CATCH, musique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le catch, forme musicale dérivant du round, est une sorte de canon perpétuel destiné à être chanté par au moins trois voix masculines, sans accompagnement. Il fut particulièrement populaire en Angleterre aux xviie et xviiie siècles. Comme tous les rounds, les catches sont des pièces qui peuvent être répétées indéfiniment et dans lesquelles les différentes voix entonnent la même mélodie à la même hauteur mais en commençant à chanter avec un décalage temporel. Il est possible que cette forme musicale dérive de la caccia, qui désignait au xive siècle un canon fort populaire en Italie, mais elle pourrait aussi se référer au fait que les interprètes se « saisissent » (catch, en anglais) de la mélodie à tour de rôle. Les paroles des catches sont souvent teintées d'humour, voire de grivoiserie. Parfois, une pause dans la mélodie de l'une des voix est occupée par les notes et les paroles d'une autre voix, cet entrelacement créant des effets verbaux souvent licencieux.

Interpréter des catches est une activité sociale très populaire au xvie siècle en Angleterre. Il faudra cependant attendre le siècle suivant pour que soit publié le premier recueil de pièces de ce genre, le célèbre Pammelia (1609) de Thomas Ravenscroft (1582 ?-env. 1635) ; ce dernier introduit également des catches dans deux autres recueils : Deuteromelia (1609), qui comprend Three Blind Mice, et Melismata (1611). Le plus célèbre recueil de catches demeure cependant Catch That Catch Can (1652) de John Hilton (1599-1657).

Le catch connaît son apogée après la restauration de la monarchie anglaise, en 1660, lorsque les compositeurs rivalisent d'ingéniosité – et de paillardise – dans cette forme. Henry Purcell est le plus inventif d'entre eux, et aussi l'un des plus grivois.

Au xviiie siècle, les clubs de catch comme le Noblemen and Gentlemen's Catch Club, fondé en 1761, se multiplient. Malgré des textes plus policés et, musicalement, un style moins original, voire plus insipide, ce genre demeure populaire. Parmi les compositeurs, il faut citer William Hayes (1708-1777), Thomas Arne (1710-1778) et Jonathan Battishill (1738-1801). Si la plupart des catches de la Restauration publiés par la suite seront expurgés, des éditions intégrales paraîtront au xxe siècle ; citons les recueils The Penguin Book of Rounds de Rosemary Cass-Beggs (1982) et The Catch Book : 153 Catches Including the Complete Catches of Henry Purcell de Paul Hillier (1987).

—  Universalis

Classification


Autres références

«  CATCH, musique  » est également traité dans :

RAVENSCROFT THOMAS (1582 env.-env. 1635)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 275 mots

Le compositeur et théoricien anglais Thomas Ravenscroft doit sa notoriété à ses chansons et à son recueil de psaumes mis en musique. Né vers 1582, probablement dans le Sussex, Thomas Ravenscroft obtient un diplôme de bachelor en musique à l'université de Cambridge, peut-être en 1605. De 1618 à 1622, il est maître de chapelle au Christ's Hospital de Londres. Son Whole Booke of Psalmes (1621), qui […] Lire la suite

Pour citer l’article

« CATCH, musique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/catch-musique/