CARBONATES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Minéraux du groupe de l'aragonite

La structure de ces carbonates est orthorhombique. Dans l'aragonite, chaque ion calcium est coordiné à 9 ions oxygène, et chaque ion oxygène à 3 ions calcium. La coordinance 9 est caractéristique du groupe. Les ions calcium ont un arrangement approximativement hexagonal compact, qui donne naissance à une symétrie pseudo-hexagonale très marquée. Cela se reflète dans la macle pseudo-hexagonale qui est caractéristique de tous les membres du groupe. Les formes minéralogiques les plus fréquentes sont les formes pyramidale aciculaire, tabulaire, prismatique hexagonale, cette dernière résultant de l'intercroissance de trois individus maclés suivant la face du prisme, et dont les plans de base sont mis en commun.

Macle d'aragonite

Macle d'aragonite

Dessin

Macle pseudo-hexagonale de l'aragonite formée par l'intercroissance de trois individus. On remarquera que le plan de base est strié suivant trois directions différentes 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Aragonite

Le nom de ce minéral vient de l'Aragon, où la macle pseudo-hexagonale de l'aragonite fut observée pour la première fois.

L'aragonite a la même composition que la calcite. La substitution du strontium au calcium connaît seule une importance notable, les rayons ioniques de ces deux éléments étant très voisins.

L'aragonite précipite facilement à partir de solutions aqueuses de bicarbonate de calcium. En milieu marin, elle est généralement le carbonate de calcium chimiquement précipité. Bien que ce minéral soit métastable à température et pression ordinaires, sa transformation en calcite est alors très lente, les ions Mg2+ et SO24 de l'océan jouant le rôle de stabilisateurs vis-à-vis de l'aragonite. La courbe d'analyse thermique différentielle montre que la transformation de l'aragonite en calcite se traduit par un léger pic endothermique vers 450 0C, tandis que la décomposition du carbonate de calcium a lieu autour de 950 0C.

Souvent incolore, mais pouvant prendre des teintes variées sous l'effet de diverses impuretés, l'aragonite se distingue de la calcite par son poids spécifique supérieur et l'absence de clivage rhomboédrique. La réaction de Meigen est utilisée comme test chimique : quelques grains ou une poudre du minéral sont mis dans une solution de Co(NO3)2 portée à ébullition pendant quelques minutes. Rapidement, il app [...]


Médias de l’article

Caractéristiques des carbonates naturels

Caractéristiques des carbonates naturels
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Calcite et aragonite

Calcite et aragonite
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Cristaux de calcite

Cristaux de calcite
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Stalactites

Stalactites
Crédits : Tom Bean/ Getty Images

photographie

Tous les médias



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages




Écrit par :

  • : docteur en géologie
  • : professeur à la faculté des sciences de l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie, directeur du laboratoire de géologie de l'École normale supérieure de Paris

Classification


Autres références

«  CARBONATES  » est également traité dans :

BARYUM

  • Écrit par 
  • Bernard CARTON
  •  • 331 mots

Du grec barus , lourd Symbole chimique : Ba Numéro atomique : 56 Masse atomique : 137,34 g Point de fusion : 725  0 C Point d'ébullition : 1 640  0 C Densité (à 20 0 C) : 3,5. Deuxième membre de la famille des alcalinoterreux (après le calcium), dont C. W. Scheele découvrit la base (baryte) dans la pyrolucite. Le métal fut isolé par Berzelius (1808), puis H. Davy et Bunsen l'ont obtenu pur par éle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baryum/#i_864

BÉRYLLIUM

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CARRON, 
  • Robert GADEAU, 
  • Jean PERROTEY
  •  • 5 432 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Autres composés »  : […] Le carbonate basique sert d'intermédiaire dans la préparation des autres sels. Les solutions de glucine, dans le carbonate d'ammonium, portées à l'ébullition après dilution, laissent déposer un produit de composition variable, amorphe aux rayons X et contenant de 2 à 5 molécules d'hydroxyde pour une de carbonate. La décomposition est complète dès 300  0 C. Le carbonate neutre, difficile à préparer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/beryllium/#i_864

CALCAIRES

  • Écrit par 
  • Charles POMEROL
  •  • 5 194 mots
  •  • 8 médias

Une roche est dite calcaire si elle renferme au moins 50 p. 100 de carbonate de chaux (CaCO 3 ), généralement représenté par de la calcite , plus rarement par de l' aragonite  ; les minéraux les plus fréquemment associés au carbonate de chaux dans les roches calcaires sont la dolomite, CaMg(CO 3 ) 2 , et les minéraux argileux . Les roches calcaires constituent environ 20 p. 100 de l'ensemble des r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calcaires/#i_864

CALCIUM

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  •  • 2 291 mots
  •  • 2 médias

Le calcium, élément chimique de symbole Ca et de numéro atomique 20, est le plus léger des métaux alcalinoterreux vrais. Il représente environ 3,45 p. 100 du poids de la croûte terrestre et se classe, par ordre d'abondance, au troisième rang des métaux, derrière l'aluminium et le fer. Le métal, très réactif, n'existe jamais à l'état naturel ; les principaux minéraux calciques sont constitués de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calcium/#i_864

