GILLIGAN CAROL (1936- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Vers un élargissement de la notion de justice

Prendre la mesure de la centralité du care non seulement comme dimension de la moralité mais comme dimension de la forme de vie humaine permet de reconnaître que la dépendance et la vulnérabilité ne sont pas des accidents de parcours qui n’arrivent qu’aux « autres » : ce sont des traits propres à la condition de chacun.

Si le terme vulnérabilité n’est pas central dans la formulation de Carol Gilligan, c’est qu’elle privilégie une notion de responsabilité aux antipodes de la responsabilité libérale qui ne concerne que les relations contractuelles entre adultes compétents, en bonne santé et actifs. La responsabilité du care, elle, est toujours le résultat d’une compréhension de la complexité morale des relations inégales dans lesquelles se situent les femmes.

Le care se caractérise par une insistance sur le concret et le particulier. Gilligan montre qu’en concevant la morale seulement comme justice on manque des caractéristiques essentielles de l’éthique. Gilligan propose non pas de remplacer la justice par le care mais d’arriver à une vision morale et politique véritablement plus juste et universelle, qui ne laisse pas de côté les activités et les questionnements de toute une part de l’humanité.

La force de la position de Gilligan est, paradoxalement, de n’être en rien « différentialiste » ou essentialiste, mais bien de prendre en compte l’ensemble des voix éthiques. L’éthique du care proposée par Gilligan est donc bien « féminine parce que féministe » et non l’inverse. Elle doit être envisagée en termes de démocratie et de résistance au patriarcat, comme le démontrent ses ouvrages plus récents, qui élargissent la notion de care, notamment à propos de la démocratie et des droits des homosexuels. Citons notamment Between Voice and Silence : Women and Girls, Race and Relationship (1995, avec Jill McLean Taylor et Amy Sullivan), The Deepening Darkness : Patriarchy, Resistance and Democracy’s Future (2009), en collaboration avec David Richards, et Joining the Resistance (2011).

Bi [...]



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur des Universités, université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  GILLIGAN CAROL (1936- )  » est également traité dans :

BIOÉTHIQUE ou ÉTHIQUE BIOMÉDICALE

  • Écrit par 
  • Gilbert HOTTOIS
  •  • 7 814 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les sources philosophiques »  : […] La réflexion bioéthique se réclame aussi de philosophes classiques tels Aristote (la prudence, la voie moyenne), Kant ou Stuart Mill (utilitarisme, libertés individuelles). Au sein de la bioéthique eurocontinentale, Kant est le plus sollicité. Il permet de fonder les notions d’autonomie et de dignité de la personne humaine et de justifier des impératifs éthiques universels et catégoriques, c’est- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bioethique-ethique-biomedicale/#i_53676

CARE, philosophie

  • Écrit par 
  • Sandra LAUGIER
  •  • 3 849 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Morale, dépendance, sensibilité »  : […] Quelle est la pertinence de la sensibilité individuelle ? Qu'est-ce que le singulier peut revendiquer ? C'est en redonnant sa voix (différente) au particulier, à l'intime, que l'on peut assurer l'entretien – tant au sens d'une conversation que d'une conservation – d'un monde humain. Le sujet du care est un sujet sensible en tant qu'il est affecté, pris dans un contexte de relations, dans une form […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/care-philosophie/#i_53676

Voir aussi

Pour citer l’article

Sandra LAUGIER, « GILLIGAN CAROL (1936- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/carol-gilligan/