PASTERNAK BORIS LEONIDOVITCH (1890-1960)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Poète russe, Pasternak subit l'influence du symbolisme avant de faire ses débuts sous la bannière du futurisme. Son lyrisme, fondé sur un sentiment de participation à l'élan créateur de la vie, le conduit, malgré une adhésion spontanée à la révolution, à résister à la domination de l'idéologie marxiste, puis à la contester dans un roman d'inspiration autobiographique, Le Docteur Jivago, dont la publication à l'étranger, suivie de l'attribution du prix Nobel en 1958, fit scandale en Union soviétique.

Pasternak

Pasternak

Photographie

Le poète russe Boris Leonidovitch Pasternak (1890-1960). Romancier et Prix Nobel en 1958, il fut également le traducteur de six grandes tragédies de Shakespeare. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Du symbolisme à « Ma Sœur la vie »

Fils du peintre Léonide Pasternak, illustrateur de Tolstoï, professeur à l'École des beaux-arts de Moscou, et de Rosa Kaufmann, pianiste de talent, Boris Pasternak a passé son enfance dans un milieu imprégné de culture et d'art. Ses dons artistiques se sont révélés d'abord dans le domaine musical : séduit par l'œuvre et la personnalité de Scriabine, il a fait jusqu'à l'âge de dix-neuf ans de sérieuses études de composition. Mais, faute d'une vocation assez impérieuse, il renonce à la musique au moment d'entrer à l'université de Moscou. Il y commence des études de philosophie qui le mènent à Marbourg, où il suit pendant le semestre d'été 1912 les cours du néo-kantien Hermann Cohen.

Grand admirateur des symbolistes A. Blok et A. Biély, il adhère cependant, en 1913, au groupe futuriste Centrifuge, sous la marque duquel il publie son premier recueil, Un jumeau dans les nuées (Bliznec v tučakh, 1914). Le futurisme, qu'il défend dans les articles La Réaction de Wassermann (Vassermanova reakcija, 1914), et La Coupe noire (Čërnyj bokal, 1916), exprime à ses yeux un besoin de renouveler le langage poétique des symbolistes, dont il partage cependant l'idéalisme teinté de mysticisme. Ses premiers vers se distinguent par la richesse du vocabulaire, la nouveauté des rimes, la variété des rythmes, l'abondance des allitérations et une certaine outrance baroque des images. Les recherches d'expression dont ils témoignent s'apparentent à celles de Maïakovski, dont la puissan [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-Sorbonne et à l'École normale supérieure

Classification


Autres références

«  PASTERNAK BORIS LEONIDOVITCH (1890-1960)  » est également traité dans :

LE DOCTEUR JIVAGO, Boris Pasternak - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER
  •  • 1 226 mots
  •  • 1 média

Unique roman du grand poète russe Boris Pasternak (1890-1960), Le Docteur Jivago , commencé en 1945, est le bilan romanesque d'une vie de poète. Ayant débuté dès 1913 au sein du mouvement futuriste, révélé en 1922 par le recueil lyrique Ma Sœur la vie , écrit en 1917, et marqué par l'euphorie de l'été historique de la révolution, Pasternak est célébré e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-docteur-jivago/#i_22223

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 25 103 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Du dégel à la dissidence »  : […] L'étouffement de toute création authentique entraîne une désaffection du public à laquelle le pouvoir lui-même est sensible. Seule la revue Novy Mir ( Nouveau Monde ), dirigée depuis 1950 par Tvardovski, parvient à offrir une image reconnaissable de la réalité soviétique, notamment dans les Rajonnye budni ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-arts-et-culture-la-litterature/#i_22223

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel AUCOUTURIER, « PASTERNAK BORIS LEONIDOVITCH - (1890-1960) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/boris-leonidovitch-pasternak/