CARBONATITES

  • Écrit par 
  • Alain Gil MAZET
  •  • 535 mots

Roches qui pendant longtemps sont apparues comme des roches « aberrantes » par leur aspect proche du calcaire et leur association à des roches volcaniques. Elles sont constituées de plus de 80 p. 100 de carbonate. Ce sont en apparence des sortes de calcaires cristallins à structure protoclastique. La série fondamentale des carbonatites correspond à la série usuelle des roches carbonatées : calcit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carbonatites/#i_864

CARBONE

  • Écrit par 
  • Jean AMIEL, 
  • Henry BRUSSET
  •  • 8 318 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Dioxyde »  : […] Le dioxyde de carbone CO 2 est souvent appelé gaz ou anhydride carbonique. La molécule est linéaire et symétrique et se conserve sous cette forme dans les trois états de la matière. Il s'en forme par combustion du carbone et de ses formes industrielles (coke), lors de la dissociation thermique des carbonates, ainsi que dans la fermentation alcoolique et dans la respiration. L'atmosphère a une fa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carbone/#i_864

COULEUR DES MINÉRAUX

  • Écrit par 
  • André JULG
  •  • 3 539 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Quelques exemples »  : […] Voyons maintenant quelques exemples qui montrent l'importance des impuretés. Commençons par le diamant, une des gemmes les plus prestigieuses, qui est du carbone pur. En l'absence d'atomes étrangers, il est incolore. La présence de bore, à la concentration de quelques millionièmes, lui confère une délicate teinte bleue qui peut aller jusqu'au bleu-noir pour des concentrations de l'ordre du millièm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/couleur-des-mineraux/#i_864

EAU DURETÉ DE L'

  • Écrit par 
  • Cyrille GOMELLA
  •  • 305 mots

La dureté d'une eau traduit sa teneur globale en ions calcium (Ca ++ ) et magnésium (Mg ++ ). Elle est exprimée en degrés hydrotimétriques : un degré français correspond à 4 mg/l de calcium ou à 2,4 mg/l de magnésium. Les praticiens distinguent la dureté totale (titre hydrotimétrique, TH) et une de ses fractions : la dureté temporaire (titre alcalimétrique, TAC) qui correspond à la teneur de l'ea […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/durete-de-l-eau/#i_864

GEMMES

  • Écrit par 
  • Jean-Paul POIROT, 
  • Henri-Jean SCHUBNEL
  •  • 6 256 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Carbonates »  : […] La rhodochrosite , rouge à rose, translucide à opaque, est surtout employée en ornementation. La malachite , vert opaque, trouve le même usage ; de même l'azurite , bleu foncé. La smithsonite est rarement utilisée comme gemme. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gemmes/#i_864

MAGNÉSIUM

  • Écrit par 
  • Maurice HARDOUIN, 
  • Michel SCHEIDECKER
  •  • 4 262 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Minerais »  : […] Le magnésium représente 2 p. 100 des éléments qui constituent l'écorce terrestre et il vient au huitième rang par ordre d'importance. On le rencontre dans les roches magmatiques, sédimentaires et métamorphiques, généralement sous forme de carbonates, d'hydroxyde, de silicates, de chlorure et de sulfate. Les minerais les plus fréquemment utilisés sont : le carbonate (magnésite ou giobertite) prat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magnesium/#i_864

MARS, planète

  • Écrit par 
  • Éric CHASSEFIÈRE, 
  • Olivier de GOURSAC, 
  • Philippe MASSON, 
  • Francis ROCARD
  •  • 18 406 mots
  •  • 65 médias

Dans le chapitre « Les résultats de Mars Express »  : […] Il faudra attendre Mars Express (placé en orbite autour de Mars le 25 décembre 2003) pour disposer de la première détection directe de l'eau. En effet, l'instrument français Omega (Observatoire martien pour l'étude de l'eau, des glaces et de l'activité) embarqué sur la sonde a analysé pour la première fois la composition de la glace aux pôles de Mars. Omega a la capacité de réaliser à la fois des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mars-planete/#i_864

MÉTAUX - Métaux alcalins

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  •  • 3 043 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les composés alcalins »  : […] La stabilité des hydrures alcalins croît avec le numéro atomique. L'hydrure de lithium possède une stabilité exceptionnelle. Fondu, il conduit l'électricité et, par électrolyse, on recueille de l'hydrogène à l'anode, ce qui permet d'affirmer l'existence d'une structure Li + H - . Ce composé s'obtient facilement en faisant passer un courant d'hydrogène sur du métal légèrement chauffé. La préparatio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metaux-metaux-alcalins/#i_864

MÉTAUX - Métaux alcalino-terreux

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  •  • 2 581 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Propriétés chimiques des alcalino-terreux et de leurs composés »  : […] Les métaux alcalino-terreux possèdent une grande réactivité chimique ; essentiellement réducteurs, ils s'unissent facilement avec la plupart des corps simples . Il est nécessaire de les conserver sous une couche d'huile minérale ou de pétrole, car à l'air, surtout humide, leur surface se ternit très rapidement, par suite de l'apparition d'une croûte d'oxyde, d'hydroxyde, et de carbonate. Dès la te […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metaux-metaux-alcalino-terreux/#i_864

MINÉRALOGIE

  • Écrit par 
  • Claude GUILLEMIN
  •  • 12 132 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Carbonates, nitrates, borates »  : […] Les carbonates (110 espèces environ ; cf. carbonates ) ont souvent un aspect pierreux. Ils sont incolores ou peu colorés, à l'exception de ceux du cuivre, du cobalt, du manganèse et de l'uranium. Les carbonates hydratés [ azurite Cu 3 (OH) 2 (CO 3 ) 2 , malachite Cu 2 (OH) 2 CO 3 , hydrozincite Zn 5 (OH) 6 (CO 3 ) 2 ] sont essentiellement liés au cycle exogène ; les carbonates anhydres, surto […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mineralogie/#i_864

NUCLÉAIRE (PHYSIQUE) - Isotopes

  • Écrit par 
  • René BIMBOT, 
  • René LÉTOLLE
  •  • 5 429 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Système 13C/12C »  : […] Les deux groupes essentiels où le carbone intervient sont les carbonates (calcaires, dolomies, carbonatites), les hydrocarbures et les « hydrates de carbone » naturels (fig. 1a). Les autres formes carbonées naturelles sont encore peu étudiées. Pour les carbonates, les compositions isotopiques sont déterminées par le système CO 2 -HCO — 3 -CO 3 2— en solution ; la température et l'origine du CO […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-physique-isotopes/#i_864

PACIFIQUE OCÉAN

  • Écrit par 
  • Jean FRANCHETEAU
  •  • 14 710 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La sédimentation au Tertiaire »  : […] Au début du Tertiaire, des boues carbonatées se déposent à des latitudes anormalement hautes dans les deux hémisphères du Pacifique en raison de la présence d'eaux assez chaudes jusqu'à environ 60 0 de latitude. La zone équatoriale est, à l'Éocène, assez mal définie et caractérisée par des taux de sédimentation peu élevés. Les sédiments calcaires ne se déposent qu'au-dessus de 2 500 mètres, mais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ocean-pacifique/#i_864

POTASSIUM

  • Écrit par 
  • André HATTERER, 
  • Henri KESSLER
  •  • 3 002 mots

Dans le chapitre « Composés »  : […] Le sulfate K 2 SO 4 provient de la cristallisation sélective des solutions de sels doubles et triples, ainsi que de la conversion du chlorure par la kiesérite MgSO 4 , H 2 O ou par l'acide sulfurique H 2 SO 4 . Il forme des sels doubles avec l'hydrogénosulfate KHSO 4 dont la condensation vers 600  0 C conduit au pyrosulfate K 2 S 2 O 7 . Le nitrate KNO 3 (nitre ou salpêtre) se forme naturelle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/potassium/#i_864

SALINES ROCHES

  • Écrit par 
  • André JAUZEIN, 
  • Jean-Pierre PERTHUISOT
  •  • 3 136 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les dépôts salins paraliques »  : […] Les exemples récents ou actuels de dépôts salins liés au domaine océanique sont toujours limités à des zones restreintes situées en bordure des océans sous climat aride. Le déficit en eau douce est compensé par un apport continu d'eaux marines, et les dépôts correspondent en gros aux sels fournis par l'eau de mer. Le voisinage du continent peut néanmoins perturber les rapports volumiques entre sel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roches-salines/#i_864

STOCKAGE GÉOLOGIQUE DU CO2

  • Écrit par 
  • Bénédicte MÉNEZ
  •  • 2 271 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « ... au stockage  »  : […] Reste à enfouir le CO 2 à des profondeurs comprises entre 800 et 5 000 mètres et à le maintenir ainsi piégé de manière durable. Le stockage souterrain du CO 2 n'est pas une idée nouvelle ni aberrante puisqu'il est déjà pratiqué depuis plusieurs décennies pour la récupération des hydrocarbures. Le CO 2 à l'état supercritique est en effet un puissant solvant qui permet d'extraire les huiles résid […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stockage-geologique-du-co2/#i_864

TERRE BOULE DE NEIGE HYPOTHÈSE DE LA

  • Écrit par 
  • Françoise DREYER
  •  • 7 133 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « De l’hypothèse à la théorie de la Terre « boule de neige » »  : […] L’hypothèse de Kirschvink formulée en deux pages dans un ouvrage de plus de mille n’eut guère d’écho au sein d’une communauté scientifique très dubitative. Les observations s’accumulent, mais ne prennent vraiment sens que lorsque Paul Hoffman, en 1998, en fait la synthèse et retient parmi les scénarios possibles celui qui, à son avis, explique le mieux l’ensemble des observations géologiques, gé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hypothese-de-la-terre-boule-de-neige/#i_864

Voir aussi

ARAGONITE    CÉRUSITE    RÉACTION DE MEIGEN    STRONTIANITE    WHITÉRITE

Pour citer l’article

Marc DARDENNE, André JAUZEIN, « CARBONATES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/carbonates/