CASIER JUDICIAIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le casier judiciaire constitue le relevé national automatisé des condamnations pénales et de certaines autres décisions touchant une personne donnée. Son but est de permettre au juge de prononcer la peine la plus appropriée au condamné. Le magistrat peut, en effet, constater qu'une personne est en état de récidive, ce qui entraîne souvent une aggravation des peines applicables, et déduire dans certains cas que l'octroi du sursis est désormais interdit, ou encore que le sursis doit être cette fois-ci révoqué. Le casier judiciaire fournit encore au magistrat des éléments d'appréciation sur la moralité d'un prévenu ou d'un accusé.

Outre les minutes des greffiers, l'Ancien Régime ne connaissait que des fichiers de renseignements occultes et incomplets. Tout au plus la marque GAL (galères) ou une fleur de lys sur l'épaule indiquaient-elles que l'on avait affaire à un récidiviste. Comprenant qu'il était indispensable que soient portées à la connaissance des magistrats les condamnations antérieures importantes, le législateur de 1810 avait prévu un système de « sommiers judiciaires » : les greffiers inscrivaient sur un registre les renseignements relatifs à tout délinquant condamné au moins à une peine correctionnelle et tous les trois mois en adressaient copie aux ministères de la Justice et de l'Intérieur. Mais très rapidement ceux-ci furent submergés et, à l'instigation du procureur de la République Bonneville de Marsangy, il fut décidé que tous les renseignements pénaux concernant un individu seraient consignés au greffe du tribunal civil du lieu de sa naissance. Ce système fut consacré par deux lois, en 1899 et en 1900.

On trouve aujourd'hui au casier judiciaire d'une personne physique non seulement les condamnations pénales, mais aussi des décisions disciplinaires prises par l'autorité judiciaire ou administrative, les arrêtés d'expulsion, les décisions prononçant la déchéance paternelle, les jugements prononçant la liquidation judiciaire, la faillite personnelle et l'interdiction, enfin [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Les derniers événements

États-Unis. Annulation par la Cour suprême de la suppression du statut des « Dreamers ». 18 juin 2020

sans-papiers arrivés dans le pays avant leur seizième année et sans casier judiciaire – les « Dreamers » – et qui permet à environ six cent cinquante mille personnes d’étudier et de travailler. La Cour renvoie le dossier au département de la Sécurité intérieure. […] Lire la suite

États-Unis. Suppression du régime des « Dreamers ». 5 septembre 2017

et entrés dans le pays alors qu’ils étaient mineurs, résidant aux États-Unis depuis au moins juin 2007, titulaires d’un diplôme équivalent au baccalauréat et dotés d’un casier judiciaire vierge de disposer d’un permis de séjour renouvelable de deux ans leur permettant d’étudier et de travailler aux […] Lire la suite

Espagne. Achèvement du processus de demandes de régularisation massive d'immigrés clandestins. 7 mai 2005

devaient réunir un certificat de domiciliation en Espagne, un extrait de casier judiciaire vierge de leur pays d'origine et un contrat de travail d'au moins six mois. […] Lire la suite

Bolivie. Nomination du général Celso Torrelio Villa à la présidence de la République. 4 septembre 1981

, auteur du coup d'État du 17 juillet 1980 et considéré comme lié aux trafiquants de drogue. Seul membre de la junte possédant un casier judiciaire vierge, le général Torrelio devient le onzième chef d'État de ces trois dernières années. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Joël GREGOGNA, « CASIER JUDICIAIRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/casier-judiciaire/