BUCHENWALD

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le camp de concentration nazi de Buchenwald fut l'un des premiers et des plus grands camps établis sur le sol allemand. Construit en 1937 sur une colline boisée à environ 7 kilomètres au nord-ouest de Weimar, il complétait les camps de concentration de Sachsenhausen au nord et de Dachau au sud. Au début, des prisonniers politiques et d'autres groupes, notamment des juifs, y étaient détenus.

Comme dans les autres camps, la population de Buchenwald augmenta rapidement après la Nuit de cristal (Kristallnacht) de novembre 1938, au cours de laquelle 30 000 hommes juifs de seize à soixante ans furent arrêtés et incarcérés. Certains de ces prisonniers furent relâchés quand ils pouvaient trouver un lieu d'accueil hors de l'Allemagne.

La population de Buchenwald évolua en nombre et en composition au fil du temps. Après le début de la Seconde Guerre mondiale, Buchenwald continua de recevoir des prisonniers politiques et, plus tard, des Polonais. La plupart des détenus travaillaient comme des esclaves dans des chantiers voisins pendant 12 heures de suite. On recensait quelque 18 000 prisonniers après la Nuit de cristal, 11 000 à la veille de la guerre, 63 000 à la fin de 1944 et 86 000 en février 1945, lorsque Buchenwald reçut certains détenus évacués de force d'Auschwitz. Bien qu'il n'y eût pas de chambres à gaz dans le camp, des centaines de personnes mouraient chaque mois de maladies, de malnutrition, d'épuisement, battues à mort ou exécutées. Les registres des camps indiquent que pendant toute la durée de son fonctionnement, quelque 240 000 prisonniers d'au moins trente pays furent internés à Buchenwald. Au moins 10 000 furent transférés dans des camps d'extermination, et 43 000 moururent dans le camp.

Buchenwald renfermait un centre officiel de recherche médicale, la Division pour la recherche sur le typhus et les virus de l'Institut d'hygiène de la Waffen SS, dont les médecins testaient les effets des virus et des vaccins sur les détenus. Le camp était géré avec une discipline de fer, et de 1939 à 1945, Ilse Koch, la « chienne de Buchenwald », épouse du commandant SS du camp, se forgea une réputation sordide par son attitude particulièrement sadique.

Le 6 avril 1945, quelque 28 500 prisonniers furent évacués de Buchenwald au cours d'une marche de la mort où un quart d'entre eux périrent. Juste avant l'arrivée des troupes américaines le 11 avril 1945, les officiers allemands et les gardes prirent la fuite, et les détenus s'emparèrent du camp. Leurs représentants accueillirent les troupes de libération américaines le même jour.

—  Michael BERENBAUM, Universalis

Écrit par :

  • : ancien directeur de l'Institut américain de recherche sur la Shoah et de la Fondation américaine pour l'histoire visuelle des survivants de la Shoah

Classification


Autres références

«  BUCHENWALD  » est également traité dans :

EUROPE - Histoire de l'idée européenne

  • Écrit par 
  • Jean-Baptiste DUROSELLE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 10 490 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'impératif de la réconciliation »  : […] Si la notion d'unité européenne ne s'est pas trouvée totalement discréditée durant cette période des plus sombres, c'est que, dès avant la fin de la Seconde Guerre mondiale, une tout autre conception s'est développée. Ainsi, le 7 juillet 1944, à Genève, une Déclaration des résistances européennes appelait à la création d'une union fédérale et disait notamment : « Seule une union fédérale permettr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/europe-histoire-de-l-idee-europeenne/#i_49910

ROM

  • Écrit par 
  • Marcel COURTHIADE
  •  • 6 984 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la persécution au génocide »  : […] Le début du xx e  siècle correspond à un durcissement général des autorités face aux « Bohémiens ». Les autorités françaises dénombrent « 20 000 nomades en bandes voyageant en roulottes », dans un rapport en date de 1897. Le durcissement se manifeste par diverses interpellations à l'Assemblée sur les « bandes de Romanichels qui infestent le terri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rom/#i_49910

Pour citer l’article

Michael BERENBAUM, « BUCHENWALD », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/buchenwald/