SCHROEDER BARBET (1941- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En 2017, la sortie du Vénérable W. et la rétrospective intégrale de la filmographie de Barbet Schroeder au Centre Georges-Pompidou (avril-juin) ont mis en évidence l’originalité d’une œuvre – production et réalisation – conduite sur trois continents, aux marges du documentaire et de la fiction.

Né le 26 août 1941 à Téhéran d’un père suisse et d’une mère allemande, Barbet Schroeder passe son enfance en Colombie et son adolescence à Paris. Alors qu’il est inscrit en philosophie à la Sorbonne, il intègre le groupe des Cahiers du cinéma et décide d’assurer, presque sans argent, la production des deux courts-métrages des Contes moraux d’Éric Rohmer : La Boulangère de Monceau (1962) et La Carrière de Suzanne (1963). En 1964, il fonde les Films du losange pour produire Paris vu par (1965), un film manifeste à sketches réalisé en 16 millimètres par Jean-Luc Godard, Claude Chabrol, Jean Douchet, Éric Rohmer, Jean Rouch et Jean-Daniel Pollet, et qui montre qu’un petit budget peut assurer la liberté créatrice et donc la pérennisation de la nouvelle vague. Jusqu’aux années 1980, il produira encore les quatre autres longs-métrages de la série des Contes moraux de Rohmer, ainsi que La Marquise d’O et Perceval le Gallois, parallèlement à quelques films de ses amis Jacques Rivette, Jean-Daniel Pollet, Jean-François Stévenin, Marguerite Duras ou Werner Schroeter. À la fin des années 1960, il fonde Sunchild Productions, une autre société réservée à ses réalisations personnelles.

Barbet Schroeder

Barbet Schroeder

Photographie

Cinéaste atypique, Barbet Schroeder s'attaque volontiers à des sujets transgressifs comme la drogue (More) ou le masochisme (Maîtresse). Ses portraits de personnages sulfureux tels que Idi Amin Dada, Jacques Vergès ou, plus récemment Ashin Wirathu, grand contempteur de la minorité rohingya en... 

Crédits : Eric Robert/ Sygma/ Getty Images

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur honoraire d'histoire et esthétique du cinéma, département des arts du spectacle de l'université de Caen

Classification

Pour citer l’article

René PRÉDAL, « SCHROEDER BARBET (1941- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/barbet-schroeder/