BERENSON BERNARD (1865-1959)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pour Bernard Berenson, l'art a sans doute une histoire, mais cette histoire n'a guère d'intérêt si elle devient l'affaire d'érudits professant ex cathedra dans de sombres universités. Comme le souligne un critique, « il n'entendait à aucun prix être confondu avec les professeurs et les commentateurs laborieux [...] le lecteur des poètes l'emporte sur le fabricant de catalogues ». Comment définir alors un homme qui publia tant d'ouvrages érudits sur la peinture italienne, fut l'expert incontesté de son époque et le collectionneur le plus averti ? Il aurait sans doute récusé l'épithète de critique, voyant dans ce terme trop de rigueur et de discipline. Pour faire son portrait, il vaut mieux regarder dans les siècles passés, penser à Mariette et à sa prodigieuse collection de dessins, ou, peut-être, à ces touristes anglais qui abordèrent à partir du xviiie siècle les cités italiennes. Sans doute fut-il à la fois un curieux, un amateur et un connaisseur dont le plaisir suprême était d'être entouré de tableaux et de parler sans fin de ses merveilles à un auditoire choisi. Pouvant ainsi réduire sa vie sociale à son amour de l'art, il devint un grand seigneur dont la richesse, le savoir, l'autorité s'incarnaient et se révélaient dans les toiles de bon goût qu'il commentait.

Une vocation

Bernard Berenson est né dans une famille juive en Lituanie, où son père exerçait la profession de chaudronnier ambulant. Porté par la vague d'émigration, la famille Berenson s'installe aux États-Unis, dans la banlieue de Boston. Bernard Berenson a la possibilité de poursuivre ses études jusqu'au niveau le plus élevé ; il fréquente l'université Harvard où enseigne William James. Il se spécialise alors dans les langues anciennes ; ses condisciples lui offrent un voyage en Europe en 1887. Il ne quittera plus l'Ancien Continent. À Bergame, il découvre sa vocation : retrouver les tableaux anciens, les authentifier. Il s'installe définitivement à Florence ; dès 1903, il a publié des ouvrages qui lui assurent la notoriété auprès des universités et des marchands de tableaux. Il devient alors expert [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences de sociologie à l'université de Paris-VIII

Classification


Autres références

«  BERENSON BERNARD (1865-1959)  » est également traité dans :

ART (L'art et son objet) - L'attribution

  • Écrit par 
  • Enrico CASTELNUOVO
  •  • 6 555 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les « noms de commodité » »  : […] Le cas le plus clair, le cas limite pourrait-on dire, de distinction entre personnalité empirique, et personnalité esthétique est celui de l'artiste appelé « Maître de... », c'est-à-dire du dénominateur commun conféré à un groupe d'œuvres réunies d'après des caractéristiques de style et attribuées à un artiste dont le nom est inconnu, mais qui, pour en permettre la classification, est appelé « Ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-l-art-et-son-objet-l-attribution/#i_4147

CLARK KENNETH (1903-1983)

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 1 345 mots

Fils unique d'une famille de « riches oisifs », selon sa propre expression, Kenneth Clark, qui naquit à Londres, connut une enfance insouciante, rythmée par les fastueuses parties de chasse paternelles dans la grande propriété du Suffolk et les hivers de douceur et de luxe sur la Riviera française. Il fait ses études à Winchester, puis à Oxford. Dans son autobiographie en deux volets, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kenneth-clark/#i_4147

POPE-HENNESSY JOHN (1913-1994)

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 924 mots

En 1986, pour les soixante-quinze ans de sir John Pope-Hennessy, une grande exposition d'art siennois fut conjointement organisée par le Metropolitan Museum de New York et le Monte dei Paschi de Sienne. Les deux fragments de la célèbre Adoration des Mages de Sassetta (Stefano di Giovanni, vers 1400-1450), l'un à New York, l'autre demeuré à Sienne dans la collection Chigi-Sar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-pope-hennessy/#i_4147

STYLE (arts)

  • Écrit par 
  • Frédéric ELSIG
  •  • 2 073 mots

Dans le chapitre « Style et attributionnisme »  : […] Style dérive du latin stilus , qui désigne d'abord le poinçon servant à écrire sur des tablettes de cire, puis l'acte d'écrire lui-même et ses différents genres. Passé en français au cours du xiv e  siècle, il en vient à signifier la manière de s'exprimer, la rhétorique qui fait la singularité d'un poète et que partage, consc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/style-arts/#i_4147

Voir aussi

Pour citer l’article

Henri PERETZ, « BERENSON BERNARD - (1865-1959) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernard-berenson/