MALRIEU JEAN (1915-1976)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme du Sud, fidèlement : s'il convient de présenter Jean Malrieu d'une formule, il faut insister sur ses origines. Elles sont géographiques et historiques, mais la poésie les vivifia sans cesse. Cette terre intimement connue, aimée pour ses paysages et son passé, pour ces mythes et sa lumière, il ne l'a jamais quittée : lui-même se définissait volontiers comme « un Occitan de langue française ».

Jean Malrieu naît à Montauban. C'est dans cette ville que se déroulent son enfance et la plus grande partie de sa jeunesse. Avec quelques amis, il découvre la poésie puis le jazz : ses premiers poèmes paraîtront dès 1935, grâce à Hugues Panassié, dans la revue Jazz Hot, hommages à Louis Armstrong et à Duke Ellington. Lui-même rappelle ces années de l'enthousiasme et de la complicité dans un roman (publié par la revue Europe en 1952), Avec armes et bagages. Il écrit beaucoup, il se cherche ; il rencontre en 1936 la femme qui deviendra pour toujours sa compagne, Lilette.

Avec la guerre, c'en est fini de l'insouciance. Ses poèmes, essentiellement d'amour, deviennent plus graves. En 1945, il apprend que sa sœur est morte en déportation : son souvenir très souvent passera dans l'œuvre, et jusque dans Le Château cathare (1972). Politiquement, il sera pour de longues années, jusque vers 1960, communiste. À sa façon, certes, indépendante, avec passion pourtant. Il trouve en Gérald Neveu (1921-1960) un complice, un compagnon auquel il consacrera un livre en 1974. Ensemble ils fondent en 1961 une revue, Action poétique, un groupe, et portent la poésie dans les rues : ce combat de dix années environ, malgré certains désenchantements, ne fut point renié.

Mais déjà sa voix est reconnue : par Les Lettres françaises, où le présente Aragon, par Les Cahiers du Sud principalement, auxquels de 1950 à 1966 il donne poèmes, articles et chroniques en grand nombre. Aux Cahiers, il se sent chez lui. Du reste, en 1970, lorsqu'il fondera une nouvelle revue, toujours à Marseille, il l'appellera Sud et la placera naturellement sous l'égide de Joë Bousquet : [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Pierre DHAINAUT, « MALRIEU JEAN - (1915-1976) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-malrieu/