GELMAN JUAN (1930-2014)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Tout m’oblige à travailler, avec les mots, avec mon sang. » Ce vers extrait de son Arte poética pourrait servir d’exergue à l’œuvre de l’écrivain argentin Juan Gelman, poète de la douleur et du déracinement, à la renommée internationale. Une part importante de sa vie fut consacrée au combat contre les dictatures d’Amérique latine.

Fils d’immigrés juifs ukrainiens, Juan Gelman est né le 3 mai 1930, à Villa Crespo, un quartier de Buenos Aires. Dès l’âge de quinze ans, il s’engage dans la Fédération des jeunes communistes. En 1955, il participe à la fondation du mouvement littéraire El pan duro, attaché à une poésie radicale. Dans les années 1960, il se lance dans le journalisme. Il milite avec les Montoneros, péronistes de gauche qui, à partir de 1970, s’engagent dans la lutte armée afin de provoquer le retour au pouvoir du général Perón, alors exilé en Espagne. En mars 1976 a lieu le coup d’État des militaires argentins dirigés par le général Videla. Gelman se trouve alors en mission à l’étranger, envoyé par les Montoneros pour dénoncer les violations des droits de l’homme sous le régime d’Isabel Perón (1974-1976). Il fait l’objet d’un mandat d’arrêt pour son appartenance au groupe de guérilla péroniste. C’est le début d’un exil de treize ans, qui le conduira à Rome, Madrid, Managua, Paris, New York et Mexico. La répression exercée par la dictature de 1976 à 1983 fera entre vingt et trente mille desaparecidos. Dès le mois d’août 1976, le fils de Gelman, Marcelo, âgé de vingt ans, et sa belle-fille Maria Claudia, dix-neuf ans, enceinte de sept mois, militants de gauche, sont enlevés. Marcelo sera torturé et exécuté. Maria Claudia donnera le jour, en Uruguay, à une petite fille, Macarena, remise illégalement à la famille d’un policier, dans le cadre du plan Condor, le programme de répression organisé par les dictatures latino-américaines entre 1970 et 1980. Ce n’est qu’en 1990 qu’une amnistie permet le retour de Gelman dans son pays. Après avoir surmonté de multiples obstacles, il finira [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite des Universités, membre correspondant de la Real Academia Española

Classification


Autres références

«  GELMAN JUAN (1930-2014)  » est également traité dans :

LISCANO CARLOS (1949- )

  • Écrit par 
  • Jean-Marie SAINT-LU
  •  • 800 mots

Lorsque paraît en 2005 La Route d Ithaque (1994, El Camino a Í taca ), son premier roman traduit en France, Carlos Liscano, né à Montevideo en 1949, n’est pas tout à fait un inconnu. « Ma Famille », nouvelle tirée de son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carlos-liscano/#i_55708

Pour citer l’article

Bernard SESÉ, « GELMAN JUAN - (1930-2014) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-gelman/