BIBLIOTHÈQUES NUMÉRIQUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Bibliothèques numériques et édition

Devant de telles perspectives, que deviennent les équilibres traditionnels entre bibliothèques et éditeurs, déjà fort malmenés depuis une dizaine d'années de numérisation ? De fait, en réunissant des collections, en offrant une nouvelle visibilité thématique (comme pour les approches thématiques que proposent « Voyages en France » ou « Utopies » sur Gallica), les bibliothèques ne sauraient ignorer le rôle éditorial nouveau qu'elles remplissent, du moins pour des ouvrages du domaine public. On peut donc légitimement s'interroger sur les limites imposées concernant l'accès à distance de documents sujets aux droits d'auteur, ou au contraire sur les opportunités de coédition qu'elles pourraient être amenées à explorer avec des éditeurs, des transporteurs de signaux ou des entreprises gestionnaires de contenus multimédias.

Curieusement, l'apparition de supports nomades (e-book) et de formats de lisibilité et de structuration de documents (open e-book par exemple) sont des tentatives pour reconstituer un modèle économique solvable du livre (le « livre électronique ») par déchargement et accès payants à des éditions en ligne. Ces supports nomades parient à l'évidence sur une baisse de leurs coûts à venir et sur la croissance exponentielle de mémoire des composants électroniques (on parle du stockage possible de l'ensemble de la Bibliothèque du Congrès en 2020 sur un support de mémoire de masse de quelques centimètres) ou de débits des réseaux. On le voit, la diversification, la plasticité des usages contraignent les bibliothèques à de nouvelles responsabilités touchant la conservation du patrimoine, qui ne relèvent pas seulement des performances techniques. Une grande partie du droit et de la jurisprudence tend à considérer que le numérique ne change fondamentalement rien au droit d'auteur et à son parent, le copyright, ni à la nécessité de contractualiser les autorisations en traduisant celles-ci dans des rémunérations qui ont valeur pour lever les restrictions. Il nous semble, en ce qui concerne les bibliothèques, que cette approche juridico-économique à laquelle se réduirait la pratique éditoriale est un peu courte. Tout comme on peut s'interroger sur la pertinence, dans ce cadre nouveau, du partage social des rôles qu'historiquement l'État et les bibliothèques, d'un côté, le marché et l'édition, de l'autre, se sont traditionnellement attribués. Aux premiers, le soin d'organiser le dépôt légal, de conserver, de donner accès et de favoriser la lecture publique, la recherche et l'instruction, de mettre en œuvre les outils bibliographiques nécessaires, de valoriser le patrimoine culturel, etc. Aux seconds, la capacité d'organiser la production des créateurs, d'en mettre en œuvre la fabrication, l'impression, la diffusion, la commercialisation et la valorisation, etc.

Il est légitime en effet de s'interroger sur la permanence de ce modèle, dès lors que des utilisateurs vont davantage puiser dans les ressources hétérogènes du Web que dans les documents propres, y compris au sein de bibliothèques transformées en cybercentres, ou encore donnant accès par des abonnements payés aux consortiums de revues en ligne, notamment les revues scientifiques et médicales. Parallèlement, des créateurs, journalistes, scientifiques vont tendre à utiliser directement le Web pour présenter des prépublications, auto-éditer des pages personnelles, constituer des forums ou nourrir des bases de données.

La frontière entre domaine public et droit privé (aussi légitimes soient les volontés conservatoires des intérêts fragiles des éditeurs) nous semble devenir caduque, dès lors que lui fait défaut le modèle économique capable de faire bénéficier le plus large public des mannes numériques. Par exemple, la numérisation de revues scientifiques ou savantes semble trouver, au moins dans le monde anglo-saxon, un marché en développement. Faut-il pour autant interdire la conservation numérique par les bibliothèques, sous des délais courts, des abonnements souscrits ?

À plus long terme, les fonctions publiques (sociales, culturelles, politiques) des bibliothèques peuvent sembler floues : devenues virtuelles, elles ne voient pas nécessairement leurs fonctions ou leurs missions valorisées sur le réseau. L'ampleur du défi représenté par la croissance exponentielle du Web, la multitude des enjeux qualitatifs d'accès qui en découlent, l'ambition du programme de Web sémantique nous semblent au con [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : enseignant de philosophie, École normale supérieure, lettres et sciences humaines, Lyon

Classification

Autres références

«  BIBLIOTHÈQUES NUMÉRIQUES  » est également traité dans :

CULTURE NUMÉRIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Yves MOLLIER
  •  • 4 525 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Quel livre pour demain? »  : […] Puisque le numérique ne porte pas atteinte au principe de la lecture, qu'il conduit même, dans certains cas, des fractions de public peu portées vers l'imprimé à se remettre à lire, on peut se demander si les digital natives ne seront pas, finalement, les plus grands dévoreurs d'informations et de connaissances, partant de bribes ou d'éléments du savoir, de l'histoire de l'humanité. L'exemple des […] Lire la suite

DARNTON ROBERT (1939- )

  • Écrit par 
  • Roger CHARTIER
  •  • 1 021 mots

L’historien du xviii e  siècle Robert Darnton a entrepris dès les années 1960 une grande recherche sur les Lumières et leur rôle dans la fin de l'Ancien Régime. Diplômé de Harvard et d'Oxford, Robert Darnton, après avoir enseigné l'histoire européenne à Princeton de 1968 à 2007, est directeur de la Harvard University Library (qui réunit plusieurs dizaines de bibliothèques spécialisées). Ce spécia […] Lire la suite

ÉDITION ÉLECTRONIQUE

  • Écrit par 
  • Alexandra SAEMMER
  •  • 4 000 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le livre numérisé  »  : […] Un large pan de l’édition électronique repose sur la numérisation de livres initialement édités sur papier, qui sont codés en une suite de 0 et de 1 manipulables par l’ordinateur. Il existe deux grandes façons de procéder. La première, désormais moins employée, consiste à coder le document en mode image : la page est analysée en points ( pixels) plus ou moins nombreux auxquels correspondent des va […] Lire la suite

INFORMATION : L'UTOPIE INFORMATIONNELLE EN QUESTION

  • Écrit par 
  • Armand MATTELART
  •  • 8 081 mots

Dans le chapitre « Vers une nouvelle Atlantide ? »  : […] Il n'y a de citoyen que par l'instruction et par l'information, affirmait en 1793 Condorcet dans son Esquisse d'un tableau historique des progrès de l'esprit humain . De la langue à l'écriture puis à l'imprimerie, le philosophe et mathématicien révolutionnaire tissait dans cet ouvrage, médiologique avant la lettre, un lien entre l'évolution des techniques de transmission et le façonnement des inst […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Yannick MAIGNIEN, « BIBLIOTHÈQUES NUMÉRIQUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bibliotheques-numeriques/