MONTEVIDEO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Capitale de l'Uruguay, Montevideo regroupe, depuis les années 1960, la moitié de la population du pays avec près de 1,26 million d'habitants dans l'aire métropolitaine (2004). Cette concentration humaine dans un si petit pays révèle un profond déséquilibre, non seulement du peuplement uruguayen mais aussi des activités économiques.

Uruguay : carte administrative

Carte : Uruguay : carte administrative

Carte

Carte administrative de l'Uruguay. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Fondé en 1725, dans l'unique baie en eau profonde de l'estuaire du río de la Plata, Montevideo a organisé la mise en valeur de l'espace national à partir de son port. Celui-ci fut d'abord l'unique point de rassemblement des cuirs au xviiie siècle, puis des laines et des viandes au xixe siècle. À un réseau de pistes partant en éventail de Montevideo a succédé un réseau de voies ferrées et, à partir des années 1950, de routes. Cette évolution s'est faite au détriment de la navigation sur les fleuves, notamment celle du río Uruguay. Port d'exportation à destination de l'Europe, Montevideo fut une place commerciale et financière très prospère au début du xxe siècle.

Dans la zone centrale de la ville, l'architecture « art nouveau » et « art déco » rappelle cette période de prospérité. Puis Montevideo s'est développée très rapidement autour de la baie, qui concentre les activités industrielles et les quartiers ouvriers, tandis que les zones résidentielles plus aisées s'étendent le long des plages, vers l'est. De vastes chantiers de rénovation urbaine tentent de concilier le patrimoine architectural aux nécessités de la vie actuelle, comme en attestent la tour Fenix (télécommunications et bureaux) dans les docks à moitié abandonnés et la transformation de l'ancienne gare de Montevideo. Les programmes de réabilitation des quartiers (Barrios Sur, Prado, Bahia Cerro, Pocitos, Carasco), créés au début du xxe siècle, ont également pour mission de densifier l'espace urbain trop étalé qui continue pourtant de s'étendre, en particulier vers les plages et le long des axes routiers. Autour de la capitale, une vaste périphérie moins bien équipée est semi-urbanisée.

La fo [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur des Universités, Institut des hautes études de l'Amérique latine, université de Paris-III

Classification

Autres références

«  MONTEVIDEO  » est également traité dans :

PLATA RÍO DE LA

  • Écrit par 
  • Romain GAIGNARD
  •  • 388 mots

L'immense estuaire (36 500 km 2 ) du río de La Plata constitue l'embouchure des fleuves Uruguay et Paraná. Long de 250 kilomètres, large d'une centaine à la hauteur de Montevideo, mais d'une profondeur toujours inférieure à 10 mètres, il sépare l'Argentine de l'Uruguay et constitue un obstacle pour la navigation : à peine recouvertes d'une mince épaisseur d'eau par la dernière transgression marine […] Lire la suite

URUGUAY

  • Écrit par 
  • Éric FOULQUIER, 
  • Georges FOURNIAL, 
  • Maria Laura REALI
  •  • 7 692 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Un nain coincé entre deux géants »  : […] La région de l'Uruguay, inscrite sur les cartes de l'époque coloniale comme « la terre d'aucun profit », ne disposait ni de ressources minières ni de main-d'œuvre indigène. Elle constituait donc un « espace à viande », mal contrôlé par son autorité de tutelle – Buenos Aires, capitale de la vice-royauté de La Plata – et ouvert aux appétits portugais qui voulaient s'approprier la rive nord de l'estu […] Lire la suite

Les derniers événements

Pérou. Référendum anticorruption. 3-9 décembre 2018

Le 3, Montevideo refuse d’accorder l’asile à l’ancien président péruvien Alan García qui, frappé d’interdiction de sortie de territoire par la justice anticorruption en novembre, s’était réfugié à l’ambassade d’Uruguay à Lima. Trois autres anciens présidents, Pedro Pablo Kuczynski, Ollanta Humala […] Lire la suite

États-Unis. Tournée du président George W. Bush en Amérique latine. 5-14 mars 2007

dénonce l'« impérialisme » des États-Unis, au moment où, sur l'autre rive du río de la Plata, George W. Bush arrive à Montevideo (Uruguay). Du 11 au 14, le président des États-Unis visite successivement la Colombie, le Guatemala et le Mexique, tandis que Hugo Chávez poursuit sa « contre-tournée […] Lire la suite

Uruguay. Élection du candidat de gauche à l'élection présidentielle. 31 octobre 2004

L'ancien maire socialiste de Montevideo, Tabaré Vásquez, remporte l'élection présidentielle dès le premier tour, avec 50,4 p. 100 des suffrages. Le candidat du Front élargi, qui regroupe les socialistes, les communistes, les radicaux de gauche, les chrétiens-démocrates, les sociaux-démocrates […] Lire la suite

Amérique latine – États-Unis. Extension de la crise financière et revirement américain. 5-7 août 2002

Le 5, le Fonds monétaire international (F.M.I.) et la Banque mondiale débloquent une enveloppe de 1,5 milliard de dollars, réglée en urgence par les États-Unis, afin d'éviter que l'État uruguayen ne se trouve en cessation de paiement. Après Buenos Aires en décembre 2001, Montevideo ainsi […] Lire la suite

Uruguay. Élection de Luis Alberto Lacalle à la présidence. 26 novembre 1989

Lacalle prendra ses fonctions le 1er mars 1990, pour cinq ans. Il ne disposera pas de la majorité au Parlement, renouvelé le même jour, et devra composer avec le nouveau maire socialiste marxiste de Montevideo, Tabaré Vasquez, soutenu par la coalition du Frente amplio (Front élargi), regroupant les communistes, les socialistes, les indépendants et certains anciens guérilleros Tupamaros. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Anne COLLIN DELAVAUD, « MONTEVIDEO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/montevideo/