BERENSON BERNARD (1865-1959)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La critique d'attribution

Berenson hésitait à se classer parmi les experts, les historiens de l'art, les critiques, les philosophes ou les collectionneurs. Ses activités et ses œuvres relèvent de tous ces domaines, mais c'est sans doute l'attribution des œuvres italiennes du xive au xvie siècle qui l'occupa le plus. Parus en 1903, les Dessins des peintres florentins, classés, critiqués et étudiés comme documents pour l'histoire et l'appréciation de l'art toscan sont comme le manifeste de sa méthode et son illustration. Berenson est un des premiers critiques à tenter une lecture aussi précise des seuls dessins. Pour cela, il doit établir des critères d'attribution, il se plaît à souligner les différences entre l'expertise d'un tableau et celle d'un dessin. Il remarque que, pour ce dernier, la signature n'est jamais un critère suffisant : jusqu'au xviiie siècle, le dessin est un instrument de travail commun à une école, il passe de main en main et les élèves ne se privent pas de reproduire les originaux. C'est pourquoi les témoignages habituels sont sans valeur ; Vasari par exemple restait indifférent aux dessins. Berenson utilise la méthode mise au point par Morelli : ici, l'œuvre reste souvent inachevée, la ligne assume toutes les fonctions puisqu'elle forme le clair-obscur. Il faut donc déterminer ce qui n'appartient qu'au dessin : l'âge du papier, sa provenance (on dessine parfois sur des papiers ayant servi à autre chose), l'âge de l'encre. On suit aussi le trait, sa direction, son rôle : quand on sait que Vinci était gaucher, on s'aperçoit qu'il va toujours de gauche à droite, ses imitateurs dans le sens opposé. Mais le titre de l'ouvrage de Berenson indique que sa méthode est déterminée par son projet : on identifie un dessin pour montrer le rôle qu'il a joué dans la préparation d'un tableau ou d'une fresque, mais on est tenté de l'identifier par les caractères que l'on découvre dans cette fresque. Le processus est moins fermé qu'il n'y para [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages





Écrit par :

  • : maître de conférences de sociologie à l'université de Paris-VIII

Classification


Autres références

«  BERENSON BERNARD (1865-1959)  » est également traité dans :

ART (L'art et son objet) - L'attribution

  • Écrit par 
  • Enrico CASTELNUOVO
  •  • 6 555 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les « noms de commodité » »  : […] Le cas le plus clair, le cas limite pourrait-on dire, de distinction entre personnalité empirique, et personnalité esthétique est celui de l'artiste appelé « Maître de... », c'est-à-dire du dénominateur commun conféré à un groupe d'œuvres réunies d'après des caractéristiques de style et attribuées à un artiste dont le nom est inconnu, mais qui, pour en permettre la classification, est appelé « Ma […] Lire la suite

CLARK KENNETH (1903-1983)

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 1 345 mots

Fils unique d'une famille de « riches oisifs », selon sa propre expression, Kenneth Clark, qui naquit à Londres, connut une enfance insouciante, rythmée par les fastueuses parties de chasse paternelles dans la grande propriété du Suffolk et les hivers de douceur et de luxe sur la Riviera française. Il fait ses études à Winchester, puis à Oxford. Dans son autobiographie en deux volets, Another Par […] Lire la suite

POPE-HENNESSY JOHN (1913-1994)

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 924 mots

En 1986, pour les soixante-quinze ans de sir John Pope-Hennessy, une grande exposition d'art siennois fut conjointement organisée par le Metropolitan Museum de New York et le Monte dei Paschi de Sienne. Les deux fragments de la célèbre Adoration des Mages de Sassetta (Stefano di Giovanni, vers 1400-1450), l'un à New York, l'autre demeuré à Sienne dans la collection Chigi-Saracini, étaient enfin r […] Lire la suite

STYLE (arts)

  • Écrit par 
  • Frédéric ELSIG
  •  • 2 073 mots

Dans le chapitre « Style et attributionnisme »  : […] Style dérive du latin stilus , qui désigne d'abord le poinçon servant à écrire sur des tablettes de cire, puis l'acte d'écrire lui-même et ses différents genres. Passé en français au cours du xiv e  siècle, il en vient à signifier la manière de s'exprimer, la rhétorique qui fait la singularité d'un poète et que partage, consciemment ou inconsciemment, l'artiste. C'est cette notion du style qu'adop […] Lire la suite

Pour citer l’article

Henri PERETZ, « BERENSON BERNARD - (1865-1959) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernard-berenson/