CANDOMBLÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les rites initiatiques

L'axé n'est pas cependant le privilège exclusif des dieux ; les hommes peuvent l'acquérir par une initiation progressive dont le premier degré est le « lavage du collier ». Cette consécration a lieu sur la pierre de l'orixá, et la tête du destinataire sera lavée avec les mêmes eaux. Elle établit aussi un lien entre celui-ci et le terreiro. Le possesseur du collier sera dès lors soumis à des obligations et à des interdits, dont le nombre ira croissant à chaque degré de l'initiation. La deuxième étape est le bori, cérémonie à l'issue de laquelle le postulant est considéré comme abiá (novice) et qui constitue une régénération périodique de l'axé. La troisième, l'initiation proprement dite, s'étend sur une longue période de claustration dans une pièce du temple, au cours de laquelle s'effectue l'assimilation, quasi inconsciente, des valeurs sacrées. La « fixation du dieu » est la cérémonie la plus importante. La tête de la novice ou du novice (iaô) est rasée ; une incision est pratiquée, où l'on place une substance au pouvoir magique élevé, l'Oxu. Puis l'iaô est présenté au public et énonce son nouveau nom. Les vêtements et accessoires qui ont servi durant l'initiation sont jetés dans un endroit isolé (rivière, plage). Les fils ou filles de saint passent alors par une période de semi-inconscience, l'erê. Le long apprentissage initiatique est comme une confrontation progressive avec les diverses facettes de l'altérité. L'entité maîtresse de la tête sera-t-elle perçue comme quelque chose de totalement étranger ou comme le modèle d'une personnalité consciemment assumée ? Il n'y a qu'une réponse possible à cette question. Quant à l'impressionnante cérémonie de l'axéxé après la mort d'une desservante, elle vise à réincorporer l'axé de la défunte dans le potentiel collectif.

Suspectés, interdits, décriés et enfin folklorisés, le candomblé et les cultes qui en dérivent imprègnent profondément le tissu social brésilien et pas seulement les couches populaires. L'umbanda, par exemple, semble circuler dans les espaces interstitiels des divers sous-systèmes c [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CANDOMBLÉ  » est également traité dans :

AMÉRIQUE LATINE - Les religions afro-américaines

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 3 190 mots

Dans le chapitre « Variété des cultes »  : […] Les religions d'origine africaine se sont conservées le plus pures chez les nègres marrons, ou Bosh, qui ont fui le régime de l'esclavage pour constituer des républiques indépendantes à l'intérieur des forêts des Guyanes hollandaise et française. On retrouve chez eux, juxtaposées plus qu'intégrées, les religions des Fanti- Ashanti (Ghāna) et des F […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amerique-latine-les-religions-afro-americaines/#i_35971

VERGER PIERRE (1902-1996)

  • Écrit par 
  • Rubens RICUPERO
  •  • 1 292 mots

Photographe, ethnologue, historien spécialiste de la culture et des religions africaines, Pierre Verger fut tout cela à la fois, mais aucune de ces étiquettes ne parviendra jamais à cerner une vie et une œuvre qui excèdent les cadres conventionnels. Né à Paris le 4 novembre 1902 dans une famille de la grande bourgeoisie, il est mort le 12 février 1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-verger/#i_35971

Pour citer l’article

Jean-Marie REMY, « CANDOMBLÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/candomble/