PASTERNAK BORIS LEONIDOVITCH (1890-1960)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Docteur Jivago

La terreur des années 1936-1938, qui fait de nombreuses victimes dans l'entourage de Pasternak (notamment parmi les poètes géorgiens avec lesquels il a noué en 1931 et en 1934 des relations très chaleureuses), le contraint au silence et l'oblige à se consacrer à la traduction : après ses amis géorgiens, il traduit Keats, Shelley, Verlaine, Petőfi, puis, entre 1941 et 1949, six grandes tragédies de Shakespeare dont le langage l'attire par son mélange de familiarité et de richesse métaphorique. La guerre, en refaisant l'unité morale du pays, l'arrache à son isolement et à son silence. Dans les deux recueils qu'il publie alors, Les Trains du petit jour (Na rannikh poezdakh, 1943) et L'Espace terrestre (Zemnoj prostor, 1945), le thème de la solidarité et de la chaleur humaine unit des vers patriotiques sans emphase, inspirés par le spectacle quotidien d'une nation en guerre, aux paysages familiers de la grande banlieue de Moscou où Pasternak mène depuis 1934 avec les siens une vie effacée mais largement ouverte à de nombreuses amitiés. L'évolution amorcée dans Seconde Naissance aboutit ici à un langage poétique à la fois naturel et limpide, parfaitement accordé aux sentiments de large communion avec les hommes qui s'expriment dans ces recueils.

De nouveau condamné au silence par le climat de terreur et de suspicion engendré après 1946 par le « jdanovisme », Pasternak continue à traduire (notamment le Faust de Goethe et Marie Stuart de Schiller). Mais il se consacre surtout à la rédaction d'un roman dont l'idée remonte aux années d'avant guerre (deux fragments d'une première rédaction ont paru en 1937 et 1939), et dont l'action, située entre 1905 et 1945, développe, à travers les péripéties d'un amour tragiquement lié à l'histoire par le tourbillon de la révolution, l'opposition du poète et du révolutionnaire telle qu'elle s'ébauchait dans l'œuvre des années 1920. L'héroïne, Lara, personnifie la féminité blessée et triomphante ; pour les deux héros, le poète Iouri Jivago, médecin de profession, et le révolutionnaire Pavel Antipov, elle incarne la haute [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-Sorbonne et à l'École normale supérieure

Classification

Autres références

«  PASTERNAK BORIS LEONIDOVITCH (1890-1960)  » est également traité dans :

LE DOCTEUR JIVAGO, Boris Pasternak - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER
  •  • 1 226 mots
  •  • 1 média

Unique roman du grand poète russe Boris Pasternak (1890-1960), Le Docteur Jivago , commencé en 1945, est le bilan romanesque d'une vie de poète. Ayant débuté dès 1913 au sein du mouvement futuriste, révélé en 1922 par le recueil lyrique Ma Sœur la vie , écrit en 1917, et marqué par l'euphorie de l'été historique de la révolution, Pasternak est célébré en 1934, malgré les réserves de la critique c […] Lire la suite

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 25 104 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Du dégel à la dissidence »  : […] L'étouffement de toute création authentique entraîne une désaffection du public à laquelle le pouvoir lui-même est sensible. Seule la revue Novy Mir ( Nouveau Monde ), dirigée depuis 1950 par Tvardovski, parvient à offrir une image reconnaissable de la réalité soviétique, notamment dans les Rajonnye budni ( Jours de semaine du district , 1952) de Valentin Ovétchkine (Ovečkin, 1904-1968), qui font […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel AUCOUTURIER, « PASTERNAK BORIS LEONIDOVITCH - (1890-1960) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/boris-leonidovitch-pasternak/