CASTELO BRANCO CAMILO (1825-1890)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le styliste

Autodidacte, Camilo ne cesse de lire ses classiques, même les plus oubliés, et de fouiller dans les dictionnaires, même les plus anciens. Il a le goût des vieux livres, aime à déterrer termes désuets, idiotismes et tournures rares. Au contact du peuple, il apprit son langage et, en province, celui de la campagne. À Porto et à Coïmbre, dans les facultés et dans les cafés, il fit sienne la langue estudiantine et argotique. Il était amoureux des mots, connaissait le nom précis des accessoires du vêtement, moderne ou démodé, de toutes les pièces d'un fusil, ou même d'une arquebuse. Il adopte des archaïsmes suggestifs, ne recule pas devant un terme vulgaire, forge des néologismes audacieux, mais conformes à l'esprit de la langue et au contexte. Aucun écrivain portugais n'eut un vocabulaire plus étendu ni un langage plus succulent. Les défauts mêmes de la langue portugaise, insuffisamment codifiée, très mouvante, susceptible de toutes les alliances, et plus apte en somme à la communication du sentiment qu'à l'explication de la pensée, s'accordaient à merveille avec l'esprit et les tendances stylistiques de Camilo.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CASTELO BRANCO CAMILO (1825-1890)  » est également traité dans :

OLIVEIRA MANOEL DE (1908-2015)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre TOUATI
  •  • 2 542 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Théâtre, peinture, cinéma »  : […] On pourrait rapprocher l'art d'Oliveira de celui d'Ozu. Art de la politesse, de la délicatesse ; chez les deux cinéastes, l'utilisation de la frontalité inspire une attitude de communion « entre toi et moi, entre le spectateur et l'œuvre d'art » (Paul Schrader). S'il existe ici un caractère transcendantal de l'œuvre, ce serait au sens kantien du concept : le temps se présente à l'état pur, l'image […] Lire la suite

PORTUGAL

  • Écrit par 
  • Roger BISMUT, 
  • Cristina CLIMACO, 
  • Michel DRAIN, 
  • José-Augusto FRANÇA, 
  • Michel LABAN, 
  • Jorge MORAÏS-BARBOSA, 
  • Eduardo PRADO COELHO
  •  • 40 050 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Romantisme et réalisme »  : […] Au cours du xix e  siècle, l'évolution littéraire reflète celle des grands États européens : le romantisme portugais est tributaire du Sturm und Drang , de Rousseau, de Chateaubriand, des poètes anglais et italiens. L'influence de Lamartine et de Hugo, des romans historiques de Walter Scott, des romans humanitaires d'Eugène Sue, de George Sand et de Dickens, du mélodrame et du drame romantique est […] Lire la suite

Pour citer l’article

António COIMBRA MARTINS, « CASTELO BRANCO CAMILO - (1825-1890) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/camilo-castelo-branco/