NELLI RENÉ (1906-1982)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est entre 1941 et 1943 que René Nelli se révèle tout à la fois comme un poète en langue d'oc (Entre l'esper e l'abséncia, 1941) et un double érudit : en érotologie médiévale et en métaphysique manichéenne. Les deux grands articles du numéro spécial des Cahiers du Sud sur le Génie d'oc et l'homme méditerranéen (1943), « De l'amour provençal » et « Fragment d'une métaphysique d'oc », ouvrent le champ d'une curiosité pour le Moyen Âge occitan qui s'élargira bientôt dans toute l'Europe.

En 1945, la naissance de l'Institut d'études occitanes charge l'écrivain d'une responsabilité à sa mesure. La maturité de René Nelli est atteinte dix ans plus tard. Après un court ouvrage, « Poésie ouverte - poésie fermée » (Cahiers du Sud, 1947), où il dévoile son intelligence exceptionnelle de l'acte poétique, il dirige une grande recherche où se croisent sociologie, histoire et philosophie sur le sujet du catharisme (Spiritualité du catharisme, 1953). Surtout, il s'affirme comme un des plus importants poètes de son temps avec Arma de Vertat (« âme/arme de vérité », 1952). Ce livre enchaîne quatre thématiques, toutes du domaine de l'inquiétude spirituelle, et dont l'amour est l'occasion. Le poète, représenté d'abord dans sa jeunesse, cherche un point d'éternité dans la flamme du désir. Mais la jeunesse se replie en souvenir et du même coup une éternisation dans la mémoire, fait circuler les strophes dans une sorte de demeure enchantée d'images. C'est le moment de l'attention extrême portée aux signes de la nature. S'il y a enchantement de la mémoire dans le culte poétique de l'amour, le drame est aussi présent. Nelli pense l'amour comme une porte ouverte au temps ; l'être, chez lui, se déchire d'aimer pour découvrir à la fois qu'il est mortel et qu'il est seul. La femme est donc révélatrice d'un destin qu'il faut virilement assumer. Elle est aussi, dans le couple même où se murent ensemble deux solitudes, la consolatrice de la plaie qu'elle impose. Car elle apporte une révélation dont l'origine est médiévale : l'amour est une incarnation dans la succession des vies. C'est l'Interna (Nelli traduit : « internelle »)


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Bordeaux, maître assistant à la faculté des sciences de Paris, docteur ès sciences

Classification


Autres références

«  NELLI RENÉ (1906-1982)  » est également traité dans :

OCCITANES LANGUE ET LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Pierre BEC, 
  • Charles CAMPROUX, 
  • Philippe GARDY
  •  • 7 509 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Affirmation de la prose »  : […] Si en effet de nombreux poètes ont fait leur apparition dans le sillage du félibrige mistralien, en Provence (Marius André), en Languedoc (Antonin Perbosc, Prosper Estieu), en Limousin (Paul-Louis Grenier, Albert Pestour) ou en Gascogne (Michel Camélat déjà mentionné, Maximin Palay, également romancier), c'est bien l'essor de la fiction en prose qui caractérise l'évolution des lettres d'oc après […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/langue-et-litterature-occitanes/#i_89468

Pour citer l’article

René LAFON, « NELLI RENÉ - (1906-1982) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-nelli/