BÈDE LE VÉNÉRABLE (672 env.-735)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le premier historien de l'Angleterre

Même si le moine de Jarrow considérait la « rumination » de la Bible comme sa tâche primordiale, il n'estimait pas que l'histoire du salut se soit terminée avec la mort du dernier apôtre. À ses yeux, les événements de l'Ancien et du Nouveau Testament se prolongeaient dans le devenir de l'Église, notamment de l'Église de son pays. Cette conviction a conduit Bède à écrire la vie de plusieurs saints personnages, tels que l'abbé Benedict Biscop et l'évêque Cuthbert. Elle a surtout inspiré celle de ses œuvres qui a eu le succès le plus durable, son Historia ecclesiastica gentis Anglorum. On peut dire que cette histoire, en offrant à Bède un domaine où il était moins tenu à respecter des autorités consacrées, lui a permis de donner la pleine mesure de ses dons : son habileté à découvrir les sources, son aptitude à les critiquer, ses facultés de synthèse. Non point qu'il faille opposer – comme l'ont fait longtemps les modernes – l'originalité du « père de l'histoire anglaise » et le conformisme du commentateur de la Bible. On le voit mieux aujourd'hui, c'est à l'étude des Écritures que le moine de Jarrow a appris les méthodes, les notions et même les techniques littéraires qui l'ont merveilleusement préparé à écrire cette « histoire ecclésiastique de la nation anglaise ».

Ce titre souligne l'originalité de l'entreprise et la distingue de celle d'Eusèbe de Césarée, modèle de tous les historiens ecclésiastiques : l'Église dont le moine de Jarrow retrace la naissance et les progrès s'enracine dans un terroir et s'identifie peu à peu à un peuple. Bède n'apparaît pas moins original si on le compare avec d'autres historiens des royaumes barbares nouvellement christianisés : Grégoire de Tours et Frédégaire pour les Francs, Paul Diacre pour les Lombards. Le moine de Jarrow l'emporte sur eux non seulement par sa méthode et ses dons littéraires, mais par la conception même de son entreprise et l'ampleur du cadre où il replace son sujet. C'est ainsi qu'il com [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'Université libre de Bruxelles

Classification


Autres références

«  BÈDE LE VÉNÉRABLE (672 env.-735)  » est également traité dans :

MOYEN ÂGE - La littérature en prose

  • Écrit par 
  • Nicola MORATO
  •  • 6 837 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Prose chrétienne et rhétorique classique »  : […] La production littéraire médiévale latine et romane, tant en prose qu’en vers, a lieu dans un même horizon rhétorique et discursif. Dans la Rome classique, les poètes suivaient une formation rhétorique et les rhétoriqueurs tiraient des enseignements et des exemples des œuvres en vers, par exemple grâce à la pratique des paraphrases. Parfois, les deux modes d’expression sont en contact comme dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-litterature-en-prose/#i_2210

Pour citer l’article

Hervé SAVON, « BÈDE LE VÉNÉRABLE (672 env.-735) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bede-le-venerable/