BHARTṚHARI (VIe s.?)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'un des meilleurs poètes lyriques de l'Inde ancienne, d'expression sanskrite, Bhartṛhari (Bhartrihari) est mal connu ; on le situe avec quelque probabilité au vie siècle. Le pèlerin chinois Yijing, qui visita l'Inde au viie siècle, parle de lui comme d'un bouddhiste, cependant que d'autres traditions en font un prince (son frère était roi, dit-on) de religion shivaïte. Il semble qu'il ait été surtout ce qu'on appellerait un libre penseur, plus intéressé par les plaisirs de la vie et les astuces de la politique courtisane que par les questions religieuses. On le voit bien par son œuvre où l'« amour sensuel » (śṛṅgāra) et la « politique » (nīti) tiennent plus de place que le « renoncement ascétique » (vairāgya). Ces trois thèmes fournissent chacun cent strophes, véritables petits poèmes se suffisant à eux-mêmes, et qui, ensemble, forment la Triple Centurie (śatakatraya) à laquelle Bhartṛhari doit son renom. Les vers de ce poète sont des modèles de lyrisme élégant, utilisant un sanskrit parfait. Tenues à bon droit pour l'une des œuvres capitales du classicisme indien les Centuries de Bhartṛhari ont été traduites maintes fois en Occident et sont apprises par cœur de nos jours encore par les étudiants du subcontinent. On hésite à accepter l'idée, traditionnelle en Inde, selon laquelle ce même Bhartṛhari serait également l'auteur d'un traité philosophique, De la phrase et du mot (vākyapadīya), où sont développées les théories linguistiques dont l'origine se trouve chez Pāṇini (le grammairien du ive siècle) et son continuateur Patañjali. Elles débouchent sur la doctrine du śabdabrahman, où l'absolu (brahman) se manifeste en tant que Verbe (śabda, « son »). En fait, l'assertion du Chinois Yijing pourrait indiquer que Bhartṛhari fut effectivement un philosophe (peut-être converti au bouddhisme) qui exposa son éthique sous la forme des trois cents poèmes sur les mille facettes de la vie. Ces deux aspects d'un même personnage ne sont sans doute pas aussi contradictoires que certains ont pu le penser de prime abord.

—  Jean VARENNE

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lyon-III

Classification

Autres références

«  BHARTRHARI ( VI e s.?)  » est également traité dans :

GRAMMAIRES (HISTOIRE DES) - Grammaire et langage dans l'Inde ancienne

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 3 029 mots

Dans le chapitre « La grammaire »  : […] C'est dans la grammaire que l'on voit se manifester l'esprit scientifique de la façon la plus remarquable. Pāṇini n'est pas le premier grammairien indien. Il cite lui-même quelques prédécesseurs. Mais les ouvrages de ces derniers n'ont pas survécu. Il semble que, par ses qualités propres, celui de Pāṇini ait éclipsé tout ce qui l'a précédé. Il constitue le premier grand monument de l'histoire de […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Les sciences

  • Écrit par 
  • Francis ZIMMERMANN
  •  • 14 263 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Biologie, chirurgie, pharmacie »  : […] La dualité de l'âme et du corps, qui est une notion si familière aux Occidentaux qu'elle leur paraît aller de soi, est aussi présente à l'esprit des savants indiens, mais elle ne leur est pas aussi évidente et s'efface le plus souvent devant un schème beaucoup plus fondamental dans la pensée collective et partout présent dans les textes sanskrits : la triade ou division de la personne humaine en […] Lire la suite

LOGIQUE INDIENNE

  • Écrit par 
  • Kuno LORENZ
  •  • 6 603 mots

Dans le chapitre « Le problème des universaux »  : […] Il s'avère donc que l'influence décisive qui s'exerça sur le développement du Nyāya fut celle de Dignāga, non seulement dans le domaine de la logique proprement dite à propos du concept d'implication, mais aussi dans le domaine de l' épistémologie. Car, après lui, le Nyāya fut obligé de défendre son réalisme contre le nominalisme radical de Dignāga et de son école. Dans le développement de la Mīm […] Lire la suite

SANSKRITES LANGUE & LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 8 973 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les littératures d'enseignement »  : […] Tout ce que l'esprit humain a pu concevoir a eu son expression en sanskrit. Il n'est pas possible d'énumérer exhaustivement les diverses disciplines, les divers domaines, les divers genres littéraires sanskrits. On peut distinguer ce qui est technique et didactique et ce qui est belles-lettres pures. Le premier groupe est appelé génériquement śāstra (« enseignement »). Les trois principaux śāstr […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean VARENNE, « BHARTṚHARI (VIe s.?) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bhartrhari/