition. Dans cette perspective, les catégories sont collectives, intériorisées (comme chez Talcott Parsons) ou incorporées (comme chez Pierre Bourdieu) et déterminantes. Pour la seconde, les catégories sont des éléments dont les participants engagés dans des interactions situées se servent pour donner une intelligibilité mutuelle à ce qu’ils font. Dans cette perspective, le travail de la sociologie de la connaissance ne consiste plus à rendre compte de l’arbitraire des formes de classification mais plutôt de l’usage ordinaire que les individus font des catégories (de raisonnement, de jugement et de description) dans l’accomplissement de la coordination de l’action en commun.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., directeur de l'Institut Marcel Mauss-E.H.E.S.S., Paris

Classification

Pour citer l’article

Albert OGIEN, « CATÉGORIE (sociologie) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/categorie/