LISCANO CARLOS (1949- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Lorsque paraît en 2005 La Route dIthaque (1994, El Camino a Ítaca), son premier roman traduit en France, Carlos Liscano, né à Montevideo en 1949, n’est pas tout à fait un inconnu. « Ma Famille », nouvelle tirée de son recueil El Informante (1997 ; Le Rapporteur et autres récits, 2005) et adaptée au théâtre, est représentée avec succès depuis 1998 sur différentes scènes et dans différents festivals français. Mais c’est La Route dIthaque qui attire l’attention de la critique et du grand public sur cet écrivain au parcours peu commun : militant de gauche depuis l’adolescence, il entre dans la clandestinité au côté des Tupamaros en lutte contre la dictature militaire uruguayenne et fait en 1970 un premier séjour en prison. De nouveau arrêté le 27 mai 1972, emprisonné et torturé, il ne sera libéré que le 14 mars 1985.

Étudiant chercheur en mathématiques lors de son incarcération, grand lecteur depuis toujours, Carlos Liscano va devenir au cours de ces treize années de détention un écrivain qui, initialement privé de tout moyen d’écrire, entreprend de composer mentalement son premier livre, La mansión del tirano, pour échapper dira-t-il plus tard à la folie qui le menace. Ce qui n’est tout d’abord qu’une sorte de thérapie se révèle une vocation : « Un jour je décidai, ou plutôt, un jour je sus que lorsque je sortirais de là je serais écrivain ; je ne savais pas si je serais un bon ou un mauvais écrivain ni si quelqu’un me lirait, mais je sus avec certitude que je serais écrivain. » Quand il dispose par la suite d’un crayon et de papier, il rédige son livre en secret, mais son manuscrit est confisqué par un de ses gardiens. Il parvient à le réécrire et le confie à un camarade libéré avant lui qui peut le sortir de prison. La mansión del tirano sera publié en 1992 en Uruguay. Libéré après la chute de la dictature, Carlos Liscano part pour la Suède où il restera jusqu’en 1996, travaillant comme professeur d’espagnol puis comme traducteur du suédois. Il fera dans El Furgón de los locos (Le [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : agrégé d'espagnol, maître de conférences honoraire à l'université de Toulouse-II-Le Mirail

Classification


Autres références

«  LISCANO CARLOS (1949- )  » est également traité dans :

AMÉRIQUE LATINE - Littérature hispano-américaine

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN, 
  • Michel BERVEILLER, 
  • François DELPRAT, 
  • Jean-Marie SAINT-LU
  •  • 16 290 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Histoires de la violence »  : […] Certains auteurs s'appuient sur ce courant pour donner des œuvres chargées d’une forte intention parodique, moquant les feuilletons d'époques antérieures, remis à la mode par les séries télévisées, tout en renforçant la saveur du roman réaliste. C’est le cas d’Angeles Mastretta ( Ninguna eternidad como la mía , 1999), Laura Esquivel ( La ley del amor , roman multimedia, 1996 ; Tan veloz como el d […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Marie SAINT-LU, « LISCANO CARLOS (1949- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/carlos-liscano/