PRATYEKABUDDHA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans la hiérarchie des saints du bouddhisme, les pratyekabuddha occupent une situation moyenne (madhya) entre les shrāvaka (auditeurs), qui obtiennent le salut d'un maître auprès duquel ils s'instruisent, et les samyaksambuddha, buddha à part entière. La vie du pratyekabuddha se passe tout entière dans la solitude (pratyeka). On l'appelle souvent, pour cette raison, khadgin, « rhinocéros ». L'accès à la pratyekabodhi est une œuvre de longue haleine qui prend de nombreux kalpa (mais moins que pour l'anuttarasamyaksambodhi). Les pratyekabuddha l'obtiennent par leur seule réflexion et sans se soumettre à aucun enseignement, mais ils ne sont pas non plus capables d'instruire autrui. Ils restent solitaires jusqu'au bout.

Dès qu'un pratyekabodhisattva a atteint son Éveil, il ressent une grande joie et rompt alors son silence un moment pour prononcer quelques mots (udāna). Il se rend ensuite aux monts Gandhamādana dans l'Himālaya, lieu de résidence traditionnel des pratyekabuddha. Il y est reçu avec un minimum de paroles par ceux qui y habitent déjà (contrairement à ce qui se passe pour les buddha pleinement et parfaitement éveillés, il peut y avoir plusieurs pratyekabuddha en même temps). Quoique n'ayant pour ainsi dire pas de contacts avec autrui, les pratyekabuddha sont censés avoir une influence bénéfique ou au contraire maléfique suivant l'attitude qu'on adopte envers eux. Ils passent la plus grande partie de leur temps en méditation, pouvant rester durant une semaine en transe à éprouver la joie du Nirvāna. Ils vont cependant de temps à autre mendier leur nourriture ou faire quelques visites à des personnes désireuses de les rencontrer. Le lieu traditionnel de leur Parinirvāna et de leur mort est le Mahāpapāta, Grand Précipice. Celui qui va mourir rassemble les os du dernier disparu, les jette dans le vide et abandonne la vie. Ses restes sont brûlés par ses compagnons. Quelquefois, un stūpa est élevé sur ses reliques.

Beaucoup de rishis brahmaniques ont été regardés comme des pratyekabuddha. On raconte aussi que Devadatta, après avoir expié ses mauvaises actions en enfer, deviendra pratyekabuddha sous le nom d'Atthissara.

—  Jean-Christian COPPIETERS

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Jean-Christian COPPIETERS, « PRATYEKABUDDHA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pratyekabuddha/