BERENSON BERNARD (1865-1959)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Attributions et jugements

Bernard Berenson a effectué un nombre considérable d'attributions et de datations. Il résolut certains problèmes nés d'œuvres de Giovanni Bellini ; ainsi, après avoir attribué La Sainte Justice à Alvise Vivarini, il revint à Giovanni Bellini. Ne sachant trancher entre Filippino Lippi et le jeune Botticelli, Berenson inventa un peintre qu'il nomma « l'ami de Sandro ». En vérité, il s'agissait bien de Lippi. Ses attributions les plus fameuses portèrent sur des Giotto, des Sassetta, et sur Francesco et Giorgio Martini. Sa collection (raccolta) appartient aujourd'hui à l'université Harvard et elle est visible à la villa I Tatti devenue propriété de cette université. La majorité des objets et des œuvres a été acquise avant 1920. Les objets orientaux occupent les grandes salles ; ils ont souvent été achetés à des voyageurs ou à des militaires, après la révolte des Boxers, et côtoient avec audace les tableaux de la Renaissance.

Par ses jugements Berenson occupe une place importante dans l'histoire de la critique d'art du xxe siècle.

Certains de ses jugements sont célèbres, De Bellini, par exemple, il a dit : « Révolutionnaire, mais grand inconscient, et qui [...] avait visualisé de la manière la plus plastique, (il) inaugure une nouvelle manière qui [...] pourrait s'appeler un début de visualisation pittoresque. » Et de Giorgione : « Le reflet le plus pur du plus beau moment de la Renaissance. »

Berenson a condamné la méthode d'examen des toiles aux rayons X, « l'espoir de ceux qui n'ont pas confiance dans l'observation et l'éducation du sentiment ». Il n'en avait pas saisi la valeur probatoire.

Mais on ne sait pas si l'image que Berenson donnait de lui-même, celle d'un esthète, correspond bien au rôle qu'il joua sur le marché de la peinture. Écoutons sir Kenneth Clarke qui travailla auprès de lui : « Les inventions pirandelliennes n'ont pas toujours réussi ; Berenson a trop ignoré les données externes, sa méthode est trop physiologique. » Et, à propos de ce qu'on a appelé la « manie d'attribution » de Berenson : « Bien que ce soit une erreur vulgaire d'associer la science et l'esprit connaisseur, avec le marché de l'art, le fait est qu'il en reçoit sa force, et, comme toutes les formes d'art et de recherches, elle dérive du besoin qu'on en a... »

La même ambiguïté règne dans les différents discours que Berenson tint sur l'art.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences de sociologie à l'université de Paris-VIII

Classification

Autres références

«  BERENSON BERNARD (1865-1959)  » est également traité dans :

ART (L'art et son objet) - L'attribution

  • Écrit par 
  • Enrico CASTELNUOVO
  •  • 6 556 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les « noms de commodité » »  : […] Le cas le plus clair, le cas limite pourrait-on dire, de distinction entre personnalité empirique, et personnalité esthétique est celui de l'artiste appelé « Maître de... », c'est-à-dire du dénominateur commun conféré à un groupe d'œuvres réunies d'après des caractéristiques de style et attribuées à un artiste dont le nom est inconnu, mais qui, pour en permettre la classification, est appelé « Ma […] Lire la suite

CLARK KENNETH (1903-1983)

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 1 345 mots

Fils unique d'une famille de « riches oisifs », selon sa propre expression, Kenneth Clark, qui naquit à Londres, connut une enfance insouciante, rythmée par les fastueuses parties de chasse paternelles dans la grande propriété du Suffolk et les hivers de douceur et de luxe sur la Riviera française. Il fait ses études à Winchester, puis à Oxford. Dans son autobiographie en deux volets, Another Par […] Lire la suite

POPE-HENNESSY JOHN (1913-1994)

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 924 mots

En 1986, pour les soixante-quinze ans de sir John Pope-Hennessy, une grande exposition d'art siennois fut conjointement organisée par le Metropolitan Museum de New York et le Monte dei Paschi de Sienne. Les deux fragments de la célèbre Adoration des Mages de Sassetta (Stefano di Giovanni, vers 1400-1450), l'un à New York, l'autre demeuré à Sienne dans la collection Chigi-Saracini, étaient enfin r […] Lire la suite

STYLE (arts)

  • Écrit par 
  • Frédéric ELSIG
  •  • 2 073 mots

Dans le chapitre « Style et attributionnisme »  : […] Style dérive du latin stilus , qui désigne d'abord le poinçon servant à écrire sur des tablettes de cire, puis l'acte d'écrire lui-même et ses différents genres. Passé en français au cours du xiv e  siècle, il en vient à signifier la manière de s'exprimer, la rhétorique qui fait la singularité d'un poète et que partage, consciemment ou inconsciemment, l'artiste. C'est cette notion du style qu'adop […] Lire la suite

Pour citer l’article

Henri PERETZ, « BERENSON BERNARD - (1865-1959) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bernard-berenson/