MURRAY BILL (1950- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Acteur américain, William James Murray naît le 21 septembre 1950, à Wilmette (Illinois), dans une famille de huit enfants. Il fait ses premiers pas dans l’art dramatique grâce au programme radiophonique National Lampoon Radio Hour (1975) au côté de comédiens tels que John Belushi et Dan Aykroyd. De 1977 à 1980, il devient populaire avec le personnage comique, aussi minable que sournois, qu’il incarne dans l’émission de divertissement Saturday Night Live. Il débute au cinéma par une série de films à succès, notamment Arrête de ramer, tes sur le sable (1979, Meatballs) d’Ivan Reitman, Le Golf en folie ! (1980, Caddyshack) d’Harold Ramis et Les Bleus (1981, Stripes) de Reitman. En 1984, il tient le haut de l’affiche, avec Aykroyd et Ramis, dans Ghostbusters (S.O.S. fantômes) de Reitman, un des films les plus rentables de la décennie. Il joue également dans Where the Buffalo Roam (1980), d’Art Linson, et Tootsie (1982), de Sydney Pollack.

Après l’échec d’un film dont il a écrit le scénario, Le Fil du rasoir (1984, The Razor’s Edge), de John Byrum, Bill Murray s’éloigne volontairement des studios, avant de reparaître dans S.O.S Fantômes 2 (1989), puis dans un film qu’il réalise avec Howard Franklin, Hold-up à New York (1990, Quick Change). Après avoir incarné un présentateur météo prétentieux dans la comédie existentielle Un jour sans fin (1993, Groundhog Day) de Ramis, il commence à interpréter des rôles plus exigeants, notamment dans Ed Wood (1994) de Tim Burton et Rushmore (1998) de Wes Anderson.

Nommé aux oscars, Bill Murray remporte un Golden Globe et un British Academy of Film and Television Arts (B.A.F.T.A.) Award pour son interprétation dans Lost in Translation (2003), de Sofia Coppola, d’un acteur américain sur le déclin qui rencontre une jeune femme en désarroi dans un hôtel de Tōkyō. La qualité de son jeu séduit la critique et confirme sa position d’acteur dramatique accompli. Bill Murray [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Classification


Autres références

«  MURRAY BILL (1950- )  » est également traité dans :

BROKEN FLOWERS (J. Jarmusch)

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 1 040 mots

Après deux tentatives pour aborder, de biais, le cinéma de genre (le western avec Dead Man , 1995, le film d'action dans Ghost Dog , 1999), Jim Jarmusch revient, avec Broken Flowers (2005), à la peinture dépouillée du monde contemporain tel qu'il l'a esquissée dès Stranger than Paradise (1983). On retrouve l'univers de l'auteur : sketches s'embo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/broken-flowers/#i_51751

JARMUSCH JIM (1953- )

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 2 986 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La vie dans les marges »  : […] Avec Broken Flowers , l'auteur revient à la conception urbaine et documentaire de ses premiers films, sans recourir à la même stylisation : cet opus, certes laconique et épousant à nouveau le modèle du road- movie , est assez fluide dans sa construction, et aussi, certainement, davantage susceptible de toucher un grand public. À la suite d'une sug […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jim-jarmusch/#i_51751

Pour citer l’article

« MURRAY BILL (1950- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bill-murray/