BOLOGNE JEAN ou BOULONGNE JEHAN ou GIAMBOLOGNA (1529-1608)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

L'Enlèvement des Sabines, J. Bologne

L'Enlèvement des Sabines, J. Bologne
Crédits : Bridgeman Images

photographie

L'Apennin, J. Bologne

L'Apennin, J. Bologne
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Cosme Ier, J. Bologne

Cosme Ier, J. Bologne
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Hercule et le Centaure, J. Bologne

Hercule et le Centaure, J. Bologne
Crédits : Bridgeman Images

photographie


Les grands groupes de marbre et les bronzes

La première grande œuvre réalisée par Bologne à Florence fut un groupe destiné à faire pendant à la Victoire de Michel-Ange : Florence, victorieuse de Pise.

Bologne, qui admirait la hardiesse de la sculpture hellénistique, était affronté à son tour au problème de la représentation de plusieurs personnages en action. Les sculpteurs du siècle, Michel-Ange par exemple, dans un projet pour le tombeau de Jules II, avaient tenté aussi de relever le défi que pose ce type de composition. Plusieurs modèles indiquent l'évolution du projet de Bologne (en cire, Victoria and Albert Museum, Londres ; en plâtre, Accademia, Florence). La version en marbre, qui se trouve actuellement au Bargello, fut réalisée beaucoup plus tard par son assistant Francavilla. Le modèle en cire est d'une spontanéité admirable, ses proportions étirées s'harmonisant avec celles de la Victoire. Destiné à figurer dans une niche, on le voyait seulement de face, mais la composition, qui est elle aussi en spirale, préparait la voie au prochain groupe important, Samson et un Philistin, destiné à une fontaine, ce qui autorisait de nombreux angles de vision. Le sujet et la manière dont il est traité sont en liaison avec un projet de Michel-Ange pour Samson et deux Philistins, connu par une série de moulages en bronze réalisés plus tard.

Ces deux groupes offrent une caractéristique : la partie inférieure du bloc est percée d'interstices. Michel-Ange aurait désapprouvé ce traitement, par souci de préserver l'intégrité du bloc. À vaincre la difficulté technique du percement du marbre, le jeune artiste démontra sa virtuosité.

Un dessin montre que dans les niches situées sous le bassin de la fontaine devaient figurer quatre singes en bronze, et une lettre de 1567 se réfère à des oiseaux que l'artiste modelait en terre en vue de la fonte. Plusieurs de ses études d'animaux ont survécu, dont le célèbre Dindon du Bargello. Elles attestent son extraordinaire habileté à rendre la texture de la fourrure ou du plumage au moyen d'un traitement « impressionniste » des surfaces, qui co [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  BOLOGNE JEAN ou BOULONGNE JEHAN ou GIAMBOLOGNA (1529-1608)  » est également traité dans :

COLOSSAL, art et architecture

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 3 271 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Ambitions colossales à l'époque moderne »  : […] Les témoignages écrits sur ces statues, les énormes figures exhumées lors de fouilles comme celles qui furent découvertes sous le pontificat de Paul III (1534-1549) dans les thermes de Caracalla et qui entrèrent aussitôt dans les collections des Farnèse ( Hercule , Flore , Le Taureau du musée de Naples) ont inspiré les sculpteurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colossal-art-et-architecture/#i_6772

DE VRIES ADRIAEN (1546 env.-1626)

  • Écrit par 
  • Jean-René GABORIT
  •  • 631 mots

Sculpteur néerlandais, Adriaen de Vries (ou, mieux, de Fries) naquit à La Haye en 1546 (ou peut-être en 1545, puisqu'une médaille, exécutée sans doute à l'occasion de sa mort, le 15 décembre 1626, le dit âgé de quatre-vingt-un ans). À une date inconnue, il entra dans l'atelier de Jean Bologne (dit Giambologna), à Florence, et y travailla sans doute pendant une longue période : connu sous le nom d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adriaen-de-vries/#i_6772

FRANCHEVILLE PIERRE, dit PIETRO FRANCAVILLA (1553 env.-1615)

  • Écrit par 
  • Renée PLOUIN
  •  • 194 mots

Originaire du nord de la France, Pierre Francheville apprit son métier de sculpteur à Florence auprès de Jean Bologne. Après avoir exécuté des copies d'antiques à Rome, il collabore avec son maître à Florence (statues à Santa Croce), à Pise (portes de la cathédrale) puis à Gênes : statues pour les Grimaldi, à San Francesco di Castelletto, et deux statues, Jupiter et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francheville-pierre-dit-pietro-francavilla/#i_6772

RENAISSANCE

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI, 
  • Jacques CHOMARAT, 
  • Jean-Claude MARGOLIN, 
  • Jean MEYER
  •  • 31 106 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Sculpture »  : […] La sculpture, parce qu'elle est surtout liée à l'architecture, est loin d'atteindre pareille liberté. Les sculpteurs, en effet, manquent d'audace, car ils hésitent à détacher la statue de sa niche ou du mur ; les expositions d'œuvres isolées du début du xvi e  siècle ont souvent été faites à l'encontre des intentions premières de l'artiste. Ils s' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/renaissance/#i_6772

MANIÉRISME

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN, 
  • Marie-Alice DEBOUT
  •  • 10 194 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « La sculpture »  : […] Comme pour la peinture et l'architecture, les chefs-d'œuvre de Michel-Ange, spécialement la Victoire (1506, Palazzo Vecchio, Florence), les tombeaux des Médicis (1521-1526), la Pietà (1550-1553, Dôme, Florence), le Christ (Santa Maria sopra Minerva), fournirent aux jeunes artistes des modèles parfaits de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manierisme/#i_6772

Voir aussi

Pour citer l’article

Charles H. F. AVERY, « BOLOGNE JEAN ou BOULONGNE JEHAN ou GIAMBOLOGNA (1529-1608) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bologne-boulongne-giambologna/