Évelyne GAUDRY

assistante au musée historique des Tissus à Lyon

BROCART

  • Écrit par 
  • Évelyne GAUDRY
  •  • 632 mots

Étoffe très riche, décorée par le tissage de fils d'or ou d'argent, et dans laquelle la soie sert essentiellement de support et de lien au métal qui joue avec tout son éclat, tant dans le fond du tissu que dans les différentes parties du dessin. L'emploi des tissus dans lesquels on fit entrer de l'or est très ancien, comme en témoignent divers écrits, mais sous ce terme de brocart (dont les docume […] Lire la suite

BROCATELLE

  • Écrit par 
  • Évelyne GAUDRY
  •  • 288 mots

Dans sa forme classique, la brocatelle est une étoffe dont le dessin, formé par des effets de satin, se détache en relief sur un fond plat produit par une trame lancée, liée le plus souvent en sergé (armure à côtés obliques) par les fils d'une chaîne de liage. Ce relief des effets de satin est dû à l'emploi d'une trame de fond en lin et est accentué au tissage par des tensions appropriées des fils […] Lire la suite

LASALLE PHILIPPE DE (1723-1804)

  • Écrit par 
  • Évelyne GAUDRY
  •  • 900 mots

Né à Seyssel en Bugey, dans l'Ain, Philippe de Lasalle entra en apprentissage chez le peintre Sarrabat, dont on sait qu'il fut cité, en 1751, parmi les peintres lyonnais capables de former les dessinateurs en soieries. Il convient à ce propos de rappeler le rôle important que jouèrent ces derniers au xviiie siècle et qu'évoque d'ailleurs Joubert de l' […] Lire la suite

TAFFETAS

  • Écrit par 
  • Évelyne GAUDRY
  •  • 822 mots

Tissé à fils doubles, triples ou quadruples, le taffetas est l'armure la plus simple et la plus ancienne dans laquelle les fils de chaîne passent alternativement au-dessus et au-dessous des fils de trame. Dite toile dans les étoffes de coton, de laine ou de lin, cette armure prend le nom de taffetas dans les tissus de soie. L'adjonction, la permutation de fils dans ce mode de croisure sont à l'ori […] Lire la suite

VELOURS

  • Écrit par 
  • Évelyne GAUDRY
  •  • 1 195 mots

Les premiers hommes furent, dit-on, vêtus de fourrures d'animaux variés et, par son aspect, le velours suggère une sorte de pelage, mais en est-il dérivé ? Ce n'est là qu'une simple hypothèse. Quoi qu'il en soit, il est certain que le velours est une création de l'Orient, vraisemblablement de la Perse, où les Italiens le découvrirent et d'où ils l'importèrent. On a retrouvé des velours qui garniss […] Lire la suite