CAHIERS DU SUD, revue

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La préhistoire des Cahiers du Sud commence en 1913, à Marseille. Marcel Pagnol et quelques amis, bientôt rejoints par Jean Ballard, créent la revue littéraire Fortunio. La guerre interrompt la publication, reprise en 1919 sous l'égide de Jean Ballard. Fortunio cherche alors son identité, prenant ses distances avec la félibrige d'une part, l'influence parisienne de l'autre. Ces nouveaux débuts de Fortunio sont sages. Un souci progressif d'ouverture conduit à la nouvelle dénomination, effective en 1925 : les Cahiers du Sud. Un nouveau venu aura une influence décisive sur cette mutation : André Gaillard, poète lié au mouvement surréaliste, à Paul Eluard en particulier, ainsi qu'au groupe nantais du Grand Jeu. Les préférences d'André Gaillard — Artaud, Michaux, Supervielle — vont bientôt marquer les sommaires des Cahiers, au risque parfois d'effaroucher les bonnés timides — ce sera notamment le cas avec un texte de Banjamin Péret. Jean Ballard ne ménage pas sa confiance à André Gaillard, principal artisan d'un numéro spécial, La Poésie et la critique, qui paraît en 1929, l'année même de sa mort.

À Carcassonne, dans le même temps et selon une évolution voisine de celle des Cahiers du Sud, la revue Chantiers rassemble autour de Joë Bousquet le classicisme érudit d'un François-Paul Alibert et les hardiesses surréalisantes d'un Ferdinand Alquié ou d'un René Nelli. Les liens se resserrent bientôt entre le groupe de Carcassonne et le noyau marseillais. Dès 1930, les Cahiers du Sud seront l'expression de leur rencontre. C'est à compter de ce moment que les Cahiers vont réussir l'exploit d'exister de façon autonome en dépit du centralisme parisien et sans recourir à un quelconque régionalisme à valeur touristique.

S'il y a, pour les rédacteurs successifs, une recherche d'identité qui serve de fil conducteur à leur action littéraire, ce n'est pas tant celle de la Provence ou du Languedoc seuls, que celle du Sud [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  CAHIERS DU SUD, revue  » est également traité dans :

MALRIEU JEAN (1915-1976)

  • Écrit par 
  • Pierre DHAINAUT
  •  • 879 mots

Homme du Sud, fidèlement : s'il convient de présenter Jean Malrieu d'une formule, il faut insister sur ses origines. Elles sont géographiques et historiques, mais la poésie les vivifia sans cesse. Cette terre intimement connue, aimée pour ses paysages et son passé, pour ces mythes et sa lumière, il ne l'a jamais quittée : lui-même se définissait volontiers comme « un Occitan de langue française ». […] Lire la suite

NELLI RENÉ (1906-1982)

  • Écrit par 
  • René LAFON
  •  • 742 mots

C'est entre 1941 et 1943 que René Nelli se révèle tout à la fois comme un poète en langue d'oc ( Entre l'esper e l'abséncia , 1941) et un double érudit : en érotologie médiévale et en métaphysique manichéenne. Les deux grands articles du numéro spécial des Cahiers du Sud sur le Génie d'oc et l'homme méditerranéen (1943), « De l'amour provençal » et « Fragment d'une métaphysique d'oc », ouvrent l […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques JOUET, « CAHIERS DU SUD, revue », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cahiers-du-sud-revue/