BERENSON BERNARD (1865-1959)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Valeurs tactiles des œuvres d'art

Le tableau est donc autre chose que l'ensemble des caractères morphologiques qui le composent. L'expert lui-même doit reconnaître que son objet dépasse l'analyse stylistique ; il doit se taire, un autre doit prendre la parole : « Mais le discours sur la qualité appartient à une autre région qui n'est pas celle de la science et ne regarde pas les preuves d'authenticité. » Berenson abandonne alors le ton « impersonnel », qui « ne laisse rien soupçonner de son moi véritable ». Quand il parle de qualités, il ne s'intéresse plus à ce que le tableau peut illustrer, son contenu intellectuel, mais à sa valeur décorative, sa réalité sensible, sensuelle. La qualité n'est pas sur la toile, elle n'est pas dans le spectateur, elle est dans le rapport physiologique qui les unit ; elle est composée des valeurs tactiles : « Les valeurs tactiles apparaissent dans la représentation des objets solides lorsque ceux-ci ne sont pas simplement imités [...] mais présentés de façon à stimuler l'imagination ; celle-ci est amenée à sentir le volume de ces objets, à en apprécier le poids [...] à mesurer la distance qui les sépare de nous, elle nous pousse à nous mettre en étroit contact avec eux, à les saisir, à les étreindre, à tourner autour d'eux... » De même, le mouvement suggéré par la toile fait naître le mouvement sensible du spectateur ; la composition spatiale crée le sentiment de l'extension ; la couleur, subordonnée aux autres composantes, engendre les valeurs viscérales qui « ont trait aux sentiments de bien-être ou de malaise [... ] et s'apparente aux valeurs thermales ou valeurs de températures ». Ne parle-t-on pas de couleur chaude ou froide ? Tel est l'ensemble de notions que Berenson utilise lorsqu'il écrit sur l'objet d'art. Il semble bien qu'il y ait dans ce vocabulaire « biologique » et « vécu » comme une parenté avec les thèmes que Bergson développait lorsqu'il parlait des données immédiates. Berenson cite d'ailleurs Bergson. Mais cette parenté fait problème : qu'est donc Berenson ? un « esthète », un [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences de sociologie à l'université de Paris-VIII

Classification

Autres références

«  BERENSON BERNARD (1865-1959)  » est également traité dans :

ART (L'art et son objet) - L'attribution

  • Écrit par 
  • Enrico CASTELNUOVO
  •  • 6 556 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les « noms de commodité » »  : […] Le cas le plus clair, le cas limite pourrait-on dire, de distinction entre personnalité empirique, et personnalité esthétique est celui de l'artiste appelé « Maître de... », c'est-à-dire du dénominateur commun conféré à un groupe d'œuvres réunies d'après des caractéristiques de style et attribuées à un artiste dont le nom est inconnu, mais qui, pour en permettre la classification, est appelé « Ma […] Lire la suite

CLARK KENNETH (1903-1983)

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 1 345 mots

Fils unique d'une famille de « riches oisifs », selon sa propre expression, Kenneth Clark, qui naquit à Londres, connut une enfance insouciante, rythmée par les fastueuses parties de chasse paternelles dans la grande propriété du Suffolk et les hivers de douceur et de luxe sur la Riviera française. Il fait ses études à Winchester, puis à Oxford. Dans son autobiographie en deux volets, Another Par […] Lire la suite

POPE-HENNESSY JOHN (1913-1994)

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 924 mots

En 1986, pour les soixante-quinze ans de sir John Pope-Hennessy, une grande exposition d'art siennois fut conjointement organisée par le Metropolitan Museum de New York et le Monte dei Paschi de Sienne. Les deux fragments de la célèbre Adoration des Mages de Sassetta (Stefano di Giovanni, vers 1400-1450), l'un à New York, l'autre demeuré à Sienne dans la collection Chigi-Saracini, étaient enfin r […] Lire la suite

STYLE (arts)

  • Écrit par 
  • Frédéric ELSIG
  •  • 2 073 mots

Dans le chapitre « Style et attributionnisme »  : […] Style dérive du latin stilus , qui désigne d'abord le poinçon servant à écrire sur des tablettes de cire, puis l'acte d'écrire lui-même et ses différents genres. Passé en français au cours du xiv e  siècle, il en vient à signifier la manière de s'exprimer, la rhétorique qui fait la singularité d'un poète et que partage, consciemment ou inconsciemment, l'artiste. C'est cette notion du style qu'adop […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Henri PERETZ, « BERENSON BERNARD - (1865-1959) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bernard-berenson/