BROCART

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Étoffe très riche, décorée par le tissage de fils d'or ou d'argent, et dans laquelle la soie sert essentiellement de support et de lien au métal qui joue avec tout son éclat, tant dans le fond du tissu que dans les différentes parties du dessin. L'emploi des tissus dans lesquels on fit entrer de l'or est très ancien, comme en témoignent divers écrits, mais sous ce terme de brocart (dont les documents nous apprennent qu'à l'origine ils étaient des tissus tout d'or ou d'argent) ont été classées à tort quantité de soieries contenant du métal, les brochés par exemple. On peut dire que les brocarts, dont on ignore l'origine exacte, mais dont on est sûr qu'ils ont été créés en Orient, appartiennent à la famille des draps d'or, draps à or battu ou à battus d'or, draps de soie à or ouvré, qui furent très prisés en Occident dès le Moyen Âge. L'Italie, l'Espagne (Almería notamment) s'étaient rendues célèbres dès le xiie siècle par la fabrication des brocarts. D'après les chroniqueurs, les draps et toiles d'or et d'argent s'étalaient à profusion au camp du Drap d'or où eut lieu la célèbre entrevue de François Ier et d'Henry VIII, en 1520. Ce genre d'étoffe semble avoir été particulièrement apprécié en France, et dès le xviie siècle l'on en fabriquait à Lyon, à Tours et à Paris. Dans cette dernière ville, le brocart d'or était d'ailleurs l'un des tissus sur lequel ceux qui désiraient être reçus maîtres ouvriers en drap d'or, d'argent et de soie devaient exécuter leur chef-d'œuvre.

Le tissage de tels tissus n'était pas sans présenter des difficultés. Tout d'abord, le métal devait subir une préparation. L'or n'était plus battu comme jadis, mais étiré en une lame très mince et très souple que l'on obtenait par laminage d'un fil déjà fin et ductile dû au passage du métal dans une filière. Cette lame, appelée aussi or trait, était ensuite, et c'était là le travail du guimpier, enroulée en spirale sur une âme, c'est-à-dire un support, autrefois en baudruche, plus tard en coton et parfois en soie. Quant aux fils d'argent, ils étaient enroulés sur une âme de couleur blanche, suivant l [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  BROCART  » est également traité dans :

BHOUTAN

  • Écrit par 
  • Benoît CAILMAIL, 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Alain LAMBALLE, 
  • Chantal MASSONAUD
  •  • 7 359 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Peinture »  : […] Les peintures constituent une manifestation très intéressante de l'art bhoutanais. Murales ou mobiles, elles ne sont jamais profanes. Les murs des rDzong, lhakhang, chapelles de demeures privées, en sont entièrement couvertes. La technique consiste, le plus souvent, à apposer un enduit de chaux et de colle sur un mur humide. La surface étant polie, les contours sont tracés, puis les couleurs appl […] Lire la suite

DAMAS

  • Écrit par 
  • Nikita ELISSÉEFF, 
  • Éric VERDEIL
  •  • 3 389 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les arts du tissu »  : […] Damas est réputée pour ses étoffes de soie, surtout ses brocarts tramés d'or que l'on appelle des « damas » ; ce nom désigne aussi des tissus de soie ou de laine façonnés avec des fils de même couleur et dont l'enchevêtrement constitue un dessin. De nos jours, les brocarts font encore le renom de Damas, mais ils sont en soie artificielle. Il convient de signaler aussi le linge « damassé » sur leq […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - L'art

  • Écrit par 
  • Raïssa BRÉGEAT, 
  • Marie-Thérèse de MALLMANN, 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 49 132 mots
  •  • 62 médias

Dans le chapitre « Les arts mineurs »  : […] Il n'est guère de localité indienne de quelque importance qui n'ait acquis la renommée dans l'une des innombrables branches de l' artisanat et qui ne se flatte d'abriter des familles établies dans leur spécialité depuis des générations. De fait, le travail des artisans constitue le fil jamais brisé qui relie le présent à un lointain passé, et la décadence des arts n'eut raison ni de leur goût ni d […] Lire la suite

TISSUS D'ART

  • Écrit par 
  • Anne KRAATZ, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Marie RISSELIN-STEENEBRUGEN
  •  • 22 657 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La floraison Tang (VIIe-Xe s.) »  : […] Les tissus polychromes de l'époque Tang paraissent plus audacieux dans leurs dimensions et dans leur conception que leurs prédécesseurs Han dominés, dans le décor, par une sorte de rigueur symbolique. La méthode à effet chaîne se maintient, mais cède peu à peu la place à l'effet trame. On a attribué les décors Tang, oiseaux ou animaux affrontés dans un médaillon au bord souvent perlé, de même que […] Lire la suite

Pour citer l’article

Évelyne GAUDRY, « BROCART », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/brocart/