Blues Walk, LAGRENE (Bireli)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né en 1966 dans une famille gitane alsacienne, le guitariste Bireli Lagrene est un enfant prodige qui marche rapidement sur les traces de Django Reinhardt, dont il est capable, à onze ans, de jouer certains chorus note pour note. À la fin des années 1980, il s’inscrit dans le sillage du jazz fusion, multipliant les rencontres guitaristiques avec John McLaughlin – qui a joué avec Miles Davis et créé le Mahavishnu Orchestra –, Paco de Lucía – le grand guitariste de flamenco moderne –, Larry Coryell, Jaco Pastorius – membre de Weather Report et réinventeur de la basse moderne – ou Al Di Meola – qui a appartenu à l’orchestre Return to Forever de Chick Corea et Stanley Clarke. Bireli Lagrene renoue avec ses racines en 1990 avec l’album Acoustic Moments. En 1993, il reçoit le django d’or du meilleur musicien français de jazz.

Dans Blues Walk, extrait de l’album Live in Marciac, Bireli Lagrene est accompagné par André Ceccarelli, un grand batteur français, et Christian («Chris») Minh Doky à la contrebasse. On appréciera, au début de l’intervention, le jeu véloce qui poursuit le be-bop d’un Wes Montgomery sans renier les apports du blues. La technique des doubles notes à l’octave, chère à George Benson (et aussi à Wes Montgomery), les relances en accords à manière de Django, la malice des citations (Jean Pierre de Miles Davis ou, plus loin, Le Vol du bourdon de Rimski-Korsakov) contribuent à animer ce blues revisité, plein de drive.

—  Eugène LLEDO

Écrit par :

Pour citer l’article

Eugène LLEDO, « Blues Walk, LAGRENE (Bireli) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/blues-walk-lagrene-bireli